La Chronique de l'Infâme

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Heg le Sam 23 Mai 2009 - 12:43

Ouais, mais bon, c'est le problème de tous les grand mythes de l'horreur et du fantastique passés à la moulinette de l'asceptisation. Les vampires et les sirènes ne sont plus une métaphore sexuelle, les loup-garous ne parlent plus de la bestialité humaine, les créatures du docteur Frankenstein et autres Gozilla ont oublié la dangerosité de la science, les zombies et les momies ne nous questionnent plus sur la vie après la mort. Toutes ces charmantes créatures folkloriques sont le plus souvent vidées de leur substance pour en faire une menace anonyme autant qu'interchangeable, et à force d'essayer de donner dans l'originalité, les scénaristes oublient ce qui faisait tout l'intérêt de ces créatures.

Voilà le hic. Le problème, c'est que s'il faut chercher à faire dans l'original, c'est que le sujet de départ a été tellement battu et rebattu que reprendre la recette initiale au pied de la lettre ne serait guerre plus intéressant que tenter de pousser le concept. Il faut se rendre à l'évidence, la plus part de ces genres ont été épuisés avant la fin des années 50 (à l'exception des zombies de Roméro qui font leur apparition en 1968, mais le réalisateur a largement fait le tour du sujet à lui tout seul). Bien sur, de temps en temps, quelques redites de qualité font leur apparition sur nos écrans, mais en général leur réussite tient plus au talent du réalisateur pour épouvanter son spectateur en diffusant un subtile message social qu'à la reprise pure et simple d'un schema connu, même génial. Pas besoin de s'embarasser de loup-garous quand Hitchcock nous file les jetons avec des mouettes.

De plus, on constate que chaque société à le cinéma d'horreur qu'elle mérite. Si les années 50 ont été dominés par les extra-terrestres, c'est à dire la peur de créature venues d'un autre monde, c'est bel et bien à cause de la bipolarisation et de la peur phobique du bloc soviétique, le véritable ailleurs de l'époque, sans ajouter que l'ambiance était à la conquête spaciale. (Gozilla, bien sûr, est né de la peur japonaise du nuclaire.) En réaction, La Nuit des Morts-Vivants, de Roméro, qui présente peut être le premier héros Noir américain dans un film dont la majorité du casting, ainsi que le réalisateur, est blanc, semble plutôt nous indiquer que le véritable danger se trouve parmis nous, à travers les différents aspects de la bêtise humaine, et arrive à une époque de forte contestation sociale. (Je vous recommande chaudement ce film.)
D'une manière générale, plus une société est tendue, et plus elle à besoin d'un exutoire dans des films à l'horreur croissante. C'est vrai dans les années 50, 60, 70 aux US (guerre froide, puis Vietnam) avant que le genre retombe dans les années 80 et 90 (plutôt propices aux films d'action burnés), et fasse son grand retour après le 11 septembre, notamment par le biais de slasher moovies de plus en plus glauques à la Saw. On remarque que le tueur en série est à la mode, sans doute représente-t-il une menace plus tangible que les créatures fantastiques, tout comme le 11 semptembre, première agression extérieure sur le territoire américain, et d'une certaine façon plus tangible elle aussi. (C'est ma théorie, en tout cas.) Les autres créatures ne devenant alors qu'un argument folklorique pour des productions stéréotypées.

Je mettrai tout de même un bémol à ta critique, Starman, à propos de Twilight. Désolée, mais le film a surement beau être un navet fini, un message sur l'abstinance ça reste un message sexuel. Le truc, c'est qu'il montre clairement aux jeune espris occidentaux dans quelle direction on attend d'eux qu'ils aillent.

Question subsidiaire : Oui, chouette gars que le petit Vlad.
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Mélanie Mustang le Dim 24 Mai 2009 - 9:20

J'avoue le sujet du vampire a été rebattu depuis un bon moment et on retrouve rarement le personnage tel qu'il est décrit dans le Dracula de Stocker.
Et pour l'adaptation, le Coppola est le meilleur. D'ailleurs, je me le suis acheté en DVD, je vais le regarder bientôt^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Dim 20 Sep 2009 - 20:43

7) L’homosexualité dans la bande dessinée franco-belge


Comme nombre d’entre vous , j’ai grandi en lisant les incroyables aventures des plus grands héros franco-belges : Astérix et Obélix, Spirou et Fantasio, Tintin et Milou , Blake et Mortimer…. Fou que j’étais. Ce n’est qu’avec l’âge que j’ai compris. Heureusement, grâce à mon grand père Pépé le Curé, j’ai ouvert les yeux : Tintin, Spirou, et toutes leurs cliques ne sont qu’une bande de Dépravés !
Comme vous avez pu le remarquer dans ma liste de héros, la plupart de ces personnages fonctionnent par binômes. Certes, il s’agit simplement de rendre la lecture plus fluide en donnant au héros quelqu’un à qui parler, mais dans ce cas, expliquez moi pourquoi il s’agit toujours de binômes MASCULINS. En effet, Tintin fait équipe avec le Capitaine Haddock (ben tiens, un marin, j’vous jure ma bonne dame), Astérix avec Obélix… Mais cela va encore plus loin. En effet, bien souvent ces personnages , non seulement font équipe , mais en plus, habitent ensemble. Spirou et Fantasio partagent la même maison en banlieue, avec Spip et le Marsupilami. Blake et Mortimer vivent dans le même appartement à Londres , comme le lecteur de La Marque Jaune peut le signaler (mais pas dans la même chambre, encore heureux, fallait pas effrayer dame Censure Comprenez). Mais cas le plus amusant reste Tintin. Le jeune reporter belge possède son propre appartement, comme cela est montré par exemple dans le Secret De La Licorne. Hors, à partir du moment où son « ami » le Capitaine Haddock hérite de Moulinsart, on le voit plus , son appartement , à monsieur Tintin. Toujours à squatter dans le grand château de capitaine (avec Nestor pour le ménage à trois, et ne parlons pas de Nasir ,dans Blake et Mortimer, qui passe de résistant à, l’invasion jaune, à esclave sexue….serviteur, pardon). Astérix et Obélix , eux, vivent dans un petit village où ça jase facilement (voire la Rose et le Glaive par exemple, où le bébé abandonné devant la hutte d’Astérix fait beaucoup d’histoires). Ils habitent donc dans des maisons différentes. Oui, mais leur attitude est très équivoque. Contrairement à leurs homologues belges qui font preuve d’une certaine retenue, nos deux gaulois passent leur temps, soit à s’engueuler comme à vieux couple, soit à tomber dans les bras l’un de l’autre en pleurnichant. De même, ne comptons pas les nombreuses fois où Astérix appellera son comparse « Mon Obélix », ou sera étonnamment protecteur envers lui. Et si Obélix a parfois le béguin pour Falbala ou la femme d’Agecanonix (si d’ailleurs quelqu’un connaît son nom, à celle là), dans un cas c’est considéré comme une aberration, et dans l’autre c’est le bourrage de crâne d’un devin malhonnête.
D’ailleurs, tiens, n’avez vous pas remarqué le petit rôle tenu par la femme dans ces bandes ? Quelle est le personnage féminin le plus important de Tintin ? La Castafiore, soit une cantatrice moche , lunatique, au sale caractère et qui étouffe ce pauvre Haddock à chacune de ces visites. Et pourtant, c’est leur relation qui se rapproche le plus d’une intrigue amoureuse dans Tintin. Dans Blake et Mortimer, il faudra attendre La Machination Voronov (soit deux albums après la mort de son auteur) pour voir apparaître un personnage féminin jouant un quelconque rôle. Dans Spirou et Fantasio, Sécotine (apparue relativement tard), est juste une emmerdeuse qui ennuie plus qu’elle n’aide ou attire le pauvre Spirou. Certes, dans Astérix, il y’a des femmes. Mais il faut voir comment on les représente. Superficielles, colériques, mauvaises langues, voire même castratrice (comme la Castafiore tiens). Elles n’ont clairement pas le beau rôle, et empêchent leurs maris d’en avoir un. En effet, il est à noter que les plus efficaces des gaulois, soit Astérix, Obélix, et Panoramix, sont clairement célibataires (on peut d’ailleurs noter l’opposition entre les deux vieux du village, Panoramix le célibataire sage, et Agecanonix, le gateux marié à une femme trop jeune pour lui pour on ne sait quelle raison, mais qui doit pas être reluisante). Bref, les femmes, c’est que des ennuis, autant rester entre mecs, tiens, nous au moins on se comprend. Au mieux, il s’agit de potiches, comme Falbala. Quand à Lucky Luke, la seule femme récurrente (voire marquante) est Calamity Jane, soit un sacré garçon manqué, une terreur même.
Bref, pour conclure, je dirais que, grâce à mon grand père Pépé le Curé, j’ai enfin compris en quoi ces illustrés étaient l’œuvre de Satan, afin de dépraver la populace et détruire les bonnes mœurs. Merci, pépé. Mais je lis quoi, moi , maintenant ?

Question subsidiaire : Tintin est-il un bon journaliste ?

Mon opinion de professionnel : Ben tiens. Comme si on l’avait jamais vu travailler celui-là. Sérieusement, on a déjà vu tintin écrire un article. Sisi, j’vous dis. C’était dans Tintin Au Pays Des Soviets (album qui, pendant longtemps, fut condamné aux limbes pour cause de propagande anticommuniste plus ridicule qu’autre chose.). On ne sais pas trop ce qu’il y a mis, mais on peut constater qu’il se sens obligé d’acheter son rédac chef à grand coup de vodka et de caviar. Pas très pro tout ça. Le jeune reporter a dû être du même avis que moi vu qu’on ne l’a plus jamais vu travailler. Ha, ça, pour arrêter les trafiquants, et se faire acclamer par des caricatures de noirs, y’a du monde. Dès qu’il s’agit d’être productif, y’a plus personne.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Scieszka le Dim 20 Sep 2009 - 23:02

Mh. Il faut dire que tu n'es pas le premier à suspecter l'hétérosexualité des héros de notre enfance.

Faut dire que Blake et Mortimer qui vivent ensemble, c'est louche, quand même. D'ailleurs, il est amusant de voir que ce sont les récents développements qui leur ont donné une vie amoureuse, des années après la mort de leur auteur: pour Nastasia Wardynska et Blake dans la Machination Voronov, ça peut encore rester dans le non-dit et le sous-entendu, mais les Sarcophages du Sixième Continent, là, y'a plus de doutes: Mortimer a bien été amoureux d'une femme. Mais quand même.

Pour Tintin, ça, c'est à peu près clair. Mais pour le capitaine Haddock, c'est la première fois que je l'entends. Bon, en même temps, y'a pas de femmes dans l'univers de Tintin (à part la logeuse, la Castafiore, Irma et des figurants de passage). Mais Haddock me paraît quand même beaucoup moins suspect que son ami le reporter, Tonnerre de Brest!

Pour Spirou et Fantasio, même remarque, ça n'est vraiment pas nouveau (mais là, c'est plutôt Fantasio qui est perçu comme un personnage gay). Tout ce que j'en ai à dire, c'est que dans les derniers épisodes, Fantasio est clairement et explicitement présenté comme homosexuel. Et puis Seccotine et Spirou, vraiment, tu es sûr qu'il n'y a jamais eu le moindre béguin?

Pour Astérix, en revanche, c'est plus surprenant. Comment oublier le trouble d'Astérix face à Cléopâtre après avoir reçu un bisou sur le nez à la fin du Fils d'Astérix? Bon, après, c'est Uderzo seul qui mène la barque, comme dans la Rose et le glaive où Astérix entretient un amour vache avec Maestria... qui est un peu sexiste quand même sur les bords. Mais quand même! Quant à Panoramix, malgré son âge, on ne peut pas vraiment dire qu'il soit indifférent au charme de Cléopâtre... Et pis moi je le trouve mignon, Obélix, quand il est amoureux de Falbala...

Quant à Lucky Luke, il est certes célibataire, mais il ne laisse pas la gent féminine indifférente. Cependant, on ne lui connaît pas d'attirance pour telle ou telle dame en particulier, c'est vrai. Mais je le vois mal en icône gay, je sais pas trop pourquoi...

En fait, là où je ne suis pas d'accord du tout avec toi, c'est sur la vision des femmes dans plusieurs séries classiques. Astérix et Lucky Luke surtout, en fait, qui ont en commun le fait d'être scénarisées en grande partie par Goscinny. Dans Astérix, les femmes sont très présentes, pas toujours très sympathiques il est vrai, mais il faut quand même reconnaître que leurs homologues masculins ne sont guère mieux. Si Bonemine est une épouvantable mégère, Abraracourcix porte assez bien son nom, et c'est un beauf. Madame Agecanonix (qui n'a effectivement pas de nom) est drôle parce que c'est elle qui couve son mari comme le lait sur le feu, et qui le rappelle à l'ordre dès qu'un jupon passe dans les parages! Le cliché de la différence d'âge est inversé, en quelque sorte. On pourrait continuer longtemps comme ça. Reste que tous ces personnages, malgré leurs travers, sont fort sympathiques, et qu'on les aime bien, les rombières du village d'Astérix. Je ne pense pas que ce soit sexiste.

Pour Lucky Luke, c'est encore plus frappant. Les femmes sont présentes dans presque tous les albums, et elles ont souvent un rôle important. Il n'y a pas que Calamity Jane! Il y a Ma Dalton aussi, attachante (et effrayante) à sa manière, il y a Sarah Bernardt, et puis, et puis, Lulu Carabine, dont Joe (et William aussi) est fou amoureux, sans compter la danseuse Laura Leggs, une amie de Lucky Luke... seulement une amie, d'ailleurs? Il y en a d'autres.

Bon, sinon, pour la question subsidiaire, je suis d'accord avec toi. Au taf, feignasse! En plus, il est tout le temps habillé pour ses loisirs: pantalon de golf...
avatar
Scieszka
Hadzuki Mustang

Nombre de messages : 500
Age : 34
Localisation : Entre deux volumes à lire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Lun 21 Sep 2009 - 7:36

Quelques points vite fait parceque je suis préssé aujourd'hui:
-Pour Haddock: et Tintin est gay avec QUI, sinon, bannane?^^ Ne me dis pas que tu n'as jamais entendu parlé de l'icône homosexuelle qu'est le marin. D'ailmleurs, on pourrait parler des Dupondt aussi.
"Je suis gay.
-Je dirais même plus, je suis gay."

-Pour Astérix, en fait je dirais qu'ils sont bi^^. Plis vraissemblablement , les amourettes avec des femmes sont toujours très passagères, et leur refus du mariage (voir "Latraviata") est suspect. D'ailleurs ce qui m'amuse dans Astérix et Cléopatre, c'est que ils opnt tous le béguin... pour le nez de la reine. Bizare.

-Bon, Lucky Luke c'est litigieux certes.

-Pour les homologues masculins d'Astérix, je les trouvent plus sympathiques. Je veux dire, même les plus chiants aiment rirent,boirent, manger et faire la fête. Là où les femmes passent plus pour des empêcheuses de rigoler en rond pour des raisons qui, dans Astérix, n'ont aucune importance. Elles sont pas très futées, sensibles à la flatterie (c'est les dernières à comprendre que le devin est un menteur malgré la démonstration de Panoramix).Quand à Madame Agecanonix, rappelons que dans "Obélix et Compagnie", elle drague ce dernier, devenu l'homme le plus important du village, de manière éhontée (heureusement, le béguin d'Obélix lui a passée), avant d'envoyer paître son "Agecanichou", ce qui entraînera même une réflexion de Panoramix sur la crédibilité d'un tel couple ("Oui, moi-même d'ailleurs, je me demande"). Je suis franchement pas convaincu que les femmes du village gaulois soient traités de la même façon que leurs maris.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Mélanie Mustang le Lun 21 Sep 2009 - 15:29

Mdr pour Tintin je le savais, Spirou et son copain je m'en doutais, j'ai jamais pu les voir... Mais pour Astérix et Obélix... whaou! Je les regarderai différemment maintenant...

Et c'est vrai que cette histoire de nez est bizarre...

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Antonidas le Jeu 24 Sep 2009 - 9:16

Benoit Brisefer il a la grippe A c'est pour sa qu'il éternue ! non mais on touche pas a la littérature BELGE Evil or Very Mad

T'as pas touché a Gaston m'enfin l'honneur est sauf Very Happy
avatar
Antonidas
Sale Gosse

Nombre de messages : 261
Age : 27
Localisation : Oo

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wowhystory.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Mélanie Mustang le Jeu 24 Sep 2009 - 15:42

Fais gaffe, tu vas lui donner des idées^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Jeu 8 Avr 2010 - 21:44

Non, ce n'est pas un rêve , ce n'est pas un mirage, ce n'est pas une hallucination collective dûe à des substances chimiques, la Chronique de l'Infâme est de retour. Et elle frappe fort, avec notamment une surprise en fin de papier.

8)Le mythe de la Nature harmonieuse, ou le complexe d’Avatar

Comme vous le savez sans doute, fin 2009 est sorti Avatar, le tout dernier chef d’oeu…..le dernier chef…… le dernier…… désolé, je voulais faire comme tout le monde mais ça veut pas passer. Le truc pourri de Cameron là, avec les Elfes-Schtroumphs, les chevaux à six pattes, et les insectes hélicos. Bref, je pourrais discuter pendant des heures de pourquoi c’est un film tout naze, mais ce n’est pas le sujet de cette chronique (un peu tardive, veuillez m’en excusez, mais voilà, j’avais trouvé un vrai travail dans un vrai journal avec de vrais lecteurs donc ça a pris du retard). Cependant, comme je m’ennuyais beaucoup pendant ces deux heures trente de poncifs, j’ai eu tout le loisir de remarquer que ce film illustrait un phénomène intéressant quoique pas moderne du tout : la nostalgie de l’état sauvage. En effet, les gens se font l’image d’une nature où les animaux vivent en harmonie, où la violence serait absente, dotée d’une manière ou d’une autre de conscience, que l’Homme viendrait saccager pour le fun, et que vivre dans la Nature, c’est cool, on vit dans les arbres, on est copains avec les oiseaux, on communie avec le grand esprit de la nature…. Bref, autant le dire tout de suite, c’est des conneries. Déjà, la Nature pas violente. Bon, il faut quand même le dire : pour avoir une idée aussi ridicule , il faut n’avoir jamais regardé les émissions sur Arte. Si l’on a assez bien compris que la violence fait partie de l’Homme, généralement, on oublie de préciser que c’est aussi vrai pour toutes les autres espèces : les lions, les tigres les panthères, les opossums, les antilopes , les chats, les chiens, la perruche de Mamie…. Tous on vous dit. Leur vie consiste à tuer pour survivre et à se faire tuer. Là généralement, le vil objecteur répond : « Oui, mais c’est pour survivre c’est pas gratuit, tandis que l’Homme , lui, il tue pour dominer». La réponse est simple : saviez-vous que les mâles lions mangeaient les petits des portées dont ils n’étaient pas le père afin qu’ils ne soient pas de potentiels rivaux ? Je sais pas vous, mais moi ça me paraît assez comparable, dans l’intention, avec envahir quelqu’un pour lui prendre ses ressources, où avec tuer quelqu’un parce qu’il s’est tapé votre femme. Et bon, la plupart des carnivores c’est pareil, hein. Pour la Nature consciente, et protégeant ses enfants dans une harmonie que l’on saccage, plusieurs choses. D’abord, l’Histoire a prouvée qu’il n’a pas fallu attendre l’Homme pour que des espèces disparaissent. Chutes de météores, Aires glaciaires….de nombreuses espèces disparaissent et on en est pas toujours la cause (souvent ,certes). Donc, si équilibre de la nature il y’a, il inclus la disparition des espèces. D’ailleurs, s’il existe une sorte d’Esprit de la Nature, qui a crée toutes les espèces et qui les fait vivre en harmonie, du coup l’Homme aussi fait partie de cet équilibre. Donc, si l’on suit le raisonnement jusqu’au bout, s’il y’a un ordre naturel , alors quand nous polluons, quand nous tuons des espèces menacées pour en faire des sacs à mains, quand on détruit la Forêt Amazonienne pour avoir de la colle, tout ça fait partie de cet équilibre naturel. Mmmmm. Mouais. M’avait pas l’air d’être là où les partisans de cette théorie voulaient en venir, mais bon.
Enfin, concernant la fait que vivre dans la Nature c’est cool. Il faudrait voir à ne pas oublier que vivre dans la Nature, c’est vivre sans maison, sans chauffage, sans savoir ce que l’on va manger ce soir, sans pouvoir se laver. On mange des myrtilles pas mures et de la viande mal cuite (quand on a de la chance) , on se fait courser par des prédateurs, on a l’appendicite on crève , à 45 ans on a un métabolisme de vieillard, on se blesse à jambe on meurs à petit feu, on chie dans les champs….. Bref, c’est pas Lost avec leurs membres qui ont l’air d’avoir pris un bain avec gel Douche entre deux épisodes hein. Allez demandez aux hommes préhistoriques si, quand ils se faisaient poursuivre par une horde de mammouths enragés, ils se sentaient happés par la merveilleuse sensation de vivre en harmonie avec leur environnement.
Tout ça pour dire que , toute cette idée d’une Nature qui vit en harmonie, c’est le délire pseudo-mystique d’une civilisation qui n’a plus la moindre idée de ce dont on parle et qui, entre deux séances de MSN, la mise à jour de leur page Facebook, le remplissage de la gamelle à croquettes de leur chat d’appartement (vous savez, cette sous-espèce plus proche de la larve que du chat sauvage) et leur nouvel I Pod, se sent parfois l’envie de revenir à une vision idéalisée de la vie naturelle instaurée par La Petite maison dans la Prairie et la Famille Pierre à Feu.

Question subsidiaire : Les chevaux à six pattes sont-il une espèce viable sur le plan de la génétique ?

Mon opinion de professionnel : Bon, moi ce genre de trucs ça me passe un peu au dessus de la tête, j’ai donc fait appel à notre nouvelle Chroniqueuse, la Mesquine. Après tout, c’est elle la spécialiste en génétologie et en scientologie en général.

« Un cheval à six pattes est-il une espèce viable sur le plan de la génétique ?
On pourrait partir du principe que...oui. Après tous, les insectes, entre autres arthropodes, se retrouvent tous affublés du nombre repoussant de trois paires de pattes. Pourquoi pas les chevaux ? C’est une simple question d’é-vo-lu-tion. La sélection naturelle, vous voyez ? Autant, les insectes, bon, ils s’emmêlent un peu les pattes, ils tombent et se relèvent aussitôt sans encombre pour aller terroriser le premier humain venu. Imaginez la même chose chez des chevaux. Ils courent, pour échapper à un prédateur quelconque, lorsque soudain, la patte intermédiaire droite ne sait plus si elle doit aller vers l’avant ou vers l’arrière et finit par percuter la patte arrière gauche qui, elle aussi, a perdu le nord. Et c’est l’engrenage, puis la chute.
Le prédateur ne crachera pas sur une proie à terre, d’autant moins que ce n’est pas de quatre succulents cuisseaux de cheval qu’il pourra se régaler, mais de six. Désavantagé par la nature, et rendu plus appétissant pour ses prédateurs, le cheval à six pattes aura du mal à s’assurer une descendance et sera donc voué à disparaître. CQFD. »
Voilà. Dans les dents, James Cameron.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Antonidas le Mar 13 Avr 2010 - 7:22

haha on en avait parler jme souvien ^^
avatar
Antonidas
Sale Gosse

Nombre de messages : 261
Age : 27
Localisation : Oo

Voir le profil de l'utilisateur http://www.wowhystory.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Heg le Mar 13 Avr 2010 - 9:28

Voilà tout ce que j'ai à dire à ce sujet. Mais qu'on se le dise :

avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Jeu 15 Sep 2011 - 12:34

La Chronique de l'Infâme est de retour, avec un sujet paaaaasssss du tout inspiré par l'activité récente du forum. je tiens d'ailleurs à remercier Heg de me l'avoir suggéré^^.

9) Le Docteur : Mary Sue à nœud pap ?


Aujourd'hui, c'est à un sujet difficile auquel je vais m'attaquer, à une légende adulée dans les pays anglo-saxons (et à peu près ignoré dans le reste du monde), à un représentant même de l'excentricité anglaise, ainsi qu'à la folie narrative qui leur prend souvent, pour la joie (ou le chagrin, c'est selon) des spectateurs du monde entier, je parle bien sur de Doctor Who, série crée dans les années 50 avec un revival en début 2000 et qui, pour ceux qui l'ignoreraient encore, traitent des aventures dans l'espace et le temps du Docteur, être mystérieux de 900 ans qui grosso modo, lutte contre les accidents temporels et les menaces de tout poils. Une grande partie du succès de la série réside dans ce personnage étrange, qui sauve le monde comme on prend notre petit-déjeuner : avec nonchalance, et sans grande difficulté. Mais l'Infâme, fidèle à sa devise de méchanceté, de subjectivité, et de refus de reculer devant les sujets qui fâchent, pose aujourd'hui la question : le Docteur ne serait-il qu'un odieux Mary Sue, personnage sans défauts qui survit toujours parce qu'il est trô fort ? Réfléchissons-y.
Commençons par définir ce qu'est un Mary Sue. Il s'agit d'un personnage qui, dans une fiction, représente une version idéalisée de son auteur. Avec le temps , le terme a été beaucoup repris pour désigner un personnage « abusé », toujours « cool » et qui s'en sort toujours, le plus souvent sans égratignure et admiré par tous.
Il est difficile, en ce jour de Septembre 2011, de déterminer si le Docteur consiste en une quelconque représentation idéalisée de l'auteur. Toutefois, certains détails peuvent rappeler la définition moderne du terme, c'est à dire le personnage « abusé ». Ainsi, notre sympathique Seigneur du Temps est un être de 200 ans, dernier de son espèce, qui voyage dans le temps et affronte les menaces les plus incroyables, le tout le plus souvent sans autre aide que son fidèle tourne-visse bionique. Il paraît bien difficile de lui trouver des défauts, à part peut être une excentricité certaine (et qui passe plus pour une qualité pour ses fans) et une tendance à ne pas se rappeler des noms des personnes qu'il n'aime pas. De plus, sa réputation est telle qu'il lui souvent de dire « J'suis le Docteur, rendez-vous sur le champ », pour que ses adversaires déposent les armes d'un simple « Ok ». Un peu comme Super Mustang , quoi. Un cas révélateur se trouve dans ce double épisode où le Seigneur du Temps est confronté à des ombres tueuses (pour résumer vite fait). Après avoir passé deux épisodes à expliquer à quel point la menace était impossible à vaincre (« Run. Just run. »), il finit par se décider et à les menacer de pire que pendre si jamais il refuse sa généreuse proposition. Réponse ? « Ok ». Alors qu'ils avaient nettement l'avantage.
Une autre caractéristique de la Mary Sue est sa tendance à toujours avoir raison, à être admiré de tous, et à présenter sous un mauvais jour tous ceux qui pensent du mal de lui. Là encore, là démonstration est frappante. Suivi par sa bande de fans, le Docteur est adulé de tous, même ses femmes du futur viennent nous expliquer à quel point il est génial. Sans parler de ses side-kicks, dont à ce jour, la critique la plus forte a été « Vous êtes tellement génial, vous vous rendez pas compte des dangers que subissent les gens pour être à la hauteur ». Ca n'était pas un compliment.... enfin je crois pas. Ha, mais si, il y' en avait un qui l'aimait pas le Docteur. Si, si rappelez-vous. Mickey (aussi surnommé « Quota ethnique »), le petit ami de Rose (avant que le Docteur ne la lui vole, s'entend). Dommage pour lui, il est vite réduit au rôle de faire valoir comique, présenté comme jaloux de l'attraction de sa petite amie pour le Docteur (et limite si on lui pas qu'il a tort), et subissant les pires humiliations. Quota comique et ethnique casé en un seul personnage, ça c'est de l'efficacité. Ha , y' a aussi la mère de Rose..... ha, mais elle aussi est là pour jouer les « Butt Monkey ».
Alors, est-ce à dire que le Docteur à toujours été un Mary Sue ? Honnêtement, je ne pense pas, ou du moins pas plus que de nombreux personnages supposés parfait de l'époque (comme Superman, ou Astro Boy.). A mon sens, il est surtout victime d'un fanboyisme de ses nouveaux scénaristes. Phénomène fréquent dans les comics (qui appartiennent aux éditeurs et existent depuis des décennies), il s'agit du moment où un grand fan d'une série, quelqu'un qui adule ses personnages, se retrouve aux commandes, enfin prêt à réaliser son rêve. Et passe du coup son temps à expliquer à quel point son héros est génial. Et du coup, quand on n'est pas forcément soi-même un fan, le personnage peut vite devenir irritant. Et c'est exactement ce qui se passe avec le scénariste Moffat (qui ne cache pas être un fanboy d'ailleurs). Ce phénomène s'estompe un petit peu quand un autre scénariste écrit l'épisode. Bref, c'est bien beau d'être un fan, mais parfois, avoir quelqu'un avec un minimum de recul, c'est bien aussi.

Question subsidiaire : Le Docteur pourrait-il remonter le temps et empêcher la destruction de sa propre espèce ?

Alors là, c'est une excellente question. Parce que la série n'a pas l'air de trop savoir sur quel pied danser. Dans un épisode, on t'explique que changer son passé (par exemple , en sauvant son père) amène l'arrivée de créatures se nourrissant de failles temporelles qui vont anéantir le temps tel que l'on le connaît, dans un autre, il a l'air de penser que c'est tout à fait possible (notamment pour sauver sa meuf du futur), sans aucune mention des monstres de la fois d'avant. Cependant, c'est sans doute un autre épisode de la série qui donne la vraie réponse :
« Et si je revenais dans le passé pour empêcher ma naissance ?
-Vous ne voulez pas naître ?
-Bien sur que si !
-Ben voilà ! »
Parfois, les réponses les plus simples sont encore les meilleures.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Mélanie Mustang le Jeu 15 Sep 2011 - 15:37

Mdr J'avoue que je ne connais quasiment rien de Docteur Who, comme beaucoup des non anglo saxons... J'ai vu une paire d'épisodes de la série la plus récente, c'est un peu spécial, mais ça se laisse regarder. J'aime assez ce côté blasé qu'il a cependant^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Grimoald le Ven 16 Sep 2011 - 13:29

Je passe sur quelques inexactitudes de détail (sonique, le tournevis, pas bionique ! tsss Rolling Eyes ). Dans l'ensemble il y a quand même pas mal de choses recevables, sauf qu'on s'en fiche, c'est pas le plus important de ce qui fait le charme de la série. alien Précisons néanmoins quelques points..


Starman a écrit:Ha, mais si, il y' en avait un qui l'aimait pas le
Docteur. Si, si rappelez-vous. Mickey (aussi surnommé « Quota
ethnique »), le petit ami de Rose (avant que le Docteur ne la lui vole,
s'entend). Dommage pour lui, il est vite réduit au rôle de faire valoir
comique, présenté comme jaloux de l'attraction de sa petite amie pour le
Docteur (et limite si on lui pas qu'il a tort), et subissant les pires humiliations.
Quota comique et ethnique casé en un seul personnage, ça c'est de
l'efficacité.
C'est pas entièrement faux... Laughing Enfin, cela dit, dans ces dernières apparitions, Mickey a pris du galon depuis qu'il n'est plus dans l'ombre du Docteur, il finit quand même chasseur d'alien professionnel (et marié avec Martha Jones).

Bon sinon il reçoit quand même quelques autres critiques un peu plus virulentes que celle que tu cites, notamment pour son caractère assez totalement inaccessible, pendant qu'il est dans des délires, à la compréhension de sentiments plus banalement "humains". Son côté arrogant est plusieurs fois dénoncé, même si je ne pourrais plus donner de références précises pour ça. Et surtout, une critique récurrente concerne le fait qu'il se présente comme un être sans reproche mais pousse ses compagnons et ceux dont il croise la route à faire le sale boulot ou à se sacrifier à sa place.


Spoiler:
Davros (épisode "Journey's End"): The man who abhors violence. Never carrying a gun. But this is the truth, Doctor. You take ordinary people and you fashion them into weapons. Behold your Children of Time transformed into murderers. I made the Daleks, Doctor. You made this. [...] How many more? Just think, how many have died in your name?... The Doctor, the man who keeps running, never looking back because he dare not, out of shame. This is my final victory, Doctor. I have shown you yourself.


Le Docteur himself (épisode "The End of Time"): It's not like I'm an innocent. I've taken lives. And then I got worse—I got clever. Manipulated people into taking their own. Sometimes I think the Time Lords live too long.


River Song (épisode "A Good Man goes to War"): When you began all those years ago, sailing off to see the Universe, did you ever think you'd become this? The man who can turn an army around at the mention of his name. "Doctor." The word for healer and wise man throughout the Universe. We get that word from you, you know. If you carry on the way you are, what might that word come to mean? To the people of the Gamma Forests, the word Doctor means "Mighty Warrior." How far you've come.




Starman a écrit:Question subsidiaire : Le Docteur pourrait-il remonter le temps et empêcher la destruction de sa propre espèce ?
Je mets sous spoiler à cause de Marion mais je te renvoie (ah ben oui t'as décidé d'en parler, faut assumer Twisted Evil )
Spoiler:
au double-épisode The End of Times (les derniers avec David Tennant)
dans lesquels le Docteur se trouve, ultimement, le responsable de
l'anéantissement final de la propre espèce en question, dont il a un peu
enjolivé le souvenir...

Starman a écrit:Parce que la série n'a pas l'air de trop savoir sur
quel pied danser. Dans un épisode, on t'explique que changer son passé (par
exemple , en sauvant son père) amène l'arrivée de créatures se nourrissant de
failles temporelles qui vont anéantir le temps tel que l'on le connaît, dans un
autre, il a l'air de penser que c'est tout à fait possible (notamment pour
sauver sa meuf du futur), sans aucune mention des monstres de la fois
d'avant.
Disons que c’est l’épisode avec le père de Rose qui effectivement peut le plus poser problème, mais c'est un cas isolé (appelons ça une erreur de parcours), et pour tout le reste de la série, c'est quand même globalement plutôt cohérent (... dans sa "logique" propre, s’entend). Le postulat de base est que le temps peut toujours être réécrit, sauf concernant un certain nombre de "points fixes dans l'Histoire" qui ne pourront (devront ?), eux, jamais changer (et généralement c'est pas des moments agréables genre la fête anniversaire du petit dernier : destruction de Pompéi, extermination de la première mission humaine sur Mars...). Je suis tout à fait prêt à reconnaître que cette dernière rhétorique est probablement avant tout une ficelle scénaristique bien commode Laughing mais si on y songe, ça vaut bien le système philosophique de Leibniz.

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 34
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Ven 16 Sep 2011 - 13:50

(J'appelle son machin comme j'veux. Pas comme si ca voulait dire quelque chose de toute façon^^). Et c'est important, y'a qu'à voir comment on tanne les adeptes du Mary Sue sur ce forum^^.
Un....chasseur d'alien? Ca me paraît bizarre comme concept, dans une série comme Doctor Who. Il a enfin décidé à mettre une balle dans la tête du Seigneur du Temps?^^
Sinon, oui ca m'a l'air d'êtres des critiques du personnage raisonnables. C'est vrai, il est tellement génial qu'il doit avoir du mal à s'abaisser au niveau des pauvres mortels qui le suivent partout. A se demander pourquoi ils s'encombrent d'eux d'ailleurs (à part par narcissisme bien sur^^). Même celle de Song, si tu la lit bien, lui reproche d'être "trop fort".

Quand à la question subsidiaire, je tiens quand même à dire que cette théorie part du principe que certains évènements sont plus importants que d'autres, et surtout, que le Temps "choisit" l'importance des évènements. Je veux dire, il se passe quoi si on empêche la 2è Guerre Mondiale? Pourquoi le Temps réagirait différemment à un changement? Hein, j'vous l'demande?^^
Du coup ca revient à dire "un coup c'est oui, un coup c'est non" quoi.
Quand à l'épisode de Rose, c'est parcequ'il a été écrit par Paul Cornell, un Vrai scénariste avec des Vraies idées, et qui a bien compris que fondamentalement changer le temps ne peut entraîner QUE des emmerdes et être donc virtuellement impossible. Certes, les monstres temporels étaient pas la solution la plus logique, mais s'il fallait commencer à argumenter logique dans Doctor Who.^^

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Grimoald le Ven 16 Sep 2011 - 18:39

Starman a écrit:C'est vrai, il est tellement génial qu'il doit avoir du mal à s'abaisser au niveau des pauvres mortels qui le suivent partout. A se demander pourquoi ils s'encombrent d'eux d'ailleurs (à part par narcissisme bien sur^^).
Y a beaucoup de ça (I’m being extremely clever up here and there’s no one to stand around looking impressed!! What’s the point in having you all??!! Laughing ). Et aussi un peu parce que si on le laisse seul il part dans les 900èmes délirants (cf. derniers épisodes avec Tennant, c'est pas beau à voir...), il faut qu'il y ait du monde à côté pour le "ramener sur terre"...

Starman a écrit:Quand à la question subsidiaire, je tiens quand même à dire que cette théorie part du principe que certains évènements sont plus importants que d'autres, et surtout, que le Temps "choisit" l'importance des évènements. Je veux dire, il se passe quoi si on empêche la 2è Guerre Mondiale? Pourquoi le Temps réagirait différemment à un changement? Hein, j'vous l'demande?^^
Ça on le saura pas tant que Churchill n'aura pas réussi à faucher à son copain le Docteur les clés du TARDIS. Basketball


Starman a écrit:Du coup ca revient à dire "un coup c'est oui, un coup c'est non" quoi.
Ce que j'appelais "commodité scénaristique". Wink

Spoiler:
Qui peut toutefois tourner au... challenge scénaristique comme dans la saison en cours, à partir du moment où il est acquis que la mort du Docteur à un certain moment fait partie de ces "points fixes"...

Starman a écrit:Quand à l'épisode de Rose, c'est parcequ'il a été écrit par Paul Cornell, un Vrai scénariste avec des Vraies idées
... qui a aussi écrit, deux ans plus tard, un des meilleurs double-épisodes de la série ("Human Nature"/"The Family of Blood", quand le Docteur devient un être humain), ainsi qu'une douzaine de romans "Doctor Who", une demi-douzaine de comics "Doctor Who", des pièces radiophoniques "Doctor Who"... Un vrai whomaniac quoi. T'es sûr de vouloir l'enrôler dans ton argumentaire ? tongue

Starman a écrit:Certes, les monstres temporels étaient pas la solution la plus logique, mais s'il fallait commencer à argumenter logique dans Doctor Who.^^
Ah mais tout à fait ! Laughing Tu crois vraiment qu'on est fans pour l'absolue logique de la chose ? alors que c'est son art du nonsense typiquement british qui nous fait triper !

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 34
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Ven 16 Sep 2011 - 18:53

Hé, y'a "nonsense" et "nonsense". Tu sais, le "nonsense" on fait des trucs chelous, mais drôles (exemple, les monstres temporels qui bouffent tout si on fait le con), et le "nonsense" on fait pas attention à ce qu'on a dit la saison d'avant. J'ai jamais critiqué la série pour être tordue^^. J'ai juste remarqué" que parfois, notamment qsuand il s'agit de faire se rendre les méchants parceque c'est le Docteur en face, c'était facile. pas tordu, facile. Et ça, c'est d'autant plus honteux qu'ils auraient pu trouver un truc tordu pour arranger l'affaire.
Et j'ai jamais dit que Cornell n'est pas un fan. Seulement lui, il a eu d'autres boulots à côté, notamment dans le milieu des comics où il a écrit entre autres MI13 (une série d'agents secrets à pouvoirs luttant contre des menaces d'ordre magiques), et un run d'Action Comics extrêmement réussi mettant en scène Lex Luthor. Bref, lui je connais, il sait être tordu sans tomber dans la facilité et sait construire une intrigue de manière crédible. Je sais, aussi, que de tout les épisodes que j'ai vu, celui là était un des plus réussis, parcequ'il jouait avec une intrigue tordue tout en sachant mettre en scène de façon crédible l'aspect sentimentale de l'ensemble. Puis, c'est le seul où j'ai pas eu envie de baffer Rose (j'ai eu envie de baffer le Docteur par contre... c'était rafraîchissant^^).
Quand au côté "pas les pieds sur terre", c'est un de ces "faux défauts", dont on parle des fois. Tu sais, ce machin qui le rend encore plus génial et qui, une fois tous les cinquante épisodes, lui joue un tour et du coup on balance un sermon histoire de faire sérieux. C'est comme si je disais que Superman était déconnecté de l'humanité. c'est faux jusqu'à ce qu'un scénariste décide que c'est vrai, et d'un coup, paf! Il est déconnecté de l'humanité (malgré les cinquante preuves du contraire^^).

...

Ha ben tiens oui. Vas-y, Winston, pête-lui la gueule, et empêche la Deuxième Guerre Mondiale^^. T'es le mec, mec^^.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Macros le Ven 16 Sep 2011 - 19:27

Pour la question de savoir si le Docteur est un Sue...

Fort de mon expérience du double épisode visionné cet été, plus quelques autres de la saison 1 vu depuis, j'aurais tendance à répondre par l'affirmative. Toutefois, même si le terme est généralement employé de façon péjorative, ça ne veut pas dire que le personnage ne soit pas intéressant. C'est juste qu'entre des mains inexpérimentées, il peut vite devenir insupportable pour le spectateur/ lecteur. Donc... le Docteur, un Sue, mais on l'aime quand même ? (bon, j'attendrais quand même d'en avoir vu plus avant de porter un jugement définitif)

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Scieszka le Dim 18 Sep 2011 - 10:22

Starman, je te conseille de voir l'épisode "Tooth and claw" (saison 2), où il est question de loups-garous et de la reine Victoria... Il se fait rabattre le caquet de façon assez exemplaire par la reine, visiblement choquée de la légèreté avec laquelle il navigue dans tout ça et joue avec la vie et la mort des autres...

Je cite:

"I have rewarded you, Sir Doctor, and now you are exiled from this empire never to return. I don't know who you are, or where you're from but y know that you consort whith stars and magic and think it fun. But your world is steeped in terror and blasphemy and death, and I will not allow it. You will leave these shores and you will reflect, I hope, on how you came to stray so far from all that is good and how much longer you may survive this terrible life. Now, leave my world and never return!"

Tu noteras qu'elle lui dit ça juste après qu'il lui ait sauvé sa vie et son trône "à la Docteur", et qu'elle ne l'admire pas exactement...

Après, pour le "I am the Doctor. Run!", c'est vrai que c'est récurrent, mais ça fait aussi partie du folklore de la série. Et j'aime bien la façon dont Moffat joue là-dessus dans "The Eleventh Hour" (saison 5), où le Docteur fait revenir les aliens pour leur dire de fuir devant lui... C'est parfois aussi à prendre au second degré, hein (humour british, tout ça)...

What a Face
avatar
Scieszka
Hadzuki Mustang

Nombre de messages : 500
Age : 34
Localisation : Entre deux volumes à lire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Heg le Dim 18 Sep 2011 - 10:39

Hmmm, cela dit, j'ai regardé pas plus tard qu'hier le holliday spectacular de la saison 4 : "Voyage of the Damned".

Il y a une scène en particulier où un personnage assez antipathique conteste l'autorité du Docteur sur le groupe de survivants. Et ben le bonhomme se fait remettre à sa place de façon particulièrement brutale par le Doc, dans un discours pompeux et sans humour où il explique qu'il est le dernier des Seigneurs du Temps et merde à la fin.
C'est donc vraiment un passage typiquement suesque, avec l'opposition héros/faire valoir pas cool (pensez donc, c'est un businessman).

Après, je suppose que ça dépend beaucoup de qui à écrit l'épisode. Mais pour le coup, ça m'a bien génée, ça m'a un peu sorti de l'épisode.


Starman, je te conseille de voir l'épisode "Tooth and claw" (saison 2), où il est question de loups-garous et de la reine Victoria... Il se fait rabattre le caquet de façon assez exemplaire par la reine, visiblement choquée de la légèreté avec laquelle il navigue dans tout ça et joue avec la vie et la mort des autres...
Et donc je suis pas tellement d'accord avec cet exemple dans la mesure ou, globalement, Victoria est un faire valoir négatif dans cet épisode. Ce qu'elle dit n'ajoute donc que de la coolitude au Docteur.

_________________
"Allow me to say you've got a nice little buttock !"
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Mer 14 Nov 2012 - 21:25

10) James Bond : amoureux en deuil?


S'il est un personnage rarement attaché au romantisme, c'est bien James Bond. Célèbre pour son attitude de « queuetard » adepte des relations à courte durée , l'agent le moins secret du monde a plus tendance à se comporter avec les femmes de la même façon qu'un rôliste se comporterait devant une part de pizza : on mange puis on laisse l’emballage traîner. C'est simple : faites une liste de toutes les James Bond girl, annotez d'une croix toutes celles qui sont mortes, et hallucinez devant le nombre de pauvres jeunes filles sacrifiées dans l'indifférence la plus totale. Bref, les romans harlequins, c'est la porte à côté. Et pourtant...
Là, le spectateur moderne, familier du reboot Daniel Craigien, se dit probablement : « ouais, il va nous parler de Vesper, et de comment sa trahison et sa mort ont traumatisé Bond à ses débuts ». Et bien.....non.
Commençons par le début. Sous les traits de Sean Connery, le sex appeal de l'agent secret est une arme, au même titre que son Walter PPK (notons d'ailleurs la petite taille de l'arme, preuve s''il en est de l’absence de complexe d'ordre phallique chez 007, qui lui connaît bien son facteur de pénétration). Une arme qu'il aime parfois exercer en incitant des passantes à coucher de façon plus ou moins consentante à coucher avec lui (je suis sur que l'infirmière de Opération Tonnerre pourrait se faire un paquet de blé en le traînant devant une cour pour viol), mais une arme malgré tout, pouvant servir à tirer de précieux renseignements de subalternes féminins, voire à les faire changer de camp (haaaaaa, Pussy Galore, ex lesbienne repentie de Goldfinger....). Puis vient Au Service Secret de sa Majesté. Alors que Connery quitte le rôle, remplacé par un George Lazenby qui fait couler beaucoup d'encre encore aujourd'hui, le petit James rencontre Tracy. Au début, c'est comme d'habitude. Bond est plus ou moins forcé à sortir avec cette fille de mafieux corse afin d'obtenir des renseignements sur Blofeld. Puis, une vrai romance s'installe, James découvre enfin l'amour. A la fin du film, après avoir mit fin aux projets du SPECTRE, il quitte le MI6 et se marie avec la charmante jeune fille, sous le regard attristé de Monneypenny.....Puis la fiancée se fait assassinée par Blofeld, environ 10 minutes après la fin de la cérémonie (on ne m'ôtera pas de l'idée que c'est Monneypenny qui les a tuyauté, m'enfin bref). Et Bond reste là, à pleurer sur le cadavre de sa bien aimée. Snif.
Au début, la série semble le faire se remettre assez vite. Dès le film suivant (où, ironiquement, Connery revient pour un dernier tour de piste), passé un pré-générique où Bond parcourt le monde en tabassant des gens et en étranglant des jeunes filles avec leur soutien gorge pour finalement localiser Blofeld et l'assassiner, le personnage semble assez peu affecté. Puis vient la période Roger Moore, et entre les effects sonores dignes de Coyote et Bip Bip et les cabotinages du personnage principal, on se dit que Tracy est déjà oublié. Et puis finalement....Dans L'Espion qui m'aimait, lorsque Bond rencontre son homologue russe et féminin, l'Agent XXX (héhé, XXX....bref), cette dernière lui fait le coup classique du « je sais tout de vous et je vous le prouve en retraçant votre vie comme ça, de tête ». Puis vient la mention de la femme morte. « Veuillez cessez je vous prie, votre conversation m'importune » que répond le dandy Roger Moore. Sauf que là, et le spectateur est forcé de reconnaître la qualité du jeu de Sir Roger, on sent bien que le sourire et la petite phrase sont forcées, et que ce que Bond veut vraiment dire, c'est : « ferme ta putain de gueule ou je te l'éclate ». Quelques films plus tard, et nous voici devant « Rien que pour vos yeux ». Et là dès le pré-générique, on voit Bond se recueillir devant une tombe. La tombe de Tracy Bond , « beloved wife of James Bond », qu'il y 'a écrit dessus . Et quand le prêtre vient le prévenir que son bureau cherche à le joindre pour une affaire de la plus haute importance, la réponse de notre héros - »Comme toujours. »- semble tellement lasse. Il faudra attendre, « Permis de tuer », avec Timothy Dalton, pour que la femme de Bond soit à nouveau référencée. Dans ce dernier, Bond assiste au mariage de son ami et collègue de la CIA, Félix Leiter (qui verra sa femme assassinée et sa jambe jetée en pâture aux requins, lançant l'intrigue). Quand cette dernière lance à ce dernier le bouquet de fleurs (celui qui l'attrape devenant, selon la tradition, le prochain à se marier), ce dernier, soudainement triste, refuse de le prendre. « Il a déjà été marié » expliquera ce brave Félix à sa femme, conscient de la tragédie vécue par son ami, mais pas par la façon dont l'histoire se répétera pour lui. La dernière référence est des plus subtiles, et il faudra se contenter d'un changement de conversation gêné de Pierce Brosnan dans « Le Monde ne Suffit Pas », lorsque Sophie Marceau lui demandera s'il a perdu des êtres chers.
Néanmoins, la femme de 10 minutes de James Bond aura trouvé sa place dans la mythologie de la série, jetant un regard neuf sur ses agissements. Si Bond redevient « Connery », n'est-ce pas dans un geste autoprotecteur, préférant redevenir le salaud qu'il était plutôt que de souffrir à nouveau ? N'est-ce pas par fuite en avant qu'il devient de plus en plus superficiel, s'oubliant dans son propre cabotinage ? Qu'il ne semble jamais aussi cruel qu'il pouvait l'être avec ses futures conquêtes ? N'était-elle pas celle que l'espion aimait ? Celle pour les beaux yeux de qui il se battait ? Quand James Bond déserte le MI6 et abandonne son permis de tuer pour traquer l'assassin de la femme de Félix, est-ce son ami qu'il cherche à venger, ou bien ce sort funeste qui empêche les gens comme lui de connaître le bonheur ? Si le monde ne suffit pas, n'est-ce pas parce que le monde n'est rien.....sans amour ?
…..
Oulà, va falloir arrêté le vodka martini au shaker et pas à la cuillère moi.


Question subsidiaire : Qui c'est qu'est le plus fort chez les James Bond ?


Georges Lazenby. Pourquoi ? Parce que c'est le seul qui, quand il filmait des scènes de baston, cognait les figurants pour de vrai......
Comme on dit : « trop Bond, trop con » (cette blague de merde est sponsorisée par Universal Exports, couverture officielle de James Bond).

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Macros le Mer 14 Nov 2012 - 22:03

eh bien, on dirait que quelqu'un t'as pris au mot, Heg...

Eh bien, une analyse sur laquelle je ne peux guère porter de jugement, de nombreux titres référencés ici manquant toujours à ma culture cinématographique, mais ça me conforte dans mon envie de combler mes trous. Mais l'ensemble me parait particulièrement inspiré, bravo champion !

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Starman le Mer 14 Nov 2012 - 22:04

Quuuuuuuôôa?
Tu n'as pas encore vu l'intégrale des Roger Mooore ET des Timothy Dalton?
Quelle honte!^^

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Grimoald le Mer 14 Nov 2012 - 22:07

Beau texte, bel hommage ! Smile

Pas très infâme comme chronique mais je suis sûr que tu te rattraperas en méchanceté à une autre occasion. Cool En attendant moi aussi ça me donne envie de me refaire quelques James Bond...

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 34
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Mélanie Mustang le Jeu 15 Nov 2012 - 19:12

Oh j'aime beaucoup cette chronique ! Je savais même pas qu'il y avait un épisode où James Bond se mariait... même si ça dure pas longtemps... Pour le coup, ça me donne envie d'en savoir un peu plus sur le personnage... J'achèterai peut-être un des bouquins^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chronique de l'Infâme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum