Amestrian Chronicles : Long Manteau

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Starman le Sam 23 Aoû 2008 - 19:45

Bon, alors je sais que je n'ai pas terminé ma fic précédente, mais j'avais envie de me lancer quand même^^(et puis comme je vais être sous peuobligé de mettre l'autre fic en stand-by à cause de next gen, ca me fera une occupation). Bon, maintenant faut la vendre celle-là.
Ici, pas de bons sentiments, pas de culpabilité et de corps de frère à rammener. Pas de pays à sauver de la tyrannie, pas d'adversaire millénaire à vaincre. Car Warren Williams n'a qu'une seule ambition: devenir un des plus grands criminels qu'Amnestris ait connu. Et quand le hasard lui ammène sur un plateau la possibilité de réussir il la saisit. Mais en a-t-il seulement la carrure?
Ha, et pour quand cela a lieu, par rapport à l'animé, au manga, ou au "maruverse", je vous laisse deviner^^
Note: Ceux à qui j'ai parlé du projet noteront que le personnage est passé de Warren Castle à Warren Williams.


Chapitre 1 :

« Alors ? Comment va le blessé ? »
Lucy leva les yeux vers Martha sa mère. Celle-ci ne pouvait s’empêcher d’éprouver un sentiment de fierté en voyant sa petite dernière travailler dur et tard le soir pour reprendre le flambeau familial. Flambeau qui consistait en un petit hôpital clandestin qui accueillait ceux qui n’avait pas les moyens de se faire soigner par les établissements officiels. Bien sur, les conditions étaient loin d’être les mêmes et ni Martha, ni sa fille n’avaient les compétences d’un vrai docteur, mais c’était toujours mieux que rien. Du moins le pensait-elle. Certes, on aurait pu croire qu’un tel lieu, à but non lucratif, serait éphémère, mais elles ont été assez vite financés par des personnalités du milieu. Autrement dit par les gangsters, qui avaient vite compris l’intérêt d’un hôpital non contrôlé par l’Armée. Martha n’aimait pas cela, mais ce n’est pas comme s’il elle avait le choix de toute façon.
« Alors, reprit-elle, chassant ces idées noires de son esprit.
-Et bien, son état est stable, j’ai retiré la balle, et désinfecté la plaie. Avec de la chance, il s’en sortira.
-Bien, c’est bien. »
Malgré tous les compromis qu’elle avait du faire, Martha éprouvait toujours du réconfort à savoir qu’un de ses patients avait survécu. C’était peu, mais elle savait qu’il ne faut surtout pas en attendre plus. De nombreux individus, que ce soit par appât du gain ou par désir de survie, se tournaient vers les gangs pour gagner leur croûte. Le pays était peut être en paix pour l’instant, mais on ne pouvait pas dire qu’économiquement, c’était très glorieux. De nombreux jeunes n’envisageaient même plus une vie honnête tant celle-ci semblait hors de portée. Cette dernière pensée fut vite mise en relation avec une autre, très proche dans ses préoccupations.
« Et des nouvelles de Warren ?
-Non, il a dit qu’il avait un truc à faire et qu’il rentrerait tard ce soir.
-Je vois. Bon sang. »
Martha était très fier de sa fille. Malheureusement, on ne pouvait pas en dire de même pour tous ceux qui étaient à sa charge.

« Tiens, tiens. Voyez-vous ça. Warren Willams, et son « cousin », Jason King. »
Warren regarda avec agacement celui que tout le monde surnommait « La Fourgue ». Il détestait le mépris affiché de ce dernier envers lui et Jason. Mais c’était la logique de ce monde qui voulait ça, et Warren était prêt à l’accepter. Pour l’instant.
« Salut, la Fourgue, se contenta-t-il donc de répondre.
-Quelle saleté allez-vous essayer de me vendre aujourd’hui ? Des babioles sans intérêt ? Des vieilles montres volées à un passant ?
- Si tu regardais ce qu’on a dans les mains, tu verrais que ce sont des pneus de voiture. »
La Fourgue observa les dits pneus avec autant d’intérêt que s’il s’agissait d’un livre qu’il aurait déjà.
« Mmmm, pas mal, pour des gros nuls comme vous. Je les prend pour 25 000 Cenz.
-Quoi, intervint Jason, dont l’indignation pouvait se lire sur son visage. Ca en vaut au moins le double.
-Et ma marge, t’en fais quoi dans tout ça, hein ? En plus, faut les fourguer et tout le monde ne prend pas les trucs volés, même par des petits cons dans votre genre. 25 000 ou vous pouvez les bouffer. »
Warren et Jason n’en étaient pas à leur première transaction. Ils savaient quand on pouvait négocier avec la Fourgue (rarement) et quand c’était inutile (bien plus souvent). Ils abandonnèrent les pneus.

« Putain, j’y crois pas, ragea Jason. On s’est fait entubés sur ce coup là, mais profond. »
Les deux « cousins » (aucun lien de parenté entre eux, ils trouvaient juste ça plus cool que « potes ») marchaient au hasard dans les rues de Central City. Depuis tout petit, ils étaient ensemble sur tous les coups qu’ils pouvaient trouver, mais force était d’admettre que c’était loin d’être concluant pour l’instant. Ils n’étaient que des petites frappes comme cette ville en comptait par centaines.
« Du calme, répondit Warren. Ce n’est que partie remise.
-Tu es bien optimiste.
-Disons plutôt obstiné. Je ne lâcherai pas le morceau. Pour l’instant, je vend des pneus à la sauvette, mais un jour, tu verras, je me ferai un nom, je serai un grand. Et tous ces merdeux comme la Fourgue qui nous arnaquent sur les pneus se pisseront dessus rien qu’en me voyant passer dans la rue.
-Ouais, ouais, tu répète ça depuis qu’on a arrêté de porter des couches. Comment tu comptes t’y prendre ? »
Warren laissa un petit moment de silence.
« Je ne sais pas encore. Mais je sais que l’occasion se présentera, et tu peux me croire quand je te dis que je lui sauterait dessus. »
Jason ne répondit rien. Ce n’était pas qu’il cachait son scepticisme, mais il savait que cela ne servirait probablement à rien.
« Bon, je me rentre, dit-il. Tu fais quoi ?
-Je crois que je vais aller boire un verre avant de rentrer. A la revoyure.
-Ouais, salut. »

L’Alchimiste Statique en était déjà à son… Au combien il était déjà ? Bref, il en était à un grand nombre de verres de whisky, et pourtant sa soif était d’autant plus grande. Depuis la fin des hostilités, il en était réduit à ça. Passer ses journées à se saouler pour admettre qu’il était inutile. Depuis le nouveau pouvoir en place, les actions de nombreux Alchimistes d’Etat avaient été désavoués par le gouvernement en place. Certes, comme ils travaillaient pour l’Armée, difficile de les inculper pour meurtre. Mais ils avaient été renvoyés. Et depuis, dans chaque regard qu’il croisait, l’alchimiste voyait la même chose, la même pensée non formulée : assassin, boucher. Il abattit son poing sur la table. Qui étaient-ils pour le juger ainsi ? Ils étaient là, avec lui, dans la boue et le les tripes de ses camarades, à se battre pour ce qu’on lui disait être la sécurité de l’Etat ? On se sert d’eux, et quand ils ont bien servis, on les jette comme de la merde. C’était pour ça qu’il s’était battu ? Là bas, il était quelqu’un. Les Alchimistes d’Etat étaient respectés, parce que leur simple présence suffisait à faire pencher la bataille en la faveur d’Amnestris. Maintenant, il n’était même plus capable de trouver un travail comme balayeur. Même ici, il sentait leurs regards, ces regards rabaissant qu’ont ceux qui n’ont jamais connu la guerre envers ceux qui en sortent. Partout, où qu’il aille ça n’en finissait jamais. Il se tourna, et observa un groupe de jeunes qui buvaient leur verre, prêt de la sortie du bar, et qui l’observaient, avec des airs de gangsters. Parce que ces voyous s’imaginent qu’ils valent mieux que lui ? Il se leva brusquement, et se dirigea vers eux, en titubant.
« Parce que vous croyez que vous valez mieux que moi, parvint-il à articuler. Hein ? Je vais vous apprendre, moi. »

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Heg le Sam 23 Aoû 2008 - 21:48

Mais voila donc un titre bien intriguant.

Un premier chapitre également, d'ailleurs. Les différents protagonistes sont en place, et on se réjouit à l'avance de la multiplicité des intrigues et des points de vue dors et déjà anoncés. Peut être n'aurais-tu juste pas du dire d'emblée dans ta présentation quel allais être l'objectif de ton personnage principal, perso, j'aurais préféré avoir la surprise. Mais bon, comme il ne s'agit que du paratexte...

J'ai pas vraiment de remarques négatives à faire, si ce n'est te retourner un peu ce que tu disais à Jayjay tout à l'heure. Fais gaffe : la pègre, c'est presque aussi casse gueule que la guerre, comme sujet. Enfin, disons que c'est difficile d'éviter certains clichés, ou, à la rigueur, de les exploiter intelligement. Mais bon, je brulons pas les étapes, je te fais confiance.

Enfin voila, deux nouvelles fi dans la même journée, c'est cool.

"Maruverse". Je surkiffe.
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Mélanie Mustang le Dim 24 Aoû 2008 - 7:10

Je suis d'accord, voilà un passage très intéressant pour le début de cette fic^^ Quant à ton intro sur Warren, est-ce qu'on doit s'attendre à ce qu'il lui arrive plein de trucs casse-gueule? mdr

Bon, pour la période... Eh bien apparemment c'est temps de paix... Donc... hum... Période Roy Mustang généralissime ou Hadzuki Mustang Généralissime? Ou encore Ellroy président? Je sais pas trop... J'attends de voir la suite pour savoir^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Lena le Dim 24 Aoû 2008 - 9:42

Héhé moi je sais quelle période c'est ^^ enfin s'il n'y a pas eu de changement depuis que j'ai entendu parler du projet...
Sinon, sinon...et bien c'est un bon début. Et boire de l'alcool jusqu'à être suffisamment abruti pour avoir envie d'en découdre avec les premiers voyous qui passent, c'est pas très malin...^^ (Mais malheureusement tellement réaliste...)
Enfin...on attend de voir la suite...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par jayjay210 le Dim 24 Aoû 2008 - 10:02

Attention, voilà le boulet de service qui ne comprend à vos références !! ^^

Je n'ai pas (encore) lu vos fics, donc ça n'aide pas à comprendre... Mais d'après ce que j'ai compris du chapitre 1, c'est du post Fullmetal Alchemist, n'est-ce pas ?

Sinon, je trouve ce chapitre intriguant, bien mené et qui pose quelques mystères déjà. On a envie de s'intéresser au dénommé Warren et de connaître davantage ce mystérieux "Alchimiste Statique", dont le titre m'intrigue encore plus ! Et il est clair que ton style est différent du mien, et surtout très agréable à lire ^^

HEG a écrit:Fais gaffe : la pègre, c'est presque aussi casse gueule que la guerre, comme sujet.

Mouais... Mais après, c'est un peu pareil pour tout, un auteur ne peut donc pas traiter de sujet qu'il n'a pas vécu par lui-même, et la littérature serait bien triste... Tout dépend comment starman va traiter le "milieu du crime" et comment ses lecteurs vont le percevoir ^^
avatar
jayjay210
Sebastian Gomez

Nombre de messages : 32
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur http://shamballaalchemist.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Heg le Dim 24 Aoû 2008 - 14:44

Bien sûr ; moi je pense qu'en littérature on peut parler de tout. J'ai bien posté ici une histoire qui se passe dans le cadre d'une dictature communiste, et pourtant j'ai pas plus d'infos sur le sujet que celles récoltés en cours...

C'est aussi pour ça que les univers fantastiques sont pratiques, parce qu'on a moins de chances de faire de grosses gaffes. Mais c'est à double tranchant, parce que si on ne monte pas un truc crédible, ça se voit plus vite.

Mais, de toute façon, j'ai toute confiance en Starman pour trouver le bon ton. C'est ça le plus important, en fait.
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Starman le Jeu 28 Aoû 2008 - 20:10

Effectivement, la pègre est assez casse-gueule comme sujet aussi. Cependant, je pense qu'il devient difficile d'éviter les clichés dessus, mon parti est donc de les tourner un peu en dérision (dans la mesure ou ca ne gêne pas le déroulement de l'histoire). Sinon, ouais c'est du post Fma. D'ailleurs, un habitué de nos fics pourra déceler un deuxième indice dans mon premier post (indice par ailleurs mis par pur accident^^).
En ce qui concerne le mystérieux Alchimiste Statique...hem hem... vous verrez^^.


Chapitre 2 :

Angier en avait fait, des trucs pas net, depuis le temps que lui et ses copains avaient comme principal revenu les sacs des petites vieilles (une façon un peu caricaturale de résumé ses activités, certes, mais assez proche de la réalité). Il en avait vu pas mal aussi, mais c’était bien la première fois qu’un ancien Alchimiste d’Etat complètement ivre l’injuriait tout en essayant de ne pas s’effondrer par terre. Cela avait quelque chose d’assez surréaliste, si bien qu’Angier ne savait pas vraiment comment il était censé réagir. Après réflexion, il décida de se lever pour calmer l’alchimiste.
« Calmos, mec, dit-il d’un ton qu’il espérait apaisant. On cherche pas d’embrouilles.
-Tu parles. Vous vous moquez de moi, je le sais. Quel loser, hein ? c’est ça que vous vous dites ? Comment un déchet dans mon genre a pu travailler pour l’Armée. Petit con. J’étais la terreur des ennemis de la nation que tu étais même pas né. »
le jeune homme posa la main sur l’épaule de l’alchimiste, calmement, mais avec fermeté.
« Ca suffit, mec. Tu ferais mieux d’aller te coucher.
-Me touche pas. »
Angier sentit la main de l’homme se poser sur son torse. Puis vint la douleur, comme s’il s’était collé contre une grille électrifiée. Réussissant à se dégager de justesse, il s’effondra au sol, tout en se tenant le ventre.
« Putain, fit un de ses amis. Il a blessé Angier.
-T’es mort, mec. »
Avant qu’Angier ne puisse réagir, ses potes avaient sortis leurs flingues, des vieilles pétoires souvent mal entretenues, mais qui seraient suffisantes vu la distance. Mais, contrairement à l’effet escompté, cela n’effraya pas l’Alchimiste Statique. Ce dernier les regarda avec assurance, ricana (ou plutôt, fit un bruit ressemblant à un mélange entre un ricanement et une chasse d’eau), et mis négligemment les mains dans ses poches.
« Vous croyez quoi ? Je suis imperméable aux balles, salle ramassis de petits mer… »
Quand Angier lui posa la question plus tard, son ami fut incapable de lui dire si la balle était partie tout seule, ou si au contraire c’était un geste prémédité. Toujours est-il qu’elle fut tirée, et toucha l’alchimiste en pleine tête. Ce dernier s’effondra au sol comme un vieux sac à patates, tandis qu’Angier se lev a avec peine.
« Putain, t’es con ou quoi ?
-Quoi ?
-T’as buté un Alchimiste d’Etat, abruti, tu crois quoi ? Qu’ils… »
Il ne finit pas sa phrase, constatant que le barman avec sorti son vieux fusil de chasse planqué sous le comptoir.
« Mettez ça dehors, et foutez le camp de mon bar. »
Conscient qu’il était inutile de s’expliquer avec quelqu’un tenant une arme de ce calibre, ils commencèrent à empoigner le cadavre.
« Qu’est-ce qu’on fait, demanda la tireur.
-A ton avis ? On le planque dans une ruelle et on s’éloigne en espérant que personne ne nous voit. »

Warren fouilla négligemment dans ses poches, cherchant assez de monnaie pour se payer au moins un petit verre. Bien sur, il pourrait utiliser sa moitié pour les pneus, mais quelque part, ça l’emmerdait de l’utiliser pour ça. Cependant, étant donné les trois Cenz qui se battaient en duel, il allait sans doute devoir le faire. Son attention fut détournée par les silhouettes de trois types sortant d’une ruelle, et qui marchaient façon « faisons comme si de rien n’était » (ce qui, c’est bien connu, est un réflexe aussi naturel que stupide).
« Tiens, murmura-t-il pour lui-même, voilà Angier et sa bande. »
Vu leur attitude d’espions drachmiens en cavale, ils devaient avoir planqué un truc. Peut être quelque chose de valeur, de quoi se faire un peu plus que 25 000 Cenz. Flairant le bon coup, mais néanmoins prudent, Warren pénétra dans la ruelle sombre et déserte. Malgré l’obscurité, il ne mit pas longtemps à découvrir le cadavre caché dans une benne à ordure.
« Hé bé fit-il. Je sais pas qui t’es, mais comme tombe, on a rarement vu pire. Même les taupes des flics ont droit au fleuve d’habitude. »
Il était un peu déçu, il espérait que ce serait un truc qu’il pourrait revendre. Néanmoins, bien décidé à ne pas partir les mains vides, il sortit le cadavre de la benne pour lui piquer tout ce qui aurait un peu de valeur. Il remarqua alors les vêtements du corps.
« Dis donc, t’as un chouette manteau. »
En effet, c’était un manteau de qualité, visiblement du fait sur-mesure, avec des petits motifs sur l’ensemble. Sans compter le fait qu’il était parfaitement assorti aux gants et au manteau. Bref, c’était la super classe.
« Tu m’en voudras pas si je te les emprunte ? M’est avis que plus grand chose te dérange, maintenant. »
Il fourra le tout dans son sac, et remis le cadavre dans la benne. Finalement, le verre n’était pas forcément nécessaire.

« C’est à cette heure-ci que tu rentres ? »
Warren poussa un soupir. Depuis la « disparition » (c’est à dire comme la mort, à part qu’on a pas de cadavre à mettre au cimetière) de ses parents, c’était Martha qui l’élevait. Et, bien qu’il lui en soit reconnaissant, elle pouvait être une vraie emmerdeuse.
« Désolé, Jason et moi, on a un peu traîner avant de rentrer.
-Tu sais très bien que je n’aime pas que tu traînes avec ce… ce voyou.
-Martha. C’est bon, tu me répètes ça tout le temps. »
cette fois, ce fut Martha qui soupira. Comme d’habitude, il n’écoutait pas. Cela ne servait rien d’insister.
« Vas te coucher, maintenant. Et cherches un travail honnête demain, ça te changera. »
Warren retint de justesse une grimace. Un travail honnête, et puis quoi encore ? Sans rajouter un mot, il monta l’escalier.
« Et on dit bonne nuit !
-Bonne nuit. »
Arrivé en haut des escaliers, le jeune Williams allait ouvrir la porte de sa chambre quand…
« Ne le prend pas pour toi, elle s’inquiète c’est tout, fit la voix de Lucy dans son dos.
-Elle croit que je suis pas capable de me débrouille, répondit-il en se retournant. Elle espérait sans doute que je reprenne l’hospice avec vous.
-C’est juste qu’elle te voit passer tes journées à rien faire. Trouve un petit boulot, ça la calmera. »
Il souria, une façon comme une autre de dire « ouais, bien sur. »
« De toute façon, il n’y a pas de travail.
-Et l’alchimie ? Ca la rassurait quand tu étudiait ça. Pourquoi tu as arrêté.
-Mon maître m’a renvoyé. Il disait que j’étais plutôt doué, mais que je n’avais pas la mentalité. Des conneries, quoi.
-Ho. »
Warren sentait bien que ça l’inquiétait, elle aussi. Alors il fit ce pour quoi il était le plus doué : il mentit.
« Mais bah, je suppose que il doit bien y avoir un boulot d’apprenti quelque part.
-Tu as raison. Bonne nuit.
-Ouais toi aussi. »
Une fois la porte de sa chambre, il examina les affaires du mort sous toutes les coutures. La surprise s’empara de lui, quand il constata que les motifs étaient en réalité des cercles de transmutation. Il fit un léger sourire. Décidément, ça devenait de plus en plus intéressant.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Lena le Jeu 28 Aoû 2008 - 21:26

Quoi ? Mais...mais alors l'alchimiste statique est...mort ? C'est terrible...je ne m'y attendais pas du tout...
Hum...bon plus sérieusement, bon post. Il promet ce petit Warren...il deviendra un gars bien c'est certain...

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Mélanie Mustang le Ven 29 Aoû 2008 - 6:25

Eh bien... Je ne m'attendais pas à ce que tu tues l'alchimiste statique aussi vite... Mais bon, c'est pour les besoins de l'histoire je suppose^^ En tout cas, j'ai hâte de voir ce que va faire Warren avec cet uniforme... lol

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Heg le Ven 29 Aoû 2008 - 21:32

Pas mal. On commence assez bien à voir où tu veux en venir. Comme d'habitude, c'est bien écrit, j'attends la suite avec impatience, etc, etc. Je dois dire que je trouve les posts de fics un peu cours pour être commentés intelligement. Je dirais des choses plus inspirées quand j'en aurai une demi douzaine à relire d'une traite.

Courage champion ? Very Happy
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Macros le Lun 1 Sep 2008 - 20:54

Je ne dirais qu'une chose. Best. Death. Ever. Dommage qu'il soit déjà parti, je sens que cet alchimite statique va me manquer... Enfin, telle est la dure loi des fan-fictions, le vieux doit périr pour que le jeune entre en scène et fasse des trucs héroiques. Ou presque héroiques. Ou pas héroiques du tout, mais quand même.... Enfin bref. Bonne continuation, quoi qu'il en soit!

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par REX LeBLACK le Dim 14 Sep 2008 - 21:41

Un beau début pour une histoire qui j'espère s'étendra dans des rebondissement et des péripéties les plus folles ou les plus prenantes. Attachant ce Warren, je ne m'attendais pas non plus à la mort si soudaine de l'Alchimiste accro au goulot, mais je me doute que c'est pour la "bonne cause narrative". Curieux aussi de ce qu'il adviendra de Angier et de ses potes sensibles de la gâchette. Quoiqu'il en soit, une hâte et une impatience concernant la suite.
avatar
REX LeBLACK
Sebastian Gomez

Nombre de messages : 33
Age : 28
Localisation : Ouest, Europe.

Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/user5614014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Starman le Sam 20 Sep 2008 - 14:34

Bon, un nouveau chapitre, pas aussi long que ceux de certains mais bon^^ (après vais faire un complexe d'infériorité moi).
Chapitre 3 :

« Hé, patron, tu t’es pas encore jeter par la fenêtre ? Pourtant, si je vivais avec ta femme, je l’aurais fait depuis un bail . »
Le chef de service contint son agacement avec peine. Certes, Harry Vaughler était un bon élément, et leur relation pouvait, si l’on y réfléchissait suffisamment longtemps, être qualifiée d’amicale, mais ses plaisanteries étaient d’un tel mauvais goût que parfois il devait se retenir pour ne pas lui coller un pain. Surtout de bon matin.
« Le jour où j’aurais des conseils à recevoir d’un mec qui se fait astiquer le marteau par son chien, je ne t’oublierai pas, Harry.
-Hé, c’est dégueulasse ce que tu dis ! Bon, tu voulais quoi ?
-L’Alchimiste Statique, tu connais ? Celui qui a fait la guerre contre Aerugo ?
-Et bien, je l’ai vu à la télé, mais si c’est le sens de ta question, on m’a pas invité au mariage .
-On se demande pourquoi. On l’a retrouvé mort en slip dans une poubelle.
-Beuh. Je savais bien que les militaires devaient souvent se salir les mains, mais de là à cohabiter avec les ordures.
-Tu es chargé de l’affaire. Tu pense pouvoir terminer celle en cours où je la confie à un autre ? »
Pour toute réponse, Harry Vaughler jeta un bout de papier sur le bureau avec négligence.
« Qu’est-ce que c’est ?
-Les aveux du suspect. Va vois les gars du labo pour les preuves matérielles. Donc pas la peine de la confier à un bleu. »

« …sieurs blessés dans une incendie , mais fort heureusement, aucune victime. Les autorisées ont déclaré ce matin avoir retrouvé le corps de Victor Grundy, alias l’Alchimiste Statique, dans une poubelle non loin du centre ville. Alchimiste d’Etat sous le régime de Heigarts, Grundy était réputé pour transmuter des décharges électriques à divers usages grâce à des cercles de transmutation dessinés sur ses gants, ses bottes et son manteau. Suite à l’arrivée au pouvoir de l’actuel généralissime Hadzuki Mustang, il avait été contraint à la démission suite à ce qui a été qualifiée de « restructuration des effectifs », que de nombreux experts ont, quand à eux, qualifié « d’assainissement des partisans de Heigarts ». Bien que l’alchimiste ne ce soit jamais mêlé de politique, il était soupçonné de soutenir l’ancien régime. Tout de suite une page de publici… »
Jason King fut distrait de sa vision quotidienne des infos en sous-vêtement( une habitude qu’il tenait de son père) par un bruit à la fenêtre, comme quelqu’un qui frappait contre la vitre. Se retournant, il vit Warren l’attendre en souriant, portant un manteau visiblement trop grand pour lui. Manteau que Jason venait de voir sur la photo d’un mort aux informations.
« Putain, qu’est-ce que t’as foutu, mec, dit-il, en ouvrant la fenêtre. Dégages de ma cage d’escalier avant que quelqu’un ne te remarque avec ce foutu manteau.
-T’es con, Jason. T’as pas de cage d’escalier. »
Une observation plus fine de la situation permit à Jason de remarquer deux choses. La première était que Warren avait bien raison, et qu’il n’y avait aucune cage d’escalier. La deuxième était que ce dernier avait les deux pieds contre le mur, et tenait droit sans s’accrocher à quoi que ce soit.
« J’y crois pas, murmura-t-il.
-Bon, tu me laisses entrer ou alors tu restes planté là ? »
Jason s’écarta, laissant Williams pénétrer dans la pièce.
« Putain, t’as tué l’Alchimiste Plastique ?
-De quoi tu parles ? J’ai trouvé ces fringues dans une poubelle, sur un cadavre.
-Tu regardes jamais la télé ?
-Non, ce matin je me suis sorti m’exercer avec ce truc. C’est quoi cette histoire ?
-le cadavre, c’est celui d’un Alchimiste d’Etat, l’Alchimiste… Sporadique, un truc dans le genre.
-Ha oui ? Intéressant.
-Intéressant ? T’as tué un ancien militaire ! Tu crois qu’ils vont laisser passer ça ?
-On s’en fout, il savent pas que je l’ai. Ecoute, ce truc est génial.
-Ouais, comment t’as fait pour tenir debout sur le mur ?
-Et bien, il est fait (ainsi que les gants et les bottes) d’une matière spéciale qui crée un petit peu d’électricité quand on le frotte, un peu comme un pull angora. Les cercles transmutent ces petites décharges avec l’air ambiant pour augmenter leur puissance.
-Ouah, tu parles comme un alchimiste. Pourquoi ton maître t’as foutu dehors déjà ?
-Il m’a surpris en train de racketter un mec en utilisant l’alchimie. Mais c’est pas le sujet. J’ai passé la nuit à comprendre comment ces cercles fonctionnent, et en plus c’est pas très compliqué, contrairement à d’autres alchimistes. Mon manuel des basiques m’a suffi à piger.
-Pourtant, le mec était une pointure paraît.
-Justement. Tu comprend pas. Je t’avais parlé d’une occasion à saisir, tu te rappelles ?
-Ouais. »
Warren commença à sourire, un sourire que Jason qualifia dans sa tête de « celui du mec qui jubile tout en essayant de se retenir ».
« -Ben ça y’est. Avec ce truc, on a enfin l’occasion de se faire un nom. Fini les ventes de pneus à la sauvette. Avec ces trucs, on va pouvoir se faire un nom.
-On ?
-Ben…ouais.
-Tu aurais pu faire cavalier seul, moi j’ai rien trouvé.
- Ouais mais t’es mon cousin, tu te rappelles ? A la vie à la mort. »
Jason acquiesça. C’était vrai. Ils s’étaient jurés de partager le même destin, parce que le lien entre eux était bien plus fort que celui qui lierait de vrais membres de la famille. Ils étaient amis. Ils étaient cousins. Ils étaient associés.
« D’accord, fit-il, j’en suis.
-Heureux de l’entendre.
-T’as une idée de la suite ? »
Le sourire de Warren s’accentua.
« Comme je l’ai dit, nous allons nous faire un nom. Hors, que ce soit en alchimie, dans l’Armée, ou dans le milieu criminel, il n’y’a qu’une seule manière de s’y prendre.
-Laquelle ?
-Il faut frapper un grand coup. »

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Mélanie Mustang le Sam 20 Sep 2008 - 18:03

Le jour où j’aurais des conseils à recevoir d’un mec qui se fait astiquer le marteau par son chien, je ne t’oublierai pas,

Ca c'est de la belle réplique^^ Je crois que je vais la retenir^^ On ne sait jamais, ça me sera peut-être utile un jour... lol
En tout cas, voilà un très bon passage, j'ai hâte de voir où tout ça va mener... En tout cas, ça fait marrant de voir les résultats de la merveilleuse politique de Hadzuki pour changer le gouvernement...

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Heg le Sam 27 Sep 2008 - 18:49

Bieng, bieng, bieng.

Très sympathique, les deux loosers dans leur genre. J'attends la suite. Very Happy
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Lena le Dim 5 Oct 2008 - 19:56

Et hop, je reposte suite à un étrange incident technique qui a fait disparaître plusieurs messages (ne pas chercher à comprendre l'informatique...)
Hmm. Bref...pour pas changer bon post, tout ça...oh et, quel plaisir de retrouver ce bon vieux Vaughler... Et comme d'hab, curieuse de lire la suite...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Starman le Dim 5 Oct 2008 - 20:15

Chapitre 4 :


Le soleil se couchait sur les quartiers pauvres, ses rayons illuminant les vieilles battisses décrépies d’une lumière orangée. D’ici quelques heures, il ne ferait pas bon de traîner dans le coin, sauf bien sur, si l’idée de vous retrouvez en sous vêtements en pleine rue par un froid hivernal vous tentait, à moins que vous ne préféreriez les petites boîtes en bois. Ici, nombreux étaient les bâtiments abandonnés qui servaient de repaire à des gangs locaux, ou alors à des magouilles réprouvées par la morale. Et c’était l’un d’entre eux que surveillaient discrètement Jason King et son ami Warren Willams.
« Alors, c’est quoi ce coup, demanda ce dernier ? Argent sale ? Drogue ?
- Je ne sais pas vraiment. Il paraît qu’ils gardent le secret, même à la main d’œuvre . Mais j’ai un pote qui doit se décharger ça, il m’a dit que c’était du lourd.
- Ce qui veut dire qu’il va y avoir des gardes en quantité.
- Hé, c’est toi qui voulais faire un gros coup, non ? »
Warren ne répondit pas, et observa une fois de plus l’entrepôt. Il était assez banal, deux entrées en face l’une de l’autre, ainsi que quelques fenêtres situées en hauteur. C’était sans doute le meilleur moyen d’entrer sans se faire voir, surtout qu’il était probable que le bâtiment serait dans l’obscurité.
« Ca ne devrait pas être trop dur d’entrer continua-t-il. Par contre difficile de savoir ce que je pourrait emporter si tu n’as aucune idée de ce que c’est.
-D’après mon pote, ce sont des petites boîtes qu’il doit décharger. Je pense que tu devrais au moins pouvoir en prendre une sous le bras.
-D’accord. Et ça se passe quand, ton truc ?
-Demain soir, vers 23h.
-Ok. Une fois sur place, j’attend qu’ils aient déchargés, et je les livreurs s’en aillent avant de passer à l’action. Bon, faut que je file. A la prochaine.
-Ok. »
Williams passe de nouveau les jumelles à son associé, et s’éloigna dans la ruelle. Jetant un dernier coup d’œil à l’entrepôt, il sourit légèrement.
« Bah, faut être un cave pour faire ses affaires là-dedans. »

Angier entra dans le bureau, traîné par deux gorilles en costume cravate, du genre qui ont trop vu de films de mafieux , qui le projetèrent au sol, où il rencontra la moquette parfaitement entretenue.
« Angier, Angier, vous me décevez beaucoup. »
Levant la tête, le délinquant pouvait apercevoir une silhouette d’environ 1m80, au tailleur fait sur mesure, et à la carrure impressionnante. Seule ses cheveux grisonnants pouvaient indiquer que cet homme, que l’on appelait Trois Doigts (suite à une blessure dans sa jeunesse alors qu’il fondait son gang) avait un peu moins de la cinquantaine.
« Nous sommes parfaitement d’accord que vous passez vos soirées de temps libre comme vous l’entendez, tant que vous ne mettez pas le souk dans un quartier où je vous autorise à opérer.
-Laissez-moi vous expliquez. Je…
-Je n’ai pas fini. »
Angier ne termina pas sa phrase. Il savait que la dernière chose qu’il devait faire maintenant était de le contrariez.
« De même, que vous dégommiez un poivrot devant des dizaines de témoins dans un bar louche m’importe peu. Seulement, quand le dit poivrot est un alchimiste d’Etat et que son nom apparaît le lendemain dans tous les journaux, vous braquez les projecteurs sur vous. Donc sur mon organisation. Don sur moi. Et toute publicité en ce moment serait malvenue, nous sommes d’accord ? »
Trois Doigts s’approcha du pauvre type allongé sur sa moquette, et s’accroupit devant ce dernier.
« Attendez, ce n’est pas moi, c’est…
-Je constate que vous ne saisissez où je veux en venir. Un bref instant, vous comprendrez mieux quand je vous aurais brisé les deux bras.
-Je vais chercher la masse, monsieur ?
-Pas la peine, je l’ai déjà sur moi. »
Angier remarqua effectivement une lueur argenté dans la main de son patron , lueur qui tomba avec violence sur son bras, lui bisant l’os. Poussant un cri de douleur, il se mis en boule comme un bébé en gémissant.
« Voyez-vous, peu m’importe qui a pressé la gâchette, vous êtes le leader de votre petite bande de larbins. Vous êtes donc responsables de leurs actes, quels qu’ils soient. «
Et il lui brisa le crâne d’un puissant coup de masse, avant d’enlever son manteau ensanglanté par les projections de cervelle, et de le donner à un des gorilles.
« Apportez-en un neuf. Et nettoyez mon bureau.
-Bien monsieur. »
Et Trois Doigts sortit de son bureau.
« A chaque fois c’est pareil, je salope toujours un de mes costards. »

Lucy termina le bandage autour de la main du patient. C’était une blessure par balle, comme tant d’autres dans cet hôpital. Seulement là, le jeune homme avait eu de la chance, elle n’avait fait que l’érafler. Sinon, vu le calibre il aurait pu dire adieu à ses doigts. Là, la blessure n’était que superficielle.
« Comment vous vous êtes fait ça, demanda-t-elle sans vraiment savoir pourquoi.
-Pardon ?
-Oubliez ça. Si c’est encore un de vos trucs de gangster, je préfère ne pas savoir.
-Ho, non, rien de ce genre. En fait, je suis gardien de nuit, et je me suis blessé avec mon arme de service.
-Ha bon ?
-Oui. Je suis confus, c’est vraiment nul. »
Intriguée, Lucy examina le patient plus en détail. Il avait le même age qu’elle, cheveux bruns , assez grand, plutôt mignon.
« Voilà, dit-elle, c’est fini.
-Merci beaucoup. Je vous suis vraiment reconnaissant.
-Si vous l’êtes vraiment, envoyez moi des chocolats, je n’ai pas souvent l’occasion d’en manger.
-Très bien. »
Elle le regarda d’un air intriguée. C’était une plaisanterie, mais lui n’avait pas l’air de rigoler.
« Je m’appelle Michael, dit-il en lui tendant la main.
-Lucy répondit-elle en la lui serrant. »

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Lena le Dim 5 Oct 2008 - 20:26

Oh non, ça c'est dur...le pauvre...un beau costume gâché par une bête projection de cervelle. Tss, mince alors...
Bon, plus sérieusement, comme d'habitude un post sympa. Je suis assez curieuse de lire la suite...(qui y a-t-il dans cet entrepôt ? Que va-t-il se passer entre Lucy et ce Michael ?? Suspense...enfin presque...)

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Mélanie Mustang le Lun 6 Oct 2008 - 17:27

Ah bah non alors! Pas le costume! Je suis sûre qu'en plus il vaut un paquet de fric! Franchement c'est pas malin...
Bon, sinon, bon post et pareil... J'ai hâte de savoir ce qui va se passer entre ce Michael et Lucy... Ah la la, que de suspens^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Starman le Dim 19 Oct 2008 - 19:23

Chapitre 5 :


« Je suis rentré. »
Martha fur surprise d’entendre la voix de Warren Williams. En général, il passait ses après-midi dehors, à faire Dieu sait quoi avec son ami Jason. Hier encore, il était rentré juste à l’heure pour manger. Aujourd’hui, on aurait dit qu’il ne voulait pas se fatiguer.
« Ta journée s’est bien passée, demanda-t-elle, vaguement intriguée.
-Rien de spécial. Ha, si : j’ai trouvé un travail.
-Tu cherchais un travail, s’étonna Martha.
-Bien sur. Ho, rien de terrible. Juste serveur dans un de ces bars qui ouvre toute la nuit.
-Lequel.
-« L’Amnestrien ». »
Martha hocha la tête. Ca semblai plausible, et de toute façon, elle ne connaissait pas bien les bars. Pas sa tasse de thé.
« Donc, tu travailles la nuit, reprit-elle.
-Ouais, d’ailleurs je commence ce soir. Donc je suis venu me pieuter un moment, avant de partir.
-Tu seras là pour le dîner ?
-Ouais, mon service commence à neuf heures et demi. Mais je rentrerais vers cinq heures. »
Elle ne répondit pas. Quelque part, cela lui semblait étrange qu’il se soit mis volontairement en quête d’un boulot. Mais, bah, peut être Lucy lui avait parlé.

Warren monta les escaliers, satisfait de son petit bobard. Il savait bien que sa tutrice ne pouvait pas savoir qu’il n’existait aucun bar appelé « l’Amnestrien ». Par contre, il allait devoir passer ses soirées chez Jason, les jours où il ne serait sur rien. Il croisa Lucy dans les escaliers, mangeant ce qui semblait bien être des chocolats.
« Salut, Warren.
-Salut, Lucy. Ce sont des chocolats ?
-Oui.
-Tu les a achetés ?
-Non, c’est un garçon nommé Michael qui me les a envoyés.
-Michael ? Connaît pas.
-C’est un gardien de nuit, il s’est blessé par balle, et comme je l’ai soigné, il a voulu me remercier. »
Warren ricana doucement.
« Ha, je vois. Il veut sortir avec toi, quoi.
-Je n’ai pas dit ça. Mais c’est possible oui.
-Je vois, je vois. Bon, vais me coucher, je dois être d’attaque ce soir, pour mon travail.
-Ton travail ?
-Ouais, je fais le service dans un bar de nuit.
-C’est super.
-Ouais, je sais. C’est vraiment une aubaine. Bon, je vais dormir. Salut. »
Et il entra dans sa chambre. Après l’avoir fermée à clé, il enleva les lattes au milieu de son plancher, et sortit une mallette. L’ouvrant, il en sortit le manteau.
« Ouais, songea t-il. Vraiment une aubaine. »


« Vous êtes en retard. »
Warren était d’accord avec le chef (semble-t-il) des « acheteurs ». Il était 23h30, il commençait à trouver le temps long. Déjà, qu’il était venu une demi-heure en avance, pour être sur que personne ne le surprendrait. Et passer une heure suspendu la tête en bas en faisant de l’alchimie pour ne pas tomber, c’était pénible.
« Ho, ça va, hein. Vous avez le fric ?
-Vous avez la came ?
-Ca dépend si vous avez le fric.
-Tu essaies de faire de l’humour ? »
Sans répondre , le « vendeur », demanda à un de ses quelques hommes de main de ramener la marchandise, tandis que ceux de l’acheteur ramenaient deux valises, probablement pleines de billet. Warren songea un moment à intervenir tout de suite, afin de récupérer à la fois la came et le paiement, mais ils étaient en tout une bonne dizaine, et il n’était pas sur de maîtriser suffisamment son alchimie pour s’en débarrasser sans risques. Il valait mieux attendre. C’est ce que Jason dirait. On ne peut pas avoir à la fois le beurre et…
« Ho, et puis merde, murmura-t-il, tout en sortant le pistolet qu’il avait acheté au noir le jour même. Comment je me fais un nom si j’ai peur de dix pauvres types. »
Il examina rapidement la situation. Le bâtiment était éclairé par quelques vieilles lampes, situées en hauteur. A quelques pas sur sa droite, se trouvait tous les câbles, sans aucun doute reliés au système électrogène. Rangeant son flingue, et saisissant son canif, il les dénuda en silence, avant de les saisir à pleine main. Puis, il transmuta un décharge électrique, qui eût pour effet de court-circuiter le vieux système. Le bâtiment fut rapidement plongé dans le noir complet.
« Hein , firent les hommes en bas.
-Que se passe-t-il ?
-Les salauds ! Ils veulent nous doubler. »
Warren était satisfait de l’effet produit. Dégainant son pistolet, il tira au hasard dans la salle.
-Ils nous canardent.
-On va pas se laisser faire. Feu à volonté !
-Butez moi ces guignols. «
Warren évacua en vitesse par une fenêtre qu’il avait repéré à sa gauche. Vu la situation, mieux valait être ailleurs quand ça va péter.

Au bout de quelques minutes, il n’y avait plus de coups de feu. Lampe torche à la main, Warren se décida à entrer dans l’entrepôt. Un bref coup d’œil lui montra qu’ils s’étaient tous entretués.
« Haaaa…Qui… ? »
Réflexion faite, ils s’étaient presque tous entre-tués. L’un d’entre eux était toujours vivant, mais il était grièvement blessé. A la vue de Warren, il chercha à atteindre son armé située à quelques mètres de lui, mais le pistolet de Williams braqué sur lui l’en dissuada.
« A ta place, je ne ferais pas de conneries, mec. Si tu vois ce que je veux dire.
-Qu…Qui es-tu ?
-Je suis…. »
Warren réfléchit un moment. Qui pouvait-il bien être ?
« Bon, je sais pas encore qui je suis, mais l’important , c’est que j’ai un flingue.
-Tu ne sais pas qui t’es en train de voler.
-M’en fous. Maintenant, si tu permets, je pense que je vais me servir. »
S’éloignant avec prudence du malfaiteur, il se dirigea vers les caisses. Elles étaient assez petites, il pouvait sans doute en prendre une ainsi que la mallette contenant le fric avant qu’un autochtone bien intentionné n’appelle la police.
« On dirait bien que Noël est en avance cette année, murmura-t-il. »

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Lena le Dim 19 Oct 2008 - 20:01

Va falloir qu'il se trouve un nom quand même...un peu plus classe que "je sais pas qui je suis" ^^ (même si j'ai bien aimé le "l'important, c'est que j'ai le flingue"...)
Enfin...sinon je vois que ce cher Warren avance à grand pas sur le chemin de la bonté. Va finir par devenir un véritable saint ce petit, je l'sens...
Hmm...et plus sérieusement, bon post, et curieuse de lire la suite...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Mélanie Mustang le Mar 21 Oct 2008 - 16:06

Ah mais "Je ne sais pas qui je suis" c'est très innovant comme nom! Ca donne un truc nouveau! C'est plein d'art et d'improvisation!

Plus sérieusement, c'est encore un bon post, j'ai hâte de voir où tout ça va mener notre cher Warren^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Macros le Jeu 6 Nov 2008 - 8:29

Warren, le maître absolu de l'Evidence. Il pourrait utiliser ça comme nom provisoire, avec sa façon d'enfoncer les portes ouvertes! Maintenant, il lui faut juste une cape, un masque etdes collants, et il sera paré pour aller sauver le monde. Ou le détruire, si le sauver l'ennuie. Hate de voir quelle sera la carrière de ce héros parmi les héros!

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Starman le Sam 15 Nov 2008 - 21:27

Chapitre 6 :


« Hé Vaughler, y’a quelqu’un qui a percuté ma bagnole dans le parking. »
L’inspecteur tourna la tête vers le jeune imprudent qui n’était visiblement pas au courant qu’il était impossible de discuter avec ce qui était sans conteste le plus malpoli de tous les membres de la police.
« Qu’est ce que tu veux que j’y fasses ? J’ai une gueule de gardien de parking ?
-Non, mais…
-Ou alors t’insinues que c’est moi qui ai démoli ton pare-chocs arrière ?
-Mais j’ai jamais parlé de pare…
-Hein ? Tu disais quoi, là ?
-Heu…non, rien. »
Et le jeune stagiaire s’éloigna, tout penaud. Harry ricana dans son coin, tout en sirotant son café. On dirait bien qu’il avait finit par comprendre, celui-là. Mais assez rit. Le chef l’avait convoqué dans son bureau, il y’a déjà dix minutes de cela. Il faudrait peut être qu’il y aille. Dès qu’il aurait fini son café.


« Alors, chef, comment ça va, aujourd’hui ? Toujours pas réduit à faire le trottoir ? »
Ignorant du mieux qu’il pouvait la remarque vexante de Vaughler (ce n’était après tout que la 3747è), le commissaire de police poussa un long soupir avant de prendre la parole.
« Harry, si un jour tu fais une crise cardiaque et perd l’usage de la parole, rappelles-moi de faire créer un jour férié.
-Ha. Alors, tu veux quoi ?
-Hier soir, nous avons reçu un coup de fil anonyme signalant un règlement de comptes dans un entrepôt abandonné. Sur place, nous avons trouvé deux bandes de gangsters qui se sont entre-tuées, ainsi que des boîtes. Cependant, elles étaient toutes vides.
-Ha, je crois que c’est ce que je préfère dans ce métier : apprendre que des blaireaux de hors-la-loi se sont massacrés tout seul comme des grands.
-Je croyais que tu préférais draguer les ressortissants étrangers de sexe féminin complètement soûl.
-Ho, tu penses encore à cette histoire ?
-Bref, l’un d’entre eux a survécu, grièvement blessé.
-Et ?
-Il prétend qu’ils traînaient dans l’entrepôt…
-Sans rien faire de mal, je connais la musique.
-Quand ils ont été agressés par un type avec un long manteau qui les aurait massacrés.
-Un seul ? Les mafieux ne sont plus ce qu’ils étaient.
- On a fait un portrait robot de l’individu, regardes ça. »
Le commissaire tendit un papier à l’inspecteur qui l’examina avec attention.
« Ca me dit vaguement quelque chose, mais…
-Nous avons été incapables de déterminer de qui il s’agit, cependant, le manteau qu’il porte semble être celui de l’Alchimiste Statique.
-Tu es en train de dire que ce type, qui d’après le dessin vient juste d’abandonner sa couche-culotte, aurait dézingué un ancien militaire ?
-Va savoir, mais c’est possible. En attendant, je veux que tu te mettes sur cette affaire.
-Bien, mais il va falloir que la presse évite d’en parler. Tu sais à quel point je hais lire mon nom dans les journaux. »
Le commissaire poussa un très long soupir. Il songea à une époque lointaine, avant d’être commissaire, où il avait encore la forme et des cheveux.
« Trop tard. Il semble que notre témoin anonyme n’ait pas prévenu que la police. »


« …Et pour l’instant, la police n’a fait aucun commentaire sur ce mystérieux agresseur. Mais selon des sources sures, il pourrait s’agir de l’assassin de l’Alchimiste Statique, qui aurait dérobé les cercles alchimiques de ce dernier.
Quoi qu’il en soit, le mystère plane sur celui que l’on ne peut appeler pour l’instant que « Long Manteau »…
-Eteignez ça. »
La télévision cessa d’émettre, éteinte par l’un des nombreux larbins qui accompagnaient Trois Doigts. Une précaution nécessaire quand on avait pour ambition de rester chef de gang plus de trois jours.
« C’est bien notre marchandise qu’ils ont interceptés ?
-Oui, monsieur. »
Le poing de Trois Doigts se serra, tandis qu’il luttait pour garder contenance. Il comptait beaucoup sur ce chargement pour développer ses affaires hors de la ville. Il regretta de n’avoir pas laissé Angier en vie une journée de plus ; peut être s’avait-il quelque chose sur ce type. Quoi qu’il en soit, il allait devoir prendre des mesures envers ce jeune loup qui osait s’en prendre à son territoire, et ruiner une opération qu’il avait établie depuis des années.
« Prévenez le responsable minier. Dites-lui que la cargaison s’est perdue en route. Et appelez moi Dino Rino.
-Dino Ri … Bien monsieur.
-Il est temps que certaines personnes reçoivent une leçon de savoir-vivre. »


« T’as prévenue Martha, au moins ? »
Warren sourit. Décidément, Jason était très inquiet aujourd’hui. Il faut dire que, avant, ils ne possédaient cette mystérieuse cargaison.
« Relax, je lui ai dit que je passait te voir avant de reprendre le boulot. Quoi de neuf ?
-Lis le journal. »
Warren jeta un coup d’œil rapide sur la une de l’édition du « Central Times ».
« Long Manteau ? Sympa comme nom.
-Sympa ? Pourquoi tu les as appelés ?
-Comme ça. Ecoutes, si on veut se faire un nom, il faut pas que nous nous cachions. Si nous créons autour de nos actions un buzz suffisant, au bout de quelques années, nous serons bon pour figurer dans les livres d’histoire.
-Mouais.
-Dis-moi plutôt ce que t’as trouvé sur la marchandise.
-Et bien… »
Warren sentit que c’était ça le réel sujet d’inquiétude de son ami. Cela eût pour effet d’augmenter sa curiosité.
« Quoi ? C’est quoi ? On peut le revendre, au moins ?
-Je…J’ai regarder de quoi il s’agissait, et j’ai passé la journée à la bibliothèque centrale à vérifier des trucs. Et…J’en suis pas sur , mais… »
Jason s’arrêta un instant, suffisamment pour faire pester Williams contre cet effet dramatique gratuit.
« Mais quoi ?
-Je…Je cois qu’il s’agit de sortes de bombes. »

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Macros le Sam 15 Nov 2008 - 21:59

Damned, un cliffhanger. Encore un. C'est terrible.

Quoi qu'il en soit, notre nouvel alchimiste statique a du soucis à se faire, vu ce qui l'attends: pour qu'un malfrat tremble au nom de Dino Rino, c'est que ce dernier doit être VRAIMENT bon, parce que le nom lui même donne plutôt envie de rire.

Jolie touche avec le retour de notre inspecteur en chef, à l'humeur aimable et au charme distingué.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amestrian Chronicles : Long Manteau

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum