Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Mer 13 Aoû 2008 - 18:55

Et hop, ca me trottait par la tête, voici donc une nouvelle fic personelle sur l'avenir de votre acteur favori après qu'il ait quitté le petit groupe au terme de la première saison. Le tout devrait faire une bonne dizaine de chapitres (pour le moment, quatre sont écrits), et à défaut d'être long, j'espère que la chose éveillera votre interêt!

A starman: après réflexion, j'ai préféré, pour des besoins de simplicité, créer un topic individuel plutôt que d'en faire un gros regroupant les fics du même genre, craignant que les chevauchements de posts rendent la chose indigeste. Si tu es toujours motivé pour ton projet, soit en tout cas assuré de tout mon soutien!

Sur ce...



Prologue



Le portail d’Athakla, cité de la Monnaie et capitale du Royaume marchand de Lorelia, était grand ouvert, laissant la foule de voyageurs aller et venir sous l’arche de pierre, sous l’œil indifférent des quelques gardes de faction. Ces derniers étaient supposés lutter contre la contrebande, mais de généreux pots-de-vin avaient réduit ces efforts futiles à néant depuis longtemps… D’autant que les Autorités elles mêmes considéraient ces activités comme bénéfiques à l’économie de la ville et du royaume. Bref, les miliciens n’avaient pas grand-chose pour tromper leur ennui ; ce qui était également le cas d’un homme placé légèrement à l’écart de la route, observant d’un air distrait le flot incessant des nouveaux venus dans la ville. Corrin Tolm émit un bâillement sonore, avant de reporter son regard sur la porte est de la cité d’Athakla. Il venait de passer trois heures en plein soleil à attendre l’arrivée de quelqu’un dont les probabilités disaient qu’il ne se montrerait jamais, et ça n’était pas pour arranger son naturel déjà grognon.

Quelle poisse ! Vivement que la relève arrive, je commence à en avoir vraiment ma claque.

Cette phrase repassait sempiternellement dans son esprit depuis au moins les deux dernières heures. Et pourtant, toute cette affaire avait semblé être une bonne idée à Corrin… Au départ. Lorsqu’il avait appris que le Maître de Nuit offrait la somme rondelette de deux mille pièces d’or à celui qui pourrait lui apporter des renseignements sur un certain Kercyan, et que ce dernier était en route pour la capitale de Lorelia, il n’avait pas hésité un instant. Se portant volontaire pour monter la garde à l’une des portes de la ville, il avait tout d’abord détaillé chaque visage, scruté chaque sac de marchandise, s’efforçant d’y trouver des indices de la présence du fugitif sans se faire remarquer par les factionnaires du Roi… avant qu’une lasse résignation ne commence à s’emparer de lui. Il profita alors de cette période d’inactivité forcée pour réfléchir, ce que, il fallait bien le dire, il ne faisait pas souvent. Et le cheminement de son esprit n’arrangeait pas son humeur, comme il prenait progressivement conscience que ses chances de pouvoir réclamer la récompense sur ce Kercyan étaient bien plus réduites que ce qu’il avait cru au départ.

Il ne pouvait pas veiller toute la journée à cette porte. Et quand bien même, l’autre pouvait passer par une des trois autres entrées de la cité, réduisant à néant ses espoirs. Et surtout, comment le Maître de Nuit pouvait être certain que le Kercyan venait bien ici ? Ce type avait échappé à la Guilde pendant presque deux lunes, et la rumeur voulait qu’il se soit exilé dans un royaume étranger. Alors comment le patron pouvait il savoir qu’il allait revenir ? Et si c’était vrai, Corrin trouvait ça particulièrement idiot. Si il avait été à la place du Kercyan, il serait parti aussi loin que possible d’Athakla, peut être aurait il eu une chance de se faire oublier. Alors que maintenant, toute l’organisation était sur le pied de guerre pour lui faire sa fête.

Enfin, ça me fera une belle jambe si c’est pas moi qui encaisse l’or ! Je devrais peut être laisser tomber…

Il avait encore assez de pièces pour une soirée alcoolisée, et éventuellement passer la nuit dans un bordel pas trop chic. Il ne lui resterait plus qu’à attendre un nouveau boulot de la Guilde, histoire de se remettre à flots, un boulot qui ne serait pas une simple chimère comme son travail actuel. Cette fois, c’était décidé, si personne, que ce soit ce Kercyan ou le larbin censé le relever, ne se pointait dans la prochaine demi-heure, il mettait les bouts. Satisfait de sa nouvelle résolution, il reporta son attention sur la circulation à la porte… Pour constater un inhabituel mouvement de foule. Les voyageurs se bousculaient pour s’efforcer de s’écarter du passage de quelque chose, ou de quelqu’un, même si l’objet de cette agitation échappait toujours à la vue de Corrin. En revanche, il vit clairement un des gardes se raidir, avant de murmurer une prière à Cyrax, dieu des guerriers. La raison de cet émoi finit enfin par apparaître, en la présence d’un silhouette encapuchonnée, vêtue d’une robe écarlate parcourues de symboles dorés, une fine dague pendant à son flanc gauche.

Le sang déserta le visage du malandrin, comme il reconnaissait l’accoutrement caractéristique d’un cultiste de Talos. A Lorelia, ou ils avaient une grande influence, ils ne se donnaient même pas la peine de dissimuler leur appartenance, la peur qu’ils inspiraient suffisant à faire en sorte que nul ne se place sur leur chemin. Corrin avait entendu les rumeurs selon lesquelles ces tueurs étaient en réalité des démons à apparence humaine, qu’ils se nourrissaient des cœurs de leurs victime, ou encore qu’ils pouvaient tuer d’un simple regard. Et il n’avait aucune envie de s’assurer de la véracité de ces légendes. Le Messager du Dieu Vengeur passa juste à coté de lui, sans lui accorder un regard, ses traits toujours dissimulés dans l’ombre de sa capuche. L’homme de la Guilde avait de toute façon fermé les yeux, comme si cet acte pouvait suffire à éloigner de lui cette incarnation de la mort. Lorsqu’il les rouvrit, l’assassin avait disparu.

Corrin poussa un profond soupir de soulagement, essayant de ralentir les battements de son cœur ; maintenant, il avait vraiment besoin d’un verre. Jetant un dernier regard à la foule, il finit par s’en détourner, pour se diriger vers la maison close qu’il avait l’habitude de fréquenter. Le Kercyan pouvait bien aller rôtir dans les Neuf Enfers, il lui avait déjà assez gâché sa journée.

***

L’homme enveloppé dans son manteau rouge vif bifurqua dans l’une des nombreuses ruelles de la ville basse, indifférent à la saleté et à l’odeur ambiante. Il s’agissait du quartier le plus malfamé de la ville, et aussi de celui ou il se sentait le plus chez lui. Finalement, n’y tenant plus, il ôta son capuchon, avant de se débarrasser de la robe écarlate, essuyant la sueur de son front. Marcher dans un tel accoutrement par un temps si ensoleillé était à la limite du supportable ! Comment diable faisaient les Talonites ? Renonçant provisoirement à deviner ce qui se passait dans l’esprit d’un fanatique religieux, le jeune homme se redressa, balayant du regard son environnement immédiat, avant de sourire devant l familiarité du spectacle.

- C’est bon d’être rentré… déclara Reyan de Kercyan.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Jeu 14 Aoû 2008 - 5:30

Pas mal du tout comme post d'introduction... Mais j'avais déjà deviné que c'était Rey sous le déguisement^^ En attendant, j'ai hâte de lire la suite^^ Ca promet d'être sympa avec Rey comme perso principal^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Heg le Jeu 14 Aoû 2008 - 10:57

Huhuhu... Sympathique, cette petite séquelle. Elle semble cependant promettre d'être assez courte, non ?

Moi aussi, j'avais plus ou moins démasqué Reyan. Par contre, il semble que Corrin quitte définitivement la série. Déjà ? Quel dommage, un personnage si charismatique. ^O^
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Jeu 14 Aoû 2008 - 11:23

Ah, je compte appliquer les glorieuses recettes de shonen, introduisant des dzaines de personnages classes et charismatiques sans prendre le temps de les développer et les remisant au placard après trois lignes, afin qu'ils laissent la place à d'autres personnages encore plus classes et charismatiques. Oh oui, ca c'est un bon plan.

Ensuite, certes, l'oeuvre ne sera pas bien longue, mais est-ce un mal? Je ne vais quand même pas faire trainer l'intrigue en longueur pour le plaisir de faire des pages words... et en plus, ca garantit à peu près que je finisse, donc. Enfin, pour le fait que le déguisement de Rey soit grillé à des kilomètres, j'avoue que le suspence est assez faible en la matière... J'ai pas fait d'efforts particuliers dans ce domaine d'ailleurs, mais bon ,ca me paraissait une bonne entrée en matière.

Quoi qu'il en soit, la suite arrive très bientôt!

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Heg le Jeu 14 Aoû 2008 - 18:15

Y'avait pas de reproches latents dans mon commentaire, pas d'inquiétude. Mieux vaud court et fini que long et... Bref, tu vois.

A quand la suite ?
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Ven 15 Aoû 2008 - 19:21

A quand la suite? Hmmm... pourquoi pas maintenant?


Chapitre 1


L’atmosphère qui régnait dans la taverne de la Gerbe Ecarlate paraissait oppressante à ceux qui s’y rendaient pour la première fois. Loin du joyeux brouhaha des établissements des quais, ou du calme tranquille des auberges royales, l’endroit semblait avoir la propriété d’étouffer chaque son, les changeant en murmures frappés du soupçon du complot. Pas contre la couronne, bien sûr. Le roi Danian, et ses prédécesseurs avant lui, avait fait en sorte que son destin soit indissociable de la prospérité du royaume, s’assurant du soutien indéfectible de la noblesse marchande, de la haute bourgeoisie et même de la puissante guilde des voleurs, la Confrérie de l’Ombre, qui préférait opérer au sein d’un royaume en paix et opulent. L’argent, tel était le maître mot à Lorelia, et plus encore dans sa capitale, qui méritait bien son surnom de Cité de la Monnaie.

Et cet endroit était l’un des nombreux lieux ou pouvaient s’effectuer des affaires à la légalité douteuse dans la plus parfaite impunité. Nul garde n’aurait songé à venir y faire appliquer la loi ; à quoi bon ? Ce n’était pas dangereux, juste non désirable. Le vol et la contrebande, pour peu qu’ils restent dans les limites du raisonnable, participaient à la prospérité de la cité, comme le reste des commerces. Tout était question d’équilibre, un équilibre en apparence instable, mais qui perdurait depuis trois siècles. Goran pouvait bien se prévaloir de sa puissance militaire, Karia de sa tradition et de ses codes d’honneur ou Térénos de ses innovations techniques, Lorelia savait que le vrai pouvoir d’un état reposait sur son économie.

Tel était l’univers quotidien de Vicenzo « Œil-Alerte », un individu ayant dépassé la cinquantaine, à la calvitie bien marquée et à la barbe clairsemée, avec une nette tendance à l’embonpoint. Peu auraient pu se douter que cet homme d’aspect quelconque à la démarche boitillante et au visage grêlé était un des capitaines de navire les plus réputés de Lorelia. Pirate, disait on de lui, même si il répétait à qui voulait l’entendre qu’il préférait le titre de corsaire. Après tout, ne contribuait il pas, à sa façon, à l’enrichissement du royaume ? Malgré tout, l’âge avait fini par le rattraper, et ses jours de gloire étaient désormais derrière lui. Celui qui autrefois écumait les mers et pillait sans vergogne les galères ayant eu le malheur de croiser sa route en était à présent réduit à faire de la contrebande pour le compte de la Confrérie. Il ne s’en plaignait pas - il se plaignait rarement de quoi que ce soit – et avait appris à tirer parti des bons côtés de sa nouvelle carrière, tout comme il appréciait ces moments de détente avec un verre de vin comme unique compagnon.

Pourtant, aujourd’hui, il était dit que sa solitude devait être troublée. Il avait à peine entamé sa deuxième bouteille quotidienne qu’un jeune homme blond, barbu comme un brigand Enorien et vêtu de façon assez frustre vint tout à coup s’asseoir à sa table. Vicenzo fronça les sourcils, dévisagea le trouble-fête, avant de se fendre d’un large sourire édenté.

-Rey, satané bâtard ! Tu pourrais prévenir avant de te pointer, rat d’eau douce !

L’autre fit un léger sourire, tout en jetant un coup d’œil autour de lui pour s’assurer que le « Rey » n’avait été relevé par aucun autre client.

-Salut, Vince.
-Vicenzo, gamin. Appelle moi encore une fois Vince, et je te donne à bouffer aux squales à mon prochain départ en mer. Dis moi, t’étais passé où ? Je suis revenu à Athakla il y a une semaine, mais impossible de remettre la main sur toi ou sur ces saltimbanques que tu t’es coltiné…

Le sourire de Reyan, qui s’était d’abord élargi à l’énoncé de la menace imaginaire qui pesait sur sa tête, disparut progressivement. Après avoir un instant gardé le silence, il se contenta d’éluder la question.

-Je viens tout juste de rentrer en ville, et je me suis dit que je pourrais toujours voir si tu traînais dans le coin.
-Ah, grande idée ! Mais pourquoi ici ? Je croyais que t’aimais pas cet endroit. T’es plutôt du genre de l’Aile Blanche ou du Revers de Fortune, non ?
-Oui… Disons que pour le moment, je préfère éviter les endroits ou l’on me connaît trop. J’ai besoin d’un peu de discrétion, si tu vois ce que je veux dire.

Vicenzo secoua la tête, l’air clairement amusé.

-Ton sale caractère t’a encore causé des ennuis, et c’est à ce bon vieux Vicenzo de t’en tirer ? Raconte

Une lueur mauvaise traversa les yeux de son interlocuteur, avant qu’il ne reprenne une expression soigneusement neutre, trop calme pour être honnête.

-Très bien, pour faire court, ma tête est mise à prix par un noble, j’ai la moitié des chasseurs de prime du pays aux fesses, l’autre moitié ne s’abstenant que par crainte de froisser les tueurs de Talos, qui ont jurés d’avoir ma peau les premiers ; la guilde des voleurs ne cracherait pas sur le fait de m’avoir entre leurs griffes pour faire monter les enchères, et la couronne me recherche pour meurtre. En gros.

Cette fois, toute trace de sourire avait déserté le visage du vieux marin. On n’y lisait plus que de la consternation, et c’est d’une voix éteinte qu’il demanda :

-S’il te plaît, dis moi que c’est une blague.

Le sourire de Reyan était radieux.

-Est-ce que j’ai l’air de plaisanter ?

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Ven 15 Aoû 2008 - 19:36

Pas mal du tout ce nouveau chapitre^^ On reconnaît bien là notre Rey! Toujours à tout prendre à la légère mdr

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Heg le Ven 15 Aoû 2008 - 19:46

Rhaaa... P'tin. J'avais posté un comm' qui n'est pas passé !! Grrr...

Je disais, sacré Reyan, toujours à dire des bêtises, tout ça.

Je disais aussi que tu dévellopait l'univers des Chroniques de façon beaucoup plus poussée que la plus part des posts du cannon (et m'interrogeais brièvement pour savoir si cette fi ne faisait pas également partie du cannon), puis ajoutais que si un jour les Chroniques devenaient une franchise internationnallement connue de la fantasy, avec des hordes de fans prets à dépenser tout leur argent pour alimenter leur passion, tu serais désigné pour la rédaction d'un passionnant ouvrage de référence à ce sujet.

(Et, pour finir, je précisais que j'étais à peu près aussi sérieuse en disant cela que la fois où j'avais prédit qui était Pride, mais qu'on ne savait jamais...)
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Lun 1 Sep 2008 - 21:26

Et pour fêter la rentrée, le post suivant... Ca blablate pas mal et ca agit peu, mais bon, il en faut ^^ Et puis c'est pas trop long, on se ratrapera plus tard

Chapitre 2



-Putain.

Il fallut un moment à Vicenzo pour reprendre un semblant de contenance. Il s’était attendu à ce que son jeune ami ait des problèmes. Pas qu’il ait déclaré la guerre au monde entier. Cette fois, songea t’il avec résignation, il s’était vraiment surpassé. C’est d’une voix morne qu’il demande, presque à contrecoeur :

-D’accord. Tu expliques ?
-Disons simplement que j’ai énervé la mauvaise personne. Vince, j’ai besoin de ton aide.

L’intéressé leva les yeux au ciel. Pourquoi fallait il que ça tombe sur lui ?

-Et comment un pauvre marin sur le départ pourrait te sortir de ce merdier, messire de Kercyan ?

Reyan fit un pauvre sourire.

-Touché. Je t’assure, je ne te demande pas grand-chose –il sembla buter un moment sur la prononciation du nom- Vicenzo. Mais je sais que tu as quelques entrées parmi la noblesse.
-Même les seigneurs n’aiment pas toujours payer d’impôts sur des biens exotiques. Et alors ?
-Tu as déjà fait affaire avec le duc de Cormyr ?

L’ancien pirate se gratta distraitement la barbe.

-Pas beaucoup. Il préfère faire affaire avec des capitaines moins scrupuleux, pouvant lui fournir des trucs qui sortent de mon commerce habituel. J’avoue que je m’en porte pas plus mal, ce gars est aussi taré que la rumeur le prétend.
-Mais tu lui as déjà livré quelques bricoles ? Tu saurais comment faire parvenir quelque chose chez lui… ou quelqu’un.

Vicenzo le regarda d’un air d’abord incrédule, puis désolé, presque sympathique.

-T’es encore plus cinglé que je le croyais. Si tu crois pouvoir aller de sa cave jusqu’à ses appartements privés sans t’être fait tué dix fois, c’est que t’as rien dans le ciboulot. On parle du plus grand paranoïaque du royaume, là !

Reyan continuait d’arborer une expression pensive, comme si il s’efforçait de concrétiser un plan à peine esquissé.

-Et si… je sais que c’est pas ton truc, mais tu dois bien connaître quelqu’un… je rentrais comme… comme esclave ?

L’esclavage était en théorie proscrit en Lorélia, mais plusieurs nobles et riches marchands contournaient l’interdiction, la Loi ayant la délicatesse de détourner le regard sur de tels agissements pour peu qu’ils ne soient pas trop voyants. Comme souvent ici, les formes avaient leur importance. Vicenzo semblait sincèrement amusé par l’idée, mais hocha négativement la tête.

-Laisse tomber, Rey. Notre cher duc a de nombreux vices, pas de ceux qui te permettraient de rentrer dans sa maisonnée. A moins que tu ne gagnes certains… attributs tout en en perdant un sous la ceinture, si tu vois ce que je veux dire.

Le jeune fugitif eut la bonne grâce de rougir. Il se mordit la lèvre inférieure, visiblement frustré par les réponses du vieux capitaine corsaire. Ce dernier prit un ton compatissant.

-Ecoute, gamin. Si c’est vraiment ce que tu veux, je peux te déposer dans un de ses entrepôts et te laisser tenter ta chance de là. Mais crois moi, tu fera pas dix mètres avant d’avoir trois carreaux d’arbalète en travers le corps.

Il se resservit une généreuse rasade de vin avant de reprendre son argumentation.

-Et même si par miracle tu parvenais à arriver jusqu’à ce fils de salaud et à lui trancher la gorge, tu crois vraiment que ça sera la fin de tes emmerdes ? Notre bon Roi, que Dame la Chance lui sourie, peut se montrer assez coulant pour certains trucs, mais il peut pas laisser ses vassaux se faire assassiner par un vagabond quelconque sans faire d’exemple. Tout le monde sait que ce duc est un sale bâtard totalement taré, mais c’est un sale bâtard noble totalement taré. Ca compte pour quelque chose.

Reyan semblait quelque peu destabilisé. Lorsqu’il était revenu à Lorélia, il n’avait eu que cette ébauche de plan en tête, auquel il n’avait pas pris le temps – à moins qu’il n’ait pas voulu le prendre – de réfléchir. Il voulait simplement cesser de vivre en homme traqué, et voilà qu’on lui annonçait que le remède à priori le plus évident promettait d’être pire que le mal. Poussant un profond soupir, il se passa une min sur le visae, avant que les traits de son visage ne se durcissent.

Personne n’avait jamais dit que ce serait facile.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Lena le Lun 1 Sep 2008 - 21:39

Et bien, et bien, voilà qui promet...Quelque chose me dit qu'il va falloir une bonne dose de chance à ce cher Rey pour atteindre son objectif...s'il l'atteint. Ahlala, on a pas idée aussi de vexer des nobles paranoïaques et complètement tarés...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Mar 2 Sep 2008 - 8:14

Ah la la... Mais quelle idée de vouloir entrer chez un mec parano... En même temps, c'est bizarre mais ce mec me rappelle vaguement quelqu'un dont j'ai lu la description dans un livre très instructif... Hum... Mais c'est peut-être une idée que je me fais hein?^^ Même si je crois que non...
En tout cas, comme l'a dit Yoko, il va falloir une sacrée dose de chance à Reyan pour entrer là-bas...

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Mar 2 Sep 2008 - 11:39

Hmmm? De quoi tu parles? En l'occurence, je suis à peu près certain de ne pas avoir repris un personnage existant avec notre bon duc, mais je suppose que des nobles fous, ca se trouve un peu partout... Même si pour celui ci, faudra attendre de le voir ^^

(et pas de panique! Reyan est chanceux! Dans un bon jour...)

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Mar 2 Sep 2008 - 14:23

Eh bien je parlais du roi de Krondor qui vit à Rillanon et qui est persuadé que tout le monde veut le tuer... lol Si tu as oublié, relis Pug l'apprenti ou encore Milamber le mage^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Lena le Mar 2 Sep 2008 - 15:15

Hmm...si je ne me trompe pas, il est même "roi des Isles", enfin si tu parles bien de Rodric IV...c'est marrant ça ne m'y a pas du tout fait penser ^^
Enfin, peut-être est-ce parce que ça commence à faire un moment que j'ai lu le cycle pour la dernière fois...
...
...
Ahlala, pour une fois que Macros ne plagiait pas...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Mar 2 Sep 2008 - 16:52

Oui, j'ai pensé à ce bon vieux Rodric après coup... (effectivement, roi des Isles, il n'y a qu'un prince de Krondor ^^) Mais non, je n'y ai pas pensé comme source d'inspiration... même si il correspondrait assez bien dans le rôle (et encore, Rodric il est gentil comparé à ce qui nous attends...)

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Mar 2 Sep 2008 - 17:04

C'est vrai? Ah bah autant pour moi alors^^ En tout cas, j'ai hâte de voir ce que tu réserves à ce pauvre Reyan^^

Remarque, s'il s'épile et qu'il met des melons dans sa chemise il pourra toujours se faire passer pour une femme^^ et rentrer chez le duc^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Mar 9 Sep 2008 - 21:45

Hum... oui mais alors non! Même mort, on a sa fierté, nom d'une pipe!

Sur ce, le chapitre suivant... Certains (c'est à dire Yoko) reconnaitront peut être des tournures familières, puisque ce post est en partie une réecriture d'un déjà rédigé pour un jdr... Mais il collait bien à mes besoins, et j'en profite pour introduire quelqu'un qu'on sera amené à revoir, alors... enjoy!


Chapitre 3



Vicenzo avait finalement pris congé, promettant de réfléchir à tête reposée à la situation dans laquelle s’était fourrée Reyan, laissant ce dernier seul à la taverne. Lui-même était d’humeur plutôt pensive ; son approche initiale de la situation semblait avoir été réduite à néant avant même d’avoir réellement commencée. Peut être avait il été naïf de penser qu’un assassinat, qui était la cause de tous ses problèmes, était également le moyen d’en sortir. Eh bien, ça mettrait plus de temps, voilà tout, décida t’il, avant de se concentrer sur la bouteille à moitié vide que lui avait laissé le vieux marin, se sentant investi du devoir sacré de la vider de tout liquide. C’était sans doute un des plus mauvais vins qu’il ait jamais eu l’occasion de goutter,mais pour l’heure, il ne s’en souciait guère : ça restait de l’alcool, et donc un excellent moyen de chasser ses idées noires. Et les Dieux seuls savaient qu’il aurait besoin de tout encouragement possible pour poursuivre sur le chemin au milieu duquel il était engagé. Il en était à son troisième verre lorsque sa paisible dégustation fut troublée par d’inhabituels éclats de voix dans cet établissement se vantant d’être un modèle de discrétion.

-Au nom des sept dimensions infernales, jamais de ma vie n’ais-je vu prix aussi exorbitants !

L’auteur de cette apostrophe courroucée était apparemment un individu appartenant à la race elfique, debout devant le comptoir face à face avec le tenancier. Avec ses vêtements richement décorés aux couleurs rougeoyantes teintées de violet, son teint pâle et ses cheveux longs soigneusement lissés, il semblait étrangement hors de son élément au sein de cette taverne sale et au milieu d’une clientèle essentiellement constituée de marins crasseux et dépenaillés qui constituaient l’essentiel de la fréquentation de la Gerbe Ecarlate. Le gérant regarda l’elfe d’un œil mauvais.

-Quoi, monseigneur n’est pas satisfait du service ?
-On le serait à moins ! Je suis venu ici pour me désaltérer avec un breuvage quelconque que vous autres humains osez appeler « vin », pas pour assurer les vieux jours de votre descendance éphémère.

Il n’avait pas la langue dans sa poche, dut reconnaître Reyan. Néanmoins, l’épilogue risquait d’être un peu brutal au goût de l’étranger ; déjà, l’acteur pouvait sentir le subtil changement d’ambiance parmi les habitués de la taverne, qui annonçait un orage imminent. Il vida son verre actuel d’un trait, se préparant à la scène à venir. Les premiers ennuis semblaient devoir se manifester en la personne d’un semi orque massif, au teint olivâtre et au visage couturé de cicatrices, venant se placer à la gauche de l’elfe qui paraissait soudain bien frêle.

-Uuuh. T’insultes le patron et tu nous casses les oreilles, gringalet. Alors t’arrête t’t’suite et tu bois comme les autres, si tu sais c’qui est bon pour toi.

Son interlocuteur le foudroya du regard, visiblement peu intimidé par la différence manifeste de gabarit et le risque d’horions imminent.

-J’estime être seul juge pour déterminer quelle course d’action il serait approprié de prendre. Pour l’heure, elle semble pointer vers un autre établissement au tenancier plus honnête et à la clientèle moins nauséabonde.

Le murmure qui parcourut la salle à cette déclaration n’augurait rien de bon. Quant au semi-orque, il afficha pendant un instant une mine perplexe, avant que ses traits ne se durcissent. Il n’était peut être pas totalement sûr du sens du mot « nauséabond », mais ça ressemblait fort à une insulte, d’où il était.

-J’vais t’apprendre à causer correct, moi ! Maintenant, tu va t’taper une choppe de raide sans discuter, sinon…

La menace était plus qu’évidente, mais ne produisit pas l’effet escompté.

-Vos grossières tentatives d’intimidation ne me font ni chaud ni froid. Il ferait beau voir qu’un philistin de votre espèce puisse influer sur ma conduite, et plus précisément sur mon hypothétique consommation ou non d’un breuvage issu des tonnelets de ce cloaque.

A la reflexion, songea Reyan, la brute massive avait peut être plus de jugeotte qu’il ne l’avait pensé au premier abord, car il ne sembla pas se méprendre sur le sens primaire de la phrase venant de lui être jetée au visage. Il se contenta d’arborer un sourire cruel, dévoilant une dentition fortement incomplète, mais néanmoins inquiétante.

-Ici, on boit ou on cogne.

Trois lunes auparavant, l’individu qu’était Reyan de Kercya n’aurait probablement pas levé le petit doigt pour mettre fin à l’altercation, bien trop prudent pour se placer volontairement sur le chemin d’un individu de deux mètres de haut capable de le soulever sans effort de la main gauche. Mais ses récentes aventures à Karia avaient laissées des traces. Il avait eu l’occasion de côtoyer deux elfes, et ressentait une solidarité nouvelle –et qu’il jugeait lui-même surprenante – à l’égard de celui-ci, perdu au milieu du monde des hommes, et qui risquait bien de payer son ignorance des coutumes locales au prix fort. Prenant son courage à deux mains, une profonde inspiration et un dernier verre de vin, il se leva de son siège pour se diriger vers les deux protagonistes… pour être devancé par un nouvel intervenant. C’était à présent un nain en cotte de mailles, choppe de bière à la main et pioche au coté qui se mêla à la discussion, prenant –Reyan n’en revint pas – le parti de l’elfe.

-Le bouffeur de salades à raison, ce patron est un escroc qui vend de la bière que j’oserais même pas refiler à un fils de gobelin !

L’acteur poussa un profond soupir, se demandant ben ou tout ça allait mener. La scène commençait à ressembler à une mauvaise blague d’étudiant. Un elfe, un nain et un semi orque sont dans une taverne… Il soupçonnait que la soudaine intervention du nain était motivé par autre chose que son amour des elfes et son mécontentement vis-à-vis de la boisson. Et se pouvait bien qu’il l’ait trouvé, alors que le semi orque ignora désormais l’homme aux oreilles pointues pour se tourner vers le barbu miniature.

-Un problème, demi-portion ? J’suis pas sûr d’avoir tout entendu. P’têt’bien que si tu montais sur un tabouret…
-Ah ouais ! Répète ça, mais lentement, histoire que tu puisse réfléchir à ce qui sort de ta bouche en même temps…

Reyan jugea qu’il s’agissait de sa dernière chance de s’incruster dans la conversation pour désarmer la tension qui ne cessait de monter.

-Allez, pas besoin de s’entretuer pour si peu… Je paye un verre à tout le monde, qu’on puisse discuté comme des hommes… ou des nains… et des semi orques, euh…. civilisés ?
-Autant demander au soleil d’inverser sa course et aux étoiles de descendre dans le creux de nos mains.

L’acteur jeta un regard presque suppliant à l’elfe, qui n’avait pu s’empêcher de commenter tout haut.

-Vous ne faites rien pour arranger la situation, là.
-De quoi tu te mêle, brindille ! Tu cherches la bagarre ?

Se retournant pour tomber nez à nez avec le semi orque, il eut la certitude que c’était exactement ce que lui recherchait. Et il était de plus en plus prêt de l’obtenir… S’efforçant d’ignorer l’ôdeur d’œuf pourri qui émanait de la gueule du mastodonte, et les relents d’alcool qui émanaient du nain juste à coté, il fit bravement –stupidement ?- une nouvelle tentative.

-Croyez moi, la violence n’est jamais une solution…
-Pourquoi ?
-Ouais, pourquoi ?
-Le destin de votre affirmation semble être de se dissiper dans les souffles d’Aethir.

C’est pas gagné.

Avant que Reyan ne puisse avancer un nouvel argument peu ou très peu convainquant, le nain l’ignorait déjà, pour reprendre sa querelle avec le géant vert.

-Oublie le, c’est à moi qu’tu causes, face de concombre.
-Attention, rasibus, sinon…
-Sinon quoi ? T’as pas peur d’un pauv’petit nain, quand même, non ? T’as les foies ?
-Ferme la, vilain roquet !
-T’as les foies, t’as les foies, t’as les foies ! Même l’autre voit bien qu’t’as les foies !
-Ok, t’es mort.

Le poing massif du sang mêlé siffla dans l’air à une vitesse surprenante pour venir percuter de plein fouet… le nez d’un Reyan de Kercyan qui n’en demandait pas tant. Le jeune homme fut expédié plusieurs mètres en arrière, achevant sa chute sur une table dans un concert de protestation de la part des joueurs qui y tenaient jusqu’alors une partie acharnée de Bezat. Totalement sonné, il lui fallut quelques instants pour reprendre ses esprits avant de se redresser brusquement, une main sur le nez tentant vainement d’en arrêter les saignements.

-Mais ça va pas ! Pourquoi moi ?
-Ouais, pourquoi lui ?

La brute massive eut un sourire presque désolé.

-Ben, j’voulais cogner l’nabot, mais me suis rendu compte qu’sa tête était trop basse pour mon poing. Comme c’aurait été dommage de perdre c’coup d’latte, j’me suis dit…

L’acteur écarquilla les yeux à l’énoncé de la plus mauvaise justification qu’il ait jamais entendue au cours d’une rixe de taverne. Et il ne goûtait que moyennement la plaisanterie, contrairement au semi orque, qui semblait déjà d’humeur magnanime. Ce dernier lui tendit une large paume en signe de réconciliation.

-Allez, mon gars, sans rancune ?

Reyan regarda la main qui lui était présentée, puis le visage de son propriétaire. Après un instant d’hésitation, il fit la seule chose digne de sa condition de gentilhomme de noble naissance et de bonne éducation.

Il lui envoya son poing à la figure.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Mer 10 Sep 2008 - 6:12

Ah... Pas de déguisement alors? Bon... Dommage... Alors une bonne bagarre dans un bar... Ca c'est le top^^ Je suppose que Rey va en profiter pour se faire arrêter et aterrir dans les geôles du domaine et s'en échapper ensuite pour aller tuer le seigneur voulu^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Lena le Mer 10 Sep 2008 - 6:44

Pas mal, pas mal. Petite impression de déjà vu, mais bon c'est pas gênant (et je ne sais même pas si je m'en serais souvenue si tu ne l'avais pas dit en début de post...^^). Toujours très drôle le coup du "et il fit la seule chose digne d'un messager de Gaï...euh...d'un gentilhomme, il lui mit son point dans la figure."...
Hmm. Sinon, bon plan...déclencher une bagarre pour être arrêté et conduit devant le duc...A ce rythme, il va pas faire long feu le Reyan...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Heg le Sam 13 Sep 2008 - 18:18

Han, c'était ça le plan... ?

Sinon, je trouve que tu t'améliores recement niveau fluidité d'écriture, tu as fait des progrés. Tu te relis d'avantage ?

Chapitre sympa, par ailleurs, qui s'achève sur un cliffhanger halletant. Very Happy
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Sam 1 Nov 2008 - 22:36

Ah, merci pour les compliments, même si maintenant, la pression est sur moi: vais-je pouvoir maintenir le niveau, ou même, soyons fous, relever encore la barre? Et pour répondre à ta question, disons qu'étant donné que ce post avait d'abord été couché sur papier avant d'être retaper à l'ordi, ca pousse forcémment à la relecture...

Sinon, je m'en veux de briser vos illusions, mais si ce brave Rey se faisait arrêter dans cette taverne, il serait juste jeté dans les geôles de la prison locale, pas dans la propriété privée d'un noble dont le domaine principal est de toute façon en dehors de la ville. Mais il y aura d'autres occasions... ^^

Et à présent, ze post, qui en appelle beaucoup d'autres!



La salle commune de la Gerbe Ecarlate semblait avoir été dévastée par le passage d’une tornade miniature. Un peu partout, le sol était jonché de débris de bois, de morceaux de verre et de céramique, et de corps inertes et gémissants. Reyan de Kercyan était pour le moment allongé sur le dos, luttant pour rester conscient malgré les papillons qui dansaient devant ses yeux et les bourdonnements assourdissant qui résonnaient à ses oreilles. Il se mit à faire l’inventaire des dégâts que son corps semblait avoir reçu ; un coup lui avait proprement démoli l’estomac, son œil brûlant semblait indiquer qu’il aurait un bel œil poché pendant quelques jours, et une de ses dents paraissait dangereusement proche de tomber – ultime témoin de sa morsure du semi orque à la cuisse, qui lui avait également permis d’apprendre que la peau de ces bestiaux là offrait de surprenantes analogies avec le granit.

Sa seule consolation était que personne ne semblait s’en être tiré à meilleur compte que lui. La plupart des clients restaient au sol, sous l’effet combiné de la gravité, de leurs muscles endoloris et des quantités abrutissantes d’alcool ingurgitées. Un marin solidement bâti était adossé au comptoir, dodelinant de la tête, au bord de l’évanouissement, un type maigre au faciès patibulaire s’efforçait tant bien que mal de se relever en prenant appui sur une des rares tables encore intactes, le semi orque se trouvait assis sur la poitrine d’une de ses « victimes » encore inconsciente, secouant la tête pour s’éclaircir les idées, encore chamboulées par un magistral coup de boule administré à un pugiliste téméraire, tandis que le nain braillait dans un coin de la pièce ce qui ressemblait furieusement à une chanson, même si elle paraissait aux oreilles du jeune acteur comme une insulte à tout ce que la musique avait d’agréable, la langue rugueuse khazalide semblant plus apte à écorcher l’ouïe qu’à adoucir les mœurs. Reyan était justement en train de se dire qu’il devait bien y avoir une loi contre ça lorsqu’une botte dont, de sa position horizontale, il ne parvint pas à repérer l’expéditeur, fusa à travers la pièce pour aller heurter le fier mineur dans le bas ventre, lui coupant le souffle et le sifflet par la même occasion, dans un concert de grognements d’approbation générale. Dans ce chaos général, seul le tavernier tenait encore solidement sur ses jambes, contemplant la scène avec l’œil froid de celui qui en a vu d’autres.

Le tableau resta encore figé durant quelques minutes, le temps que les différents protagonistes regagnent un semblant de contrôle de leurs membres. Puis, sans qu’aucune parole ne soit échangée, les hommes ayant passé les minutes précédentes à se démolir mutuellement le portrait se levèrent et commencèrent à travailler de concert pour remettre un semblant d’ordre dans la salle commune. Il s’agissait là d’une sorte de « code d’honneur de la rixe », qui, aussi loin que puisse aller la mémoire de Reyan, avait toujours existé à Athakla : si l’on admettait fort bien les bagarres générales dans un établissement public, la coutume voulait que les participants encore valides contribuent à nettoyer les lieux du mieux possible, et que les principaux responsables des troubles versent un supplément conséquent en pièces d’argent, ce qu’ils faisaient généralement de bon cœur ; si ils démolissaient entièrement les établissements tolérant leurs débordements, où pouvaient ils bien aller ensuite ? Parfois, même les excès les plus stupides sont encadrées par des us et coutumes aussi rigides que le Code Telnarien.

Pourtant, en d’autres temps, Reyan de Kercyan n’aurait pas hésité à s’éclipser discrètement, au mépris des règles de la bienséance. On était individualiste ou on ne l’était pas, quitte à déployer tout un numéro de charme la fois d’après où l’on devrait faire face à un tenancier mécontent et à la mémoire par trop développée. Mais aujourd’hui, la situation était différente… et, songea t’il, peut être que lui aussi avait changé ; sans compter que cette petite escapade à travers le royaume de Karia avait considérablement arrangé l’état de ses finances. Saisissant une petite bourse à sa ceinture, il l’envoya par-dessus le comptoir, ce simple geste suffisant à le faire souffrir à des muscles dont il avait jusqu’ici ignoré jusqu’à l’existence. Peut être avait il l’habitude des rixes de taverne, mais il avait surtout l’habitude de les gagner ! Aujourd’hui, il allait devoir se contenter, au mieux, d’un match nul honorable.
Etouffant un gémissement sourd, il commença à se redresser précautionneusement, ignorant de son mieux ses muscles endoloris, avant de parvenir à s’asseoir sur un tabouret légèrement branlant. Il eut d’un coup la surprise d’entendre une voix directement à côté de lui.

-Les mots viennent à manquer pour décrire le capharnaüm régnant céans en maître.

L’elfe en robe de tout à l’heure se trouvait à sa gauche, contemplant d’un œil réprobateur la salle et ses occupants. L’acteur fut surpris que bien qu’il ait servi de catalyseur à la mêlée générale, ses vêtements impeccables et son visage sans la moindre marque indiquaient clairement qu’il était parvenu à en passer totalement au travers. Reyan trouvait presque la situation vexante, blâmant à tort ou à raison l’elfe pour les horions qu’il avait lui-même reçu. Rassemblant ce qui lui restait de fierté, il se contenta cependant d’incliner légèrement la tête, un sourire acide se dessinant sur son visage.

-Mais de rien.

Son interlocuteur marqua un temps d’arrêt, hésitant un instant avant de retrouver toute sa contenance.

-Je suppose qu’en effet les remerciements sont de rigueur. Votre intervention a suffisamment distrait l’attention de ces frustres pour me permettre de disparaître à la vue d’autrui, quoi que je sois raisonnablement certain de mes capacités à éviter tout péril en cette affaire.

L’acteur ne put s’empêcher de faire la moue ; c’était sans conteste la façon la plus alambiquée de dire merci qu’il ait jamais entendue. Il allait falloir s’en contenter, soupira t’il intérieurement. Détaillant celui qui lui faisait face, il fut frappé par la ressemblance que pouvait présenter son visage avec les deux elfes dont il avait été l’éphémère compagnon. Alors que les deux autres avaient eu une tendance à rester en retrait, l’une par prudence, l’autre par timidité, celui qui se tenait devant lui semblait plus… confiant, à défaut d’un autre terme, même si il semblait tout aussi étranger aux us et coutumes des humains. Et puis, il y avait son accoutrement. Cette robe pourpre parcourue de symboles argentés, ce cerclet doré à son front, et l’épais grimoire qui était fermement attaché à sa ceinture, et dont Reyan pouvait supposer l’usage, après ces semaines à côtoyer Anaelya. On était loin des tenues sylvestres d’Arya et Astarielle.

-Vous n’êtes pas une espèce de magicien ?

S’il fut vexé par le qualificatif peu flatteur, l’elfe n’en laissa rien paraître.

-Je suis effectivement praticien de l’art des arcanes, si c’est ce que vous voulez dire.
-Je me disais aussi… c’est comme ça que vous avez échappé à la bagarre ?
-Bah ! Un simple tour à la portée du premier imbécile venu. Ces rustres faisaient si peu attention à moi qu’achever de me dissimuler à leurs yeux en faisant appel au Vent de l’Ombre fut d’une simplicité enfantine.

Reyan de Kercyan ne put s’empêcher de songer qu’il venait de croiser quelqu’un qui semblait avoir une haute opinion de lui-même. Mais à cette pensée en succéda une autre, plus pressante : il était temps de vider les lieux, avant qu’un garde trop zélé ne vienne faire l’inventaire des dégâts ou qu’un membre de la guilde ne décide de profiter du chaos pour venir subtiliser quelques bourses. Gagnant difficilement une station verticale, quoi qu’encore légèrement flageolante, l’acteur commença à se diriger vers la sortie de la taverne.

-Eh bien, ce fut un plaisir de vous rencontrer, mais mes affaires m’appellent ailleurs. C'est-à-dire loin d’ici.

L’elfe lui emboîta le pas, , passant en même temps que lui la porte de la Gerbe Ecarlate pour revenir dans le dédalle de ruelles sales et malodorantes qui composaient le quartier pauvre de la ville.

-Vous m’ôtez les mots de la bouche. Un de ces simiesques individus pourrait à nouveau vouloir me chercher querelle, et je crains que le spectacle d’un corps dévasté par des forces cosmiques inaccessibles au commun des mortels ne soit de fort mauvais goût en cette cité.

En tout cas, il ne mâchait pas ses mots. Reyan se tourna pour prendre congé, mais fut interrompu par un mouvement perçu du coin de l’œil. Une demi-douzaine d’hommes vêtus de noir surgirent d’une ruelle adjacente pour se jeter sur lui et son interlocuteur. Il n’avait pas encore esquissé un geste que plusieurs paires de bras s’efforçaient déjà de le ceinturer, l’empêchant de dégainer son arme. La soudaine montée d’adrénaline fit momentanément oublier à l’acteur ses muscles endoloris et son épuisement physique, et il se mit à ruer des quatre fers, desserrant très légèrement l’étreinte, tout en espérant que le magicien parviendrait à employer quelque tour susceptible de les sortir de ce mauvais pas. Cet espoir fut rapidement réduit à néant lorsqu’il vit l’elfe plaqué au sol, immobilisé par deux solides gaillards le laissant à peine respirer, ce qui n’empêchait pas un flot constant de malédictions élaborées de s’échapper de sa bouche à l’encontre de ses agresseurs. Malgré ce revers de fortune, Reyan finit par obtenir plus de succès. Son coude percuta le menton de l’un des gros bras qui tentait de le maintenir, le talon de sa botte écrasa la plante des pieds d’un autre, avant que son front ne percute violemment le visage d’un troisième, qui s’effondra comme une masse. Absorbé par sa lutte frénétique, il entendit à peine les ordres donnés par un individu resté dans la ruelle derrière lui.

-Doucement, le Maître de Nuit le veut en un seul morceau.

C’était sa chance. Si eux le voulaient vivant, lui n’avait aucun scrupule à les voir morts. Continuant à distribuer une volée de coups désordonnés, il sentit la prise faiblir, et, soudain, il se retrouva libre de ses mouvements. Bondissant en arrière, sa rapière sortit du fourreau dans un feulement métallique… avant qu’un violent coup de gourdin asséné à la nuque ne l’expédie pour de bon au sol. Juste avant de perdre connaissance, il entendit une voix qui semblait lui venir de très loin désormais.

-Attachez les.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Mélanie Mustang le Dim 2 Nov 2008 - 8:45

Je l'aime bien cet elfe^^ Il a l'air aussi sympa que Alastar...

Ah pauvre Reyan... Je crois qu'il a pas fini d'avoir mal partout quand il se réveillera... Mais bon... J'ai hâte de voir comment il va se sortir de cette affaire^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Lena le Dim 2 Nov 2008 - 9:42

Aha oui...je n'avais pas compris sur le premier post qui était cet elfe...
En tout cas, bon post...mais ce n'est pas forcément une très bonne idée de le finir comme ça...on va devoir te mettre la pression attendre la suite avec impatience maintenant...

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 31
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Heg le Dim 2 Nov 2008 - 10:36

Bien joué, champion !

Y'a pas à dire, bon post, autant en quantité qu'en qualité. La lecture est fluide, la tention bein dosée. On attend la suite des aventures de Rey avec impassience... Very Happy
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Macros le Sam 8 Nov 2008 - 12:44

Chapitre 5



Lorsque Reyan reprit connaissance, ce fut pour se retrouver enchaîné, bracelets métalliques aux poignets, aux murs d’une salle plongée dans les ténèbres. Cette absence quasi-totale de lumière lui fit supposer que ses assaillants l’avaient conduit dans une sorte de cave, aménagée spécialement pour ce genre « d’invités » occasionnels. Un gémissement sourd lui fit d’ailleurs prendre conscience qu’il n’était pas le seul à être détenu ici. Il lui fallut néanmoins quelques minutes pour habituer ses yeux à la pénombre, avant qu’il ne puisse distinguer une silhouette dont il ne pouvait distinguer les traits, mais qui avait de bonnes chances d’être celle de l’elfe capturé en même temps que lui.

Me voilà dans de beaux draps. Enfin, je suppose que je suis toujours en vie… pour l’instant.

Il essaya de remettre un peu d’ordre dans les évènements s’étant produits juste après sa sortir de la Gerbe Ecarlate, cherchant surtout à se faire une idée quant à l’identité de ses agresseurs. Des hommes au service de la Fraternité, la grande guilde des voleurs locale, lui paraissait l’hypothèse la plus probable, ce qui signifiait des ennuis en perspective. De gros ennuis. Néanmoins, l’acteur préféra ne pas trop anticiper sur les problèmes à venir pour se fixer des priorités plus immédiates. Comme une évasion. Le problème étant qu’il ne voyait pas tellement comment procéder ; le problème d’avoir été pris par un rassemblement de criminels, c’est que ceux-ci ont une fâcheuse tendance à connaître tous les trucs pour sortir de prison, et donc à savoir comment éviter que leurs propres captifs ne les réemploient. Finalement, Reyan se résigna au fait que, comme d’habitude, son plan allait se résumer à un seul mot : improviser.

Un nouveau grognement lui indiqua que son codétenu commençait à reprendre progressivement ses esprits, et qu’il semblait de surcroît de fort méchante humeur. Ce fut pourtant d’un ton laconique qu’il commenta sa situation.

-Ah. Je vois que la traîtrise et le nombre semblent avoir remportés la première manche. Puis-je m’enquérir de la raison de notre présence en ce lieu inhospitalier ?

L’acteur fut un instant surpris que son compagnon de cellule ait aussi vite décelé sa présence, avant qu’il ne se souvienne que selon certains récits qu’il avait pu entendre, les elfes avaient une bien meilleure acuité visuelle que les humains, et que le noir n’était pas forcément un obstacle pour eux. Il poussa un profond soupir, avant de répondre à son compagnon d’infortune.

-Vraisemblablement, nous sommes entre les griffes de la guilde des voleurs locale.
-Hmmph. Etant donné qu’en ce qui me concerne, cela n’explique strictement rien, j’en déduis que je dois ce déplaisant séjour dans ce trou humide et malodorant au fait d’avoir eu la malchance de me trouver en votre compagnie, n’est ce pas ?

Reyan décida qu’au point où l’on en était, jouer la carte de la franchise ne présentait guère de risques.

-C’est très probable.
-J’en prends bonne note. Néanmoins, mon temps est précieux, ma patience limitée, et mes talents magiques considérables. Ils devraient être suffisants pour nous tirer du mauvais pas dans lequel nous nous trouvons.

L’acteur ne partageait pas l’optimisme du lanceur de sorts, mais ne dit rien lorsque l’intéressé commença une incantation, prononçant des mots qui aux oreilles de Reyan, n’avaient strictement aucun sens. Pendant un instant, la pièce fut éclairée par une lueur bleutée, enveloppant les mains de l’elfe enchaîné, avant que cette source de lumière ne disparaisse d’elle-même. Au sifflement contrarié qu’il entendit, il devina que le sort n’avait pas produit les effets escomptés.

-Il semblerait que nos ravisseurs aient correctement interprété la signification de mes atours, et aient pris la peine de m’apposer des bracelets susceptibles de dissiper toute magie. C’est à croire que les lois de l’univers elles mêmes conspirent pour rétablir un semblant d’équilibre entre ceux capables de distordre le tissu même de la réalité d’une simple pensée et ceux dont le seul trait notable est une hygiène douteuse.

Malgré sa situation précaire, Reyan s’essaya à un sourire.

-Peut être que si vous arrêtiez de porter ces robes ridicules, vous autres mages…

Seul le silence lui répondit. Il était bien dans l’incapacité de voir les expressions de l’elfe, mais il pouvait presque sentir le regard noir que celui-ci devait être en train de lui lancer. Les deux hommes sombrèrent dans un mutisme temporaire, le temps de se rendre compte que leur situation actuelle ne leur laissait guère d’activités possibles. L’acteur se décida le premier à relancer la conversation.

-Au fait, vu qu’on risque d’être coincés ici, on pourrait aussi bien se présenter. Reyan de Kercyan, mais mes amis m’appellent Rey. Je vous serrerais bien la main, mais ces jolis bracelets n’ont pas l’air d’être d’accord…

Le nom ne semblait rien éveiller chez l’elfe –ce qui n’était guère surprenant – mais il répondit néanmoins, inclinant légèrement la tête.

-C’est un honneur, à défaut d’un plaisir, de faire votre connaissance, sieur de Kercyan. Pour ma part, je me nomme Talyrion, troisième fils de la maison Lunargent, originaire de la cité de Bramalindar.

Reyan ne put s’empêcher de faire la grimace de quelqu’un ayant mordu dans un fruit trop acide.

-Sieur de Kercyan ? Franchement, je préférerais que –

Il fut interrompu par le bruit d’une clef jouant dans une serrure. Apparemment, quelqu’un avait décidé de venir visiter les occupants de la cellule improvisée. La porte s’ouvrit, inondant la pièce d’une lumière presque aveuglante aux yeux de quelqu’un venant de passer les dernières minutes dans un noir total. Clignant des yeux plusieurs fois, l’acteur s’efforça de détailler les silhouettes se tenant dans l’embrasure. Trois hommes vêtus de noir, semblables à ceux qui les avaient attaqués, pénétrèrent dans la pièce en silence. Et derrière eux venait un visage familier, dont la seule vue suffit à faire bondir le jeune homme.

-Vince, espèce d’enfoiré ! C’est toi qui m’a vendu à ces types ?
-Vicenzo, gamin.

Malgré tout, la rectification manquait de mordant, de conviction. Le vieux marin arborait un air mêlant résignation et regret. En revanche, Reyan, lui, était ouvertement furieux, et ne cherchait nullement à le dissimuler.

-Ah, c’est comme ça ? On se connaît depuis cinq ans, et à la première occasion, tu me lâches ?
-Ecoute, Rey, j’avais pas le choix. Crois moi, ça me fait pas plus plaisir qu’à toi.
-Oh, je suis sûr que quelques pièces d’or aideront à soulager ta conscience. J’espère que la bosse sous ton matelas ne sera pas trop inconfortable, je m’en voudrais que tu perdes le sommeil par ma faute.

Vicenzo parut sincèrement indigné par la remarque.

-Tu crois que je fais ça pour l’argent ? Je ne vends pas un ami pour quelques couronnes ! Mais tu devrais savoir que je bosse pour la Fraternité, maintenant. Je pouvais pas t’aider dans leur dos, c’était trop dangereux, pour moi comme pour mon équipage.
-Je croyais que tu avais plus de cran que ça, Vince. Ce n’est pas toi qui te vantais d’être joueur dans l’âme ?
-Joueur, ouais, c’est vrai… Ecoute, Rey. J’adore jouer avec le feu. Je suis bon à ça, même. Les gros bras occasionnels, les pirates qui se prennent pour les rois du monde, les nobliaux arrogants, je gère. Mais je peux pas me battre contre le monde entier. J’aimerais pouvoir, pourtant, j’aimerais vraiment, parce que j’ai toujours pensé qu’on aurait pu faire une sacrée équipe, tous les deux ; mais t’es une mauvaise carte, maintenant, une que je suis obligée de jeter. C’est comme ça, c’est tout. Et puis, je te fais quand même une fleur, t’as plus de chances avec la guilde qu’avec tous les autres.

L’acteur était mû par une rage incrédule, tirant sur ses chaînes pour se rapprocher de celui qu’il avait considéré comme un ami.

-Vraiment ? Compte tenu du fait que le Maître de Nuit va me vendre dans les plus brefs délais au bon duc de Cormyr, j’ai du mal à distinguer la logique là dedans.
-Pas sûr. Si tu pouvais lui offrir mieux…

Cette fois, Reyan explosa.

-Lui offrir mieux ? Lui offrir MIEUX ? Crétin ! Peux tu m’expliquer, Ô, Grand Maître Omniscient, comment un acteur vagabond pourrait offrir mieux à une crapule âpre au gain que l’une des plus grosses fortunes de Lorelia ?

Il n’eut qu’un long soupir résigné pour réponse.

-Je sais. Je suis désolé, crois moi.

Il fut interrompu par l’un des hommes de la guilde, parlant pour la première fois depuis qu’ils étaient entrés.

-Ca suffira comme ça, Vicenzo, tu as eu le temps que tu désirais. Maintenant, c’est à nous.

L’un des hommes sortit un clef avant d’ouvrir les entraves ayant retenues les poignets du jeune acteur, tandis que les deux autres le relevaient sans ménagement.

-Allez, debout. Le Maître de Nuit veut te parler.

L’elfe choisit ce moment pour manifester sa présence, sans doute vexé d’avoir été ignoré si longtemps.

-Tout cela est réellement fascinant, mais je serais curieux d’entendre les projets que vous avez à mon égard. Je n’ai, à ma connaissance, rien à voir avec votre petite affaire.

La réponse ne tarda pas à fuser.

-Ferme là. Si tu te tiens tranquille, on te laissera peut être partir. Sinon, je te tranche moi-même la gorge.
-A votre guise. Je tiens néanmoins à souligner que mon fantôme serait en colère, vengeur, tout en conservant l’intégralité de mes pouvoirs magiques.
-Je prends le risque. Boucle-la, maintenant.

Le magicien obéit –momentanément – à l’injonction, tandis que Reyan était emmené, presque traîné, hors de la cave, après avoir attaché ses deux mains dans le dos. Un bandeau lui fut mis sur les yeux, avant qu’il ne soit guidé avec fort peu d’égards à travers la ville, trébuchant à plusieurs reprises sur les pavés inégaux des rues de Lorelia. Après de longues minutes de cette promenade qui lui sembla durer une éternité, il entendit le bruit caractéristique d’une porte qu’on ouvre, puis qu’on referme. Une paire de mains puissantes le fit s’asseoir de force sur une sorte de tabouret en bois, lui laissant toujours le bandeau sur les yeux. Reyan aurait bien été amusé par la paranoïa de cette organisation de coupe-jarrets si lui-même n’était pas dans un état de tension nerveuse extrême. Il commençait à se demander combien de temps ses geôliers comptaient le laisser attendre, lorsqu’une nouvelle voix résonna, sans qu’il parvienne à déterminer sa direction.

-Bienvenue, Reyan de Kercyan. Je suis le Maître de Nuit.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Chroniques des Lames Perdues : Reyan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum