Star Wars : The Jedi Civil War

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Starman le Jeu 12 Jan 2012 - 22:04

Ouais, faut surtout dire que le processus de passage du côté obscur, et notamment a quel point c'est un choix conscient, est pas clairement défini. Si on se base sur les films, tout ca fait très "changement soudain de personnalité". Genre, tu te lève un matin, tes raviolis sont froids, tu t'énerve sur la cuisinière, paf! Colère, côté obscur, tu massacre les enfants et nique la ménagère. Ce qui hélas ne fait pas de toi l'homme le plus classe du monde.^^
Ce qui n'empêche pas notre brave Anakin de faire "Ho mon dieu, j'ai tué Mace Windu!..... Bah, je l'aimais pas de toutes façon. Sinon, concernant cette histoire de vie éternelle" un peu facilement.^^
Mais cette histoire est pas très claire quoi.
Dans ce cas précis, on peut imaginer que la mort de ses potes dans la dernière guerre, suivie d'une désilusion sur l'efficacité Jedi (il a pas, genre, remporté la Guerre sans le soutien du Conseil, le machin là?) peut avoir provoqué une petite bouffée de frustration chez notre grand méchant Sith.
Enfin, curieux de voir où tout cela mène.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Sam 25 Aoû 2012 - 23:14

The Jedi Civil War - chapitre 7 - le poids d’une Galaxie


Pour la énième fois, Bastila Shan se tortilla sur son siège, essayant désespérément de trouver une position plus confortable dans la soute du cargo vieillissant à destination de la flotte républicaine. Il semblait que toute la discipline Jedi ne lui soit d’aucun secours lorsqu’il s’agissait de souffrir en silence sur un assemblage de deux plaques métalliques qui méritait à peine le nom de « chaise ».

Je sais bien que le Conseil Jedi essaye de réduire son train de vie, mais ça en devient franchement ridicule ! C’est un miracle que ce vaisseau ne se soit pas encore désagrégé en vol.

Mais la jeune padawan aurait donné cher pour que cet inconfort soit son unique préoccupation. Passer sa mauvaise humeur sur un morceau de métal rouillé était une diversion bienvenue, mais qui ne saurait plus longtemps la détourner des émotions qui la parcouraient depuis qu’elle était comparue devant le Conseil. D’une certaine façon, elle avait obtenue ce qu’elle avait toujours voulue depuis qu’elle avait rejoint le temple de Dantooine. Des années d’entrainement et d’efforts, où elle avait tout fait pour rendre ses professeurs fiers d’elle, à chercher à devenir le Jedi modèle, à l’instar de sa source d’inspiration, la légendaire Nomi Sunrider, et voilà que les maîtres de l’Ordre faisaient appel à elle. Mieux, sa maîtrise de la technique de méditation de combat la rendait unique, disaient ils. Bastila, et elle seule, avait le pouvoir d’influer sur le cours de la guerre contre les Sith. Jamais la jeune fille n’avait été aussi fière.

Et aussi terrifiée. Le Conseil avait décidé que le poids de la Galaxie tout entière devrait reposer sur les frêles épaules d’une padawan de dix-huit ans. Et la simple idée qu’elle puisse ne pas répondre à leurs attentes suffisait à susciter un sentiment de panique viscérale chez Bastila. On attendait rien de moins de sa part qu’elle sauve la République d’une défaite qui apparaissait comme de plus en plus certaine. Et pourtant, les maîtres Jedi lui avaient confié la tâche en souriant, comme si il n’y avait aucun doute qu’elle se montre à la hauteur. Tous semblaient éprouver la confiance absolue dont elle avait désespérément besoin.

Enfin, presque tous.

L’une des seules voix à s’être élevée contre le fait de placer tant d’espoirs en une seule padawan avait été celle de son propre maître, Vrook Lamar. Son professeur s’était opposé avec véhémence à l’idée de l’envoyer combattre les Sith, et n’avait pas hésité à le faire savoir. La réaction n’aurait pas dû la surprendre, vraiment. Le vieux maître Jedi était connu pour son caractère austère, sa sévérité inflexible et son tempérament exigeant. Malgré elle, la jeune femme n’avait pas s’empêcher de se sentir blessée par tant de scepticisme. Avait il donc si peu foi en sa propre élève ? Elle s’était toujours efforcée de le rendre fier, de se montrer aussi respectueuse que lui du code Jedi, de se montrer digne de son enseignement, mais il lui semblait à présent que quoi qu’elle fasse, ce serait insuffisant pour le contenter. Elle devait essayer, pourtant. Trop d’espoirs avaient été mis en elle pour qu’elle laisse ses craintes et ses doutes remonter à la surface. Pour le bien des Jedi, pour celui de la République, elle ne pouvait pas se permettre de donner l’impression d’hésiter. Les enjeux étaient trop importants. Brièvement, elle se demanda ce que penserait son père si il la voyait maintenant.

Je sais qu’il serait fier de voir sa fille chérie sauver la galaxie. Je me demande si…

Elle interrompit brutalement le cours de ses pensées. Les jedi n’avaient pas de famille. Peut-être la leçon qu’elle avait le plus eu du mal à apprendre. Poussant un ultime soupir, Bastila retourna à sa méditation, s’efforçant de recouvrer un semblant de sérénité et de recomposer sur son visage un masque d’impassibilité. Lorsqu’elle aurait rejoint la flotte de la République, elle ne pourrait montrer aucune faiblesse.

***

Jarel Telwinn ne pouvait s’empêcher de se demander dans quelle dimension parallèle il était encore tombé, et surtout, comment il était possible d’en sortir. Qu’on ne se méprenne pas, quand on lui avait annoncé que lui et ses deux compagnons étaient temporairement retirés de ligne de front, il avait accueilli la nouvelle avec soulagement. La bataille sur Sullust avait laissé des traces, physiques comme mentales, et le padawan n’éprouvait aucune envie particulière d’être rejeté dans la mêlée. Mais, aux côtés de Téros et d’Elyne, en regardant la navette se poser dans la soute du croiseur républicain, il ne pouvait s’empêcher de se demander si il n’allait pas regretter le champ de bataille avant peu. La rampe du cargo décrépit s’abaissa, révélant l’objet de ses craintes : un vieux maître jedi grisonnant à la mine austère, suivi d’une padawan d’à peine dix-sept ans, aux cheveux bruns coupés courts et au visage fermé. A leur vue, Jarel ne put entièrement dissimuler une grimace, ce qui lui valut un regard noir de Téros, qui quant à lui, s’était presque mis au garde-à-vous. Le maître jedi, en revanche, semblait n’avoir cure de cet échange. Vrook Lamare se contenta de fixer le comité d’accueil d’un œil sévère, avant de s’adresser à eux d’un ton sec.

« Vous êtes là. Bien. Je n’ai pas l’intention de rester plus longtemps que nécessaire ici. Vous connaissez Bastila, il me semble. Protégez là au mieux. C’est tout. »

Sans plus de cérémonie, le jedi avait clôs la conversation, et il avait déjà à moitié fait demi-tour quand Jarel parvint à articuler un cri de protestation.

« Eh, une seconde ! »

Le vieil homme tourna les talons, fixant l’importun avec une expression qui avait déjà donné à de nombreux padawans, et même à des chevaliers confirmés, l’envie de disparaitre dans le sol. Tout à coup, Jarel Telwinn avait très envie d’une pelle.

« Y-a-t-il un problème, padawan ? »

L’intéressé dut faire appel à tout son courage pour ne pas détaler sur le champ la queue entre les jambes, et soutenir le regard inquisiteur de son aîné.

« Euh… je veux dire, j’ai bien lu le briefing de mission, enfin, en gros, mais ça ne peut pas être sérieux, pas vrai ? Elle - il pointa de façon insistante son doigt vers Bastila, qui le foudroya du regard - ne peut pas être le meilleur espoir de la République ?
- C’est pourtant ce que le Conseil a décidé, padawan. »

La sèche réprimande suffit à faire taire Jarel, mais Elyne aurait juré avoir détecté de l’amertume dans le ton du vieux maître. Était-il possible que lui-même eut été opposé à cette décision ? Elle n’était pas assez téméraire pour lui poser une telle question, à laquelle il n’aurait de toute façon pas répondu, mais un autre détail la troublait.

« Si cela est vrai, pourquoi faire appel à trois apprentis sans guère d’expérience ? Je suis sûre que l’Ordre a des chevaliers, voire des maîtres bien plus aptes à assurer sa protection… »

Le ton de Vrook restait sévère, mais la réponse fut moins brusque qu’auparavant.

« Une telle chose attirerait certainement l’attention des agents de Revan. Les Sith ont de nombreux espions, mais je doute qu’un groupe de padawans ne suscite leur méfiance. Le secret reste notre meilleur atout. »

Le nouveau seigneur noir des Sith serait au courant bien assez tôt, ne put-il s’empêcher de penser. Et alors, que la Force garde ceux qui se mettraient entre lui et ce qui représentait peut-être la meilleure chance de le vaincre. Sans attendre une éventuelle réponse d’Elyne, il remonta sur la rampe d’embarquement de la navette, avant de jeter un dernier regard sur le quatuor de padawans, dont celle qu‘il avait lui-même entrainé pendant deux ans, et dont l‘expression lui faisait terriblement penser à celle d‘un kinrath battu, qui s‘efforcerait de le dissimuler.

« La République compte sur vous. »

Seule Bastila répondit, insufflant autant de conviction que possible dans sa réponse.

« Je ne vous décevrai pas. »

Le visage de Vrook Lamare resta indéchiffrable. Puis la porte de la navette s’abattit.

***

Flotte de la République, orbite haute de Sur'Kesh

Debout sur le pont du cuirassé Shield of Corelia, l’amiral Veetor maudissait en silence les Sith, les Jedi, le Sénat et la galaxie tout entière. Pourtant, ce rodien endurci, vétéran des guerres mandaloriennes, n’avait guère l’habitude de se laisser aller au désespoir. Mais les derniers jours semblaient n’avoir apporté que déception sur déception. Lorsqu’on lui avait confié la tâche de défendre Quesh, avec une flotte de taille modeste, il savait que la mission confiée était difficile. Lorsque les services de renseignement de la République signalèrent que Revan planifiait une offensive dans cette direction, il s’était raccroché à l’espoir d’une nouvelle campagne de désinformation à laquelle les Sith semblaient exceller ; espoir qui diminua au fur et à mesure que les rapports se firent plus insistants et alarmants. Apparemment, cette fois-ci, le Seigneur Noir des Sith avait choisi d’annoncer son arrivée. Ce qui arracha un rire jaune à Veetor lorsque sa demande de renforts fut refusée, afin de « ne pas dégarnir de zones critiques à l’effort de guerre sur la base de rumeurs ». A quoi bon payer des espions si le gouvernement ne les écoutait pas, l’amiral n’en avait pas la moindre idée. La promesse d’une assistance jedi avait pendant un moment remonté son moral, mais lorsque cette assistance s’était révélée n’être qu’une gamine n’ayant pas même vingt ans, et que le commandant suprême Dodonna avait le culot de lui demander d’ « assister la jedi Bastila de toutes les façons possibles », il croyait avoir compris pourquoi Saul Karath était passé à l’ennemi. Et à présent, il avait quatre padawans dans les pattes, envahissant sa passerelle, et il ne savait pas lequel il détestait le plus.

« Je sais que vous avez les autorisations pour circuler librement sur ce vaisseau, mais y-a t’il une raison pour que vous veniez tous les quatre à la fois sur le pont de commandement ?
- Eh bien, Bastila voulait venir, et comme nous avons pour mission de l’escorter… »

Etrangement, la remarque de Téros sembla agacer ses trois autres compagnons. L’intéressée se renfrogna, Elyne siffla entre ses dents quelque chose qui ressemblait fort à qu’est-ce que tu ne comprends pas dans « mission secrète » ? et Jarel leva les yeux au ciel.

« Oui, je suis sûr que les dangers à bord de ce vaisseau sont nombreux. Je veux dire, elle pourrait se casser un ongle en…
- Ca suffit ! »

L’amiral dut se retenir pour ne pas se couvrir le visage à deux mains. L’ennemi serait là d’une minute à l’autre, et le seul point positif à ce qui allait bientôt se produire, c’est qu’il n’aurait plus jamais à supporter ce genre d’absurdités. Ce fut à ce moment précis que les Sith répondirent à ses prières secrètes. Toutes les alarmes du vaisseau se mirent à retentir, faisant redoubler d’activité l’équipage.

« Fluctuation dans l’hyper-espace ! Arrivée de la flotte ennemie imminente ! »

Et de fait, les écrans ne tardèrent guère à transmettre l’image de dizaines de bâtiments de guerre ennemis commencer à surgir du vide spatial, en formation impeccable, et entamant une lente approche, comme si ils avaient tout le temps du monde devant eux. Il ne fallut qu’un rapide calcul à Veetor pour se rendre compte qu’il allait devoir se battre en légère infériorité numérique. Et une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule…

« Amiral, nos capteurs signalent la présence du Juggernaut à la tête de la flotte ennemie. »

C’était le bouquet. Non seulement les Sith avaient l’avantage du nombre, mais apparemment, Revan lui-même avait décidé de venir les saluer. Le rodien allait devoir se mesurer avec l’homme ayant gagné la réputation de meilleur stratège de la galaxie. Étrangement, il accueillit la nouvelle avec un sang-froid qui l’étonna lui-même. A ce stade, il ne lui restait plus grand-chose à perdre…

« Tous les vaisseaux, en formation. Montrons leur que la République a encore des griffes.
-Amiral. »

Le calme qui l’habitait s’évapora, et lorsqu’il se tourna vers la jedi a l’origine de l’interruption, ce fut presque un grognement qui sortit de sa bouche.

« Quoi ?
- Je vais avoir besoin d’une pièce isolée, et silencieuse. »

Veetor faillit lui indiquer la direction du sas de décompression le plus proche, raisonnant qu’on pouvait difficilement faire plus silencieux que le vide spatial. Fort heureusement pour l’intéressée, son second semblait plus disposé à accéder à sa requête.

« Vous pouvez utiliser la salle de briefings. Personne ne l’utilisera au milieu d’une bataille. »

Dix secondes plus tard, la passerelle était libérée de la présence des quatre jedi, au grand soulagement d’un amiral pouvant maintenant aborder en paix son prochain problème : comment perdre de la façon la moins ridicule possible ?

***

Bastila Shan entra seule dans la pièce lui ayant été assignée, ayant été catégorique dans son besoin de s’isoler pour les minutes à venir, et son « escorte » n’avait pas osé contester. En ce qui la concernait, cette affectation était en train de virer au cauchemar. Il était clair que les soldats de la flotte ne la considérait que comme un poids mort inutile, et ses condisciples jedi n’arrangeaient rien. Elyne était la seule dont la compagnie était un tant soit peu appréciable, mais entre Jarel qui ne laissait jamais passer une occasion de la ridiculiser, et Téros qui insistait pour ne pas la lâcher d’une semelle « pour sa propre sécurité » (elle avait failli le gifler lorsqu’il lui avait fait cette annonce d’un ton qui se voulait solennel, mais ne lui avait paru que ridicule), Bastila avait l’impression qu’elle risquait d’exploser à tout moment. Ce qui n’était certainement pas l’état mental désiré pour ce qu’elle s’apprêtait à faire. S’astreignant au calme, elle prit une profonde inspiration.

Il sera toujours temps plus tard de réfléchir à la meilleure façon de leur rendre la monnaie de leur pièce, je suppose…

Cette pensée, pour mesquine et bien peu Jedi qu’elle fut, parvint à la mettre dans de meilleures dispositions. S’asseyant en tailleur à même le sol, elle s’efforça de chasser toute pensée parasite, et entama sa transe.

Pour tout adepte de la Force digne de ce nom, les exercices de méditation n’avaient pas le moindre secret. Clef de la maîtrise de son propre esprit, même les plus jeunes apprentis consacraient plusieurs heures par jour à ce genre d’exercices, vidant leur esprit pour, pendant un bref moment, ne faire qu’un avec la Force. Mais Bastila, aussi loin qu’elle s’en souvienne, avait toujours été capable d’aller au-delà. Non seulement atteindre une pleine conscience de soi, mais aussi celle de son environnement, de son entourage. Lorsque ses instructeurs avaient découvert, ce talent, ils l’avaient incité à le travailler, ce qu’elle fit de son mieux, fière de leur avoir donné un motif de satisfaction, d’avoir prouvé qu’elle aussi pouvait devenir une grande jedi. Une technique rare et ancienne perdue depuis plusieurs décennies, murmuraient-ils entre eux, la méditation de combat. Sur le coup, le terme lui parut étrange, mais elle n’y prêta guère attention, améliorant son don, poussant sa conscience sur une distance toujours plus étendue. Elle pouvait effleurer l’esprit de quiconque dans un rayon de plusieurs centaines, plusieurs milliers de kilomètres, et, d’une certaine façon, les influencer. Rien de drastique, tout juste des suggestions, de simples émotions murmurées à l’oreille de ceux dans son champ d’influence. Mais malgré tous ses exercices, elle n’avait encore jamais tenté quelque chose d’avoisinant ce qu’on lui demandait à présent. Jamais elle n’avait exercé sa conscience sur une si grande distance, sur un si grand nombre d’âmes. Pourrait-elle avoir le moindre effet ?

C’était le moment de le savoir.

***

La Force peut avoir une influence terrible sur l’esprit. Elle est capable d’effacer votre mémoire, de détruire votre identité…

Carth Onasi


Dernière édition par Macros le Ven 23 Nov 2012 - 9:52, édité 1 fois

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Mélanie Mustang le Dim 26 Aoû 2012 - 20:19

Ah ah!! Voilà un post intéressant et j'ai vraiment hâte de savoir comment cette bataille va se terminer... Notre jeune padawan parviendra-t-elle à détourner les Sith de leur objectif?

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Heg le Lun 27 Aoû 2012 - 9:24

Post interessant qui marque l'apparition de la jeune Bastila, la botte secrète de la République. J'ai passé une bonne partie du post à me demander si elle avait vraiment quelque chose d'exceptionnel, ou si c'était simplement une rumeur que les Jedi essayaient de faire parvenir à l'ennemi pour détourner leur attention sur un petit agneau sacrificiel. A priori, elle a l'air vraiment puissante, la demoiselle. Mais rien ne dit que les choses vont tourner comme prévu : Vrook Lamar semble inquiet. (Note : j'ai pas bien compris, a-t-elle 17 ou 18 ans ? Pas que ça soit hyper important, hein...)

Un rodien, c'est une race ou une nationnalité ?


EDIT : Voilà qui donne un éclairage nouveau sur le personnage !






_________________
"Allow me to say you've got a nice little buttock !"
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Mélanie Mustang le Lun 27 Aoû 2012 - 11:16

Ah! C'est le même genre de personnage qui tente de tuer Han Solo dans l'épisode IV ^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Lun 27 Aoû 2012 - 13:07

Han shot first !

Ahem. Mais oui, c'est bien l'espèce à laquelle appartient le brave Greedo (super nom, soit dit en passant) avec leurs têtes d'insectes et leur langage si... particulier. Quant à Bastila... suite au prochain épisode (qui devrait arriver bien plus tôt, vu que j'avais déjà commencé son écriture avant celle de ce chapitre)

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Grimoald le Lun 27 Aoû 2012 - 16:31

Heg a écrit:Post interessant qui marque l'apparition de la jeune Bastila, la botte secrète de la République. J'ai passé une bonne partie du post à me demander si elle avait vraiment quelque chose d'exceptionnel, ou si c'était simplement une rumeur que les Jedi essayaient de faire parvenir à l'ennemi pour détourner leur attention sur un petit agneau sacrificiel.
Pareil.

PS : effectivement, physiquement, c'est pas comme ça que je l'avais spontanément imaginée....

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 34
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Ven 23 Nov 2012 - 9:50

Un tout petit peu de retard...


The Jedi Civil War - Chapitre 8 - Résistance


Orbite haute de Quesh, deuxième jour d’engagement

***

« Pourquoi résistent ils encore ? »

Le ton du seigneur noir des Sith fit frissonner les hommes sur la passerelle de commandement. Même si le visage de Revan restait dissimulé par son masque, il était clair que la résistance tenace de l’armée de la République commençait à mettre sa patience à l’épreuve. Devant sa console tactique, Saul Karath se permit un regard inquiet. Le maître des Sith n’était pas connu pour son tempérament impulsif, mais il n’était pas non plus habitué à être mis en échec… Étrangement, le plus calme à bord du vaisseau semblait être Malak, au tempérament habituellement si bouillant; Saul le soupçonnait de savourer intérieurement les difficultés de son mentor, mais il préféra ne pas s’appesantir sur la question; il laisserait les deux Sith régler cette affaire entre eux. Il reporta son attention sur les données à l’écran, tentant de trouver un moyen de transformer la mêlée confuse en victoire.

Si c’est encore possible…

Le succès n’aurait pourtant pas dû faire le moindre doute. La flotte de l’empire Sith surpassait nettement en nombre celle de la République, était en grande partie constituée de vétérans des guerres mandaloriennes, et était menée par un stratège dont la réputation n’était plus à faire, face à une armée ayant dû être démoralisée par une série de revers ininterrompus. Et de fait, dans un premier temps, tout avait sembler se dérouler comme prévu. Les chasseurs Sith avaient enfoncés les lignes adverses, la flotte avait pressé son avantage pour disperser les vaisseaux ennemis, adoptant un mouvement tournant devant aboutir à l’encerclement, puis à la capture d’une portion importante de l’armée républicaine. Un triomphe éclatant, qui aurait mis la République à genoux, et leur aurait ouvert la porte vers les mondes du Noyau.

Mais l’ennemi avait résisté. De façon incompréhensible. Un instant, il semblait être au bord de la rupture, celui d’après, il contre attaquait. Plus déterminé, plus agressif, et surtout, toujours là ou il le fallait. Le pire, du point de vue de Saul, était que Revan s’était surpassé. Confronté à cette situation imprévue, le seigneur noir avait montré pourquoi il était considéré comme le meilleur stratège de la Galaxie, réadaptant en un éclair l’ensemble de son plan de bataille, redéployant ses forces pour profiter des nouvelles brèches dans les formations adverses, déplaçant ses pièces à la manière d’un maître de Desharik. Et pourtant, chacun de ses coups semblait invariablement être contré. L’organisation des forces de la République avait quelque chose de surnaturel, comme si leurs hommes avaient soudainement gagné la capacité de prédire la moindre des manœuvres ennemies, stoppant net toute possibilité de progression, contraignant les Sith à un combat acharné pour chaque parsec. Et alors même que le moral des Républicains se trouvait inexplicablement gonflé à bloc, celui des Sith donnait des signes alarmants de faiblesse. Des guerriers de la première heure, ayant fait face sans sourciller aux féroces mandaloriens, ayant suivi Revan au-delà des frontières connues de la Galaxie avant d’en revenir pour soumettre une République moribonde… Ces hommes là semblaient sur le point de lâcher prise.

« Le Dies Irae est durement touché ! Il demande la permission de regagner les arrières de la force principale. »

Saul Karath poussa un soupir de consternation. Il avait personnellement choisi le capitaine de ce croiseur pour son fanatisme à toute épreuve, un homme qui aurait parfaitement été capable de jeter son propre bâtiment sur ceux de l’ennemi si il jugeait pouvoir en emporter avec lui. Et à présent, il parlait de se replier ? Est-ce que la Galaxie devenait folle ?

« Dites à l’escadron Delta de passer par le 23ème cadran. Le Tyranic et le Sith Legacy, en tirs de couverture. »

La voix monocorde de Revan avait perdu de son effet galvanisant. Alors qu’en temps habituel, chacun de ses ordres était obéi avec enthousiasme, dans la confiance de son inévitable succès, aujourd’hui, ils ressemblaient plus à des ultimes tentatives pour arracher la victoire aux griffes d’une défaite qui commençait, lentement, mais sûrement, à se profiler. Si la situation ne changeait pas, rapidement, les Sith ne tarderaient pas à se retrouver sur la défensive. Et compte tenu de leurs manques de succès aujourd’hui…

Pendant un moment, Saul eut l’espoir que cette dernière tentative allait finalement fonctionner, que la République avait enfin épuisé la chance insolente qui semblait la soutenir. La nouvelle manœuvre Sith sembla ébranler un temps les lignes ennemies, parvint presque à pénétrer leurs défenses… Puis le moment passa. Plusieurs vaisseaux de la République adoptèrent une trajectoire d’interception, venant combler la brèche, presque aussi rapidement qu’elle était apparue. Les chasseurs ayant déclenché l’offensive se volatilisèrent dans un déluge de tirs de plasma, ramenant la flotte Sith dans une situation plus désavantageuse de minute en minute. L’amiral fixa sa console tactique d’un air hagard, dans le vain espoir d’y trouver une solution à un problème insoluble, avant de reporter son attention sur Revan. Le masque mandalorien rendait son visage impossible à déchiffrer, mais pour la première fois, Saul Karath aurait juré que le Seigneur Noir des Sith était aussi désemparé que les hommes sur la passerelle.

***

A l’aide !

Bastila écarta mentalement la supplique, comme elle avait dû le faire pour les milliers d’autres qui l’avaient précédées. Elle ne pouvait pas se permettre de rompre sa concentration maintenant, pas alors que la victoire était presque au rendez-vous. Motiver les forces de la République, saper le moral des Sith, rien d’autre ne devait entrer en ligne de compte. Dans quelques minutes, tout serait fini.

Ca ne peut pas finir…

Cette voix ci fut également écartée brusquement. Elle ne devait pas, elle ne pouvait pas écouter. Evanoui depuis longtemps, ce sentiment d’exultation lorsque sa conscience parvint, par delà le vide spatial, à effleurer celle de tous les hommes en orbite autour de la planète. A son grand effroi, elle s’était rendue compte que si sa méditation de combat s’était en effet avérée capable d’influencer les esprits des belligérants, elle transmettait en retour à Bastila les sensations les plus vivaces de ces derniers. Qui s’avérait être invariablement…

Non !

Seul le soulagement de savoir que sa technique se révélait efficace, qu’elle était en mesure d’aider la République à vaincre les Sith, avait permis à la jeune padawan de maintenir sa concentration jusqu’ici; mais tout sentiment de satisfaction s’était estompé depuis un moment déjà, ne lui laissant que l’espoir désespéré que le combat touche à sa fin, le plus vite possible. En un sens, même ce sentiment s’était avéré utile, lorsqu’elle était parvenue à le communiquer de façon diffuse aux hommes de Revan. L’expérience n’en était pas moins traumatisante.

Je ne veux pas... !

Juste encore un peu, se répéta inlassablement la Jedi. Juste…

Maman !

… encore un peu.

Papa…

Pour la première fois, Bastila aurait incapable de dire si cette supplique était celle d’un autre ou la sienne.

***

Intérieurement, Malak se répétait qu’il devrait avoir honte. L’empire Sith était en train de subir sa première véritable défaite militaire depuis le début de la guerre, et Revan, son ami et mentor depuis toujours, goutait aux joies de ce qui commençait à s’apparenter à une humiliation publique. Il n’y avait rien dans cette situation qui aurait pu être considéré comme plaisant. Et pourtant, il ne parvenait pas à faire disparaitre cette sensation de satisfaction à voir le Seigneur Noir des Sith plongé dans un tel embarras. Voir celui qui avait été acclamé comme le Jedi le plus prometteur de sa génération, le meilleur stratège de la Galaxie, le héros des guerres mandaloriennes et le maître d’un nouvel empire galactique être brusquement descendu de son piédestal avait quelque chose de délicieusement satisfaisant.

C’est ton ami, Malak… Il mérite mieux qu’une jalousie mesquine.

Une violente explosion le ramena à la réalité, secouant les occupants du pont du Juggernaut. L’amiral Karath fut le premier à réagir.

« Situation !
- Un croiseur républicain nous a dans sa ligne de mire ! Les boucliers tiennent… »

Le pour l’instant sous entendu resta non exprimé, mais personne sur la plate-forme n’était dupe.

« Virage à tribord, 30 degrés. Je veux un tir de soutien du capitaine Riekan, qu’il attire leur attention ! »

Les ordres furent relayés sans que l’inquiétude des membres d’équipages ne se dissipe. Le silence de Revan, qui persistait maintenant depuis plusieurs minutes, n’était pas fait pour les rassurer, et aussi expert que soit Saul Karath dans l’art de la guerre, la confiance avait depuis longtemps déserté leur camp. Presque indifféremment, Malak se demanda si il ne devrait pas faire quelque chose. En temps normal, il se serait trouvé à bord de son propre vaisseau amiral, le Léviathan, d’où il aurait commandé sa propre portion des forces Sith, mais Revan avait tenu à sa présence aujourd’hui, pour des raisons qui lui échappait. Toujours est-il que dans cette bataille, il n’avait pour seul rôle celui de spectateur glorifié, ce qui compte tenu de la tournure des évènements, lui convenait plutôt, somme toute. Revan s’était montré particulièrement acerbe sur ses dernières performances durant la campagne, mais cette fois-ci, il ne serait pas celui sous le feu des critiques.

La pilule doit être amère à avaler, pour lui. Je me demande…

Le cours de ses pensées fut brusquement interrompu lorsqu’il ressentit… une perturbation ? Pendant un bref instant, il lui sembla ressentir une présence étrangère à travers la Force, avant que l’impression ne s’estompe aussi rapidement qu’elle était apparue, ne laissant derrière elle qu’une vague sensation de malaise. Le phénomène avait été si bref que Malak se demanda si il n’avait pas tout imaginé, d’autant que Revan, d’ordinaire si réceptif aux variations de la Force, semblait n’avoir absolument pas réagi. Ce dernier continuait de fixer la carte holographique du champ de bataille, avant de s’animer brusquement.

« Nouveaux ordres aux vaisseaux Tyranic, Imperator et Mandalore’s Bane. Je veux qu’ils engagent la République de front. Tous les escadrons de chasseurs dans leur cadran, engagez l’ennemi à volonté. Reste de la flotte, virez de bord et préparez vous à sauter dans l’hyperespace. Nous partons. »

Un silence de mort accueillit ces nouvelles instructions, rompu par un début de protestation timide d’un enseigne dont Malak ignorait jusqu’au nom;

« Mais seigneur, nous ne pouvons pas sacrifier… »

Un regard mi-furieux, mi-paniqué de Karath le réduisit au silence, mais l’apprenti du Seigneur Noir ne put s’empêcher d’admirer le courage de cet anonyme pour critiquer publiquement la décision du maître suprême du nouvel empire. Ce dernier, en revanche, ignora entièrement l’intervention, se contentant d’attendre que ses ordres soient relayés. Via la baie d’observation, tous purent observer clairement les trois destroyers stellaires et leurs nuées de chasseurs se ruer au cœur de la flotte de la République, leur équipage réalisant sans doute trop tard que le restant des forces Sith s’apprêtaient à les abandonner à leur sort. L’une des dernières visions qu’eut Malak fut celle de l’un de ces vaisseaux littéralement coupé en deux par le tir croisé de deux cuirassés, avant que le Béhémoth ne s’engage dans un tunnel de lumière, devant les mener vers la sécurité relative de l’espace Sith. Revan avait quant à lui déjà quitté sa place au centre de la passerelle, se dirigeant d’un pas rapide vers les coursives du vaisseau, et lorsqu’il parla, ce fut d’une voix qui pouvait mal dissimuler sa colère.

« Réunion d’état-major. Immédiatement. »

Encore une fois, Malak se sentit coupable que la première chose qui lui vint à l’esprit fut la pensée amusée que son ami était décidément un très mauvais perdant.

***

Pour Elyne et ses camarades, montant la garde devant la salle de briefing, la bataille de Taris avait été d’un calme exaspérant. Alors même que des dizaines de vaisseaux se transformaient en torches incandescentes, le vaisseau amiral de la flotte était resté à distance respectable du gros des combats, abrité au cœur de la formation des bâtiments républicains, et à aucun moment leurs adversaires ne parurent en mesure de venir porter le danger jusqu’à eux. En résultait le fait que les trois padawans ne purent que constater que leur mission consistant à protéger Bastila semblait se résumer, pour cette fois-ci en tout cas, à se tourner les pouces tandis que d’autres risquaient leurs vies sous leurs yeux. Si la jeune Jedi était parvenue à le prendre avec une relative sérénité, et Téros à s’astreindre à un silence morose, Jarel n’avait pas hésité à faire part de ses griefs. Bruyamment.

Je vous jure, il mériterait un grand coup sur la tête, parfois.

Elyne savait que la relative immaturité du padawan était en grande partie simulée, un moyen de rendre plus léger des situations pouvant être très pesantes - et, elle le supposait, le fait que ça puisse agacer prodigieusement Téros devait aussi jouer - mais en l’occurrence, elle aurait volontiers fait sans son numéro habituel. Ils étaient au milieu d’une bataille sans doute décisive, se reposant sur une capacité non testée, et…

… et je ne suis absolument pas inquiète.

La padawan fronça les sourcils à cette réalisation. En observant ses camarades, elle se rendit d’ailleurs compte qu’elle n’était pas la seule dans cette situation ; il n’y avait aucun signe de la nervosité habituelle qui les accompagnait lors des engagements précédents, nervosité qui aurait dû se trouver renforcée par leur état de relative impuissance. Et pourtant, ils ne semblaient capables que de ressentir un léger agacement, comme si l’issue de la bataille était déjà déterminée. Elyne n’était guère versée en stratégie militaire, et aurait bien été incapable de dire comment se déroulait la bataille spatiale qui prenait place sous ses yeux, mais à en juger par les mines résolues, mais confiantes des soldats qui traversaient de temps à autre leur passerelle d’observation, il semblait qu’effectivement, l’affrontement se déroulait bien. Elle ignorait quelle part pouvait en être attribuée à cette fameuse méditation de combat, mais soupçonnait que cette absence totale de nervosité lui était en grande partie due… et si un esprit sensible à la Force était susceptible d’être ainsi influencé, la technique devait avoir été efficace.

« Eh, attendez, ils s’en vont, là, non ? »

La remarque de Téros la ramena à la réalité. De fait, alors que trois croiseurs Sith continuaient leur avancée, subissant pour cela des dommages considérables, le reste de la flotte était en train de se détourner de Quesh et de la flotte républicaine, les quelques bâtiments engagés tentant manifestement de rompre le combat, malgré le barrage de turbo lasers qui leur était opposé. Quelques instants plus tard, la grande majorité des bâtiments de guerre adverses avaient sautés dans l’hyperespace, laissant derrière eux une poignée de vaisseaux données en sacrifice - ou ayant vu leur générateur de saut endommagé dans les combats - et quelques escadrons de chasseurs.

« Euh… on a gagné, je crois ? »

Les acclamations qui se firent retentir à travers le vaisseau amiral vinrent confirmer l’analyse sommaire de Jarel. Elyne, quant à elle, se tourna vers la porte toujours close devant laquelle ils montaient la garde.

« Bastila ? Tout va bien ? »

Pendant un moment, aucune réponse ne lui parvint, seulement un bruit étouffé difficile à interpréter. Au moment ou elle se décida à ouvrir la porte, le sifflement du mécanisme d’ouverture lui révéla que Bastila avait pris les devant. Cette dernière arborait une expression aussi impassible qu’à l’accoutumée.

« Bien sûr. Excusez moi, je vais essayer d’aller me reposer. Cette journée a été éreintante. »

Sans une autre parole, la padawan disparut dans les coursives, laissant derrière elle les trois Jedi. Téros paraissait vaguement inquiet, et même Jarel semblait plus curieux qu’offensé par ce départ abrupt. Mais Elyne était sans doute la plus troublée des trois.

Elle aurait pu jurer avoir entendu des sanglots à travers la porte.

***

Je n’ai pas vraiment tout compris…

Préambule du débriefing de l’amiral Veetor après la bataille de Quesh

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Starman le Ven 23 Nov 2012 - 10:11

Beuh, le Reyan il a perdu.
Tu crois que la divination est autorisée par la Convention de Genève?
Bon, ben bon post hein. Bien écrit, intéressant.....la totale habituelle.
Par contre, puisque je te tiens, vu que ça a l'air basé sur les jeux KOTOR.....C'est moi ou dans ces jeux t'as une invasion Sith tous les 15 jours? Parceque ta fic, elle se passe avant les jeux, c'est ça? Et y'a genre une invasion par jeu (ce qui en fait.....3 en comptant le MMO) c'est ça?
En fait les Siths c'est un peu comme les guêpes, t'as beau gazer leur nid, l'été suivant y'en a d'autres.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Ven 23 Nov 2012 - 10:18

Eh bien, disons que dans le jeu, ce sont les suites de cette invasion là. Et puis dans la suite, d'autres Sith n'ayant pas grand chose à voir avec ceux qu'on voit maintenant. Et dans le MMO, 300 ans plus tard... oui, encore d'autres Sith n'ayant rien à voir avec les précédents. Ok, c'est une vraie infestation, effectivement ^^ (cela dit, on peut dire la même chose des Jedi... dans les films, il n'en reste que deux qui vivent en ermite, dans les bouquins, on découvre qu'en fait, les clones ont manqués 90% de leurs cibles, et les survivants ont décidés de ne pas aider... parce que.)

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Starman le Ven 23 Nov 2012 - 10:20

(Ils ont du se dire que bon, toute façon ils étaient à deux jours de la retraite, alors bon^^).
Enfin pour le coup, à force les Jedis ils doivent juste être vaguement ennuyé.
"Le Côté obscur, la présence je ressens.
-Pfffff, encore? On en a déjà eu en Avril!

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Grimoald le Ven 23 Nov 2012 - 20:22

Starman a écrit:Bon, ben bon post hein. Bien écrit, intéressant.....la totale habituelle.
Voilà tout pareil. Very Happy

Décidément j'aime beaucoup cette "série".

En revanche je vais être tatillon (on va dire que c'est le niveau général du post qui permet ça en retour) mais il y a un juste un détail qui m'a un peu chiffonné, ou alors j'ai pas tout compris, mais
Spoiler:
quand je lis :
contraignant les Sith à un combat acharné pour chaque parsec
je m'étonne un peu... vu qu'un parsec ça fait dans les 3,3 années-lumières ou à peu près... c'est quand même de la grosse grosse grosse bataille, là, ou bien, euh....? silent

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 34
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Ven 23 Nov 2012 - 22:46

[quote="Grimoald"]
En revanche je vais être tatillon (on va dire que c'est le niveau général du post qui permet ça en retour) mais il y a un juste un détail qui m'a un peu chiffonné, ou alors j'ai pas tout compris, mais
Spoiler:
quand je lis :
contraignant les Sith à un combat acharné pour chaque parsec
je m'étonne un peu... vu qu'un parsec ça fait dans les 3,3 années-lumières ou à peu près... c'est quand même de la grosse grosse grosse bataille, là, ou bien, euh....? silent


Enfer et damnation ! Je savais que mes souvenirs remontant à la lecture de Fondation il y a des années méritaient d'être vérifié ! Bon, eh bien, euh, c'est une bataille appliquant le principe de défense élastique, et en fait, là, c'est le dernier endroit ou... non, non, y'a pas moyen de rendre ça crédible, j'en ai peur. Sad



_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Mélanie Mustang le Sam 24 Nov 2012 - 9:28

Eh bien, voilà encore un très bon post ! J'aime assez et j'avoue que le pouvoir de cet padawan est assez impressionnant. J'ai hâte de voir la suite et... je me demande quand même si Revan n'a pas ressenti sa présence... C'est quand même étonnant de sa part...

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Dim 24 Nov 2013 - 19:19

Comment ? Un nouveau chapitre ? Incroyable ! Enfin, presque un nouveau chapitre. Disons, une première partie de chapitre, histoire de maintenir la dynamique, et de vous donner le temps de relire la fic depuis le début pendant que je le termine. N'allez pas me dire que je ne vous gâte pas après ça ! Heureux fripons.

The Jedi Civil War - Chapitre 9 – Lâchez les loups


Vaisseau amiral Juggernaut, orbite haute de Korriban

« C'est absolument inacceptable. »

Saul Karath se tordit inconfortablement sur son siège lorsque le masque de Darth Revan se fixa sur lui. Depuis plusieurs semaines, l'humeur du seigneur noir des Sith, d'ordinaire si calme, s'était considérablement dégradée. Et comme l'amiral le craignait, les conseils qu'il était venu donné n'étaient pas à son goût. A ses côtés, Darth Malak semblait considérablement plus détendu face à la colère froide de son maître. Karath devait bien l'admettre, l'unique raison pour laquelle il s'était résolu à exposer son idée à Revan était dûe au soutien tacite de son apprenti.

« Seigneur, nos trois dernières offensives se sont soldées par des échecs. Une nouvelle défaite, et nos mondes seraient dangereusement vulnérables. Je reste persuadé qu'adopter – temporairement ! - une stratégie défensive...
- Laisser l'initiative à l'ennemi est le plus sûr moyen de courir à l'échec. Les guerres mandaloriennes l'ont amplement démontrées. »

La réponse avait été sèche, n'admettant aucune réplique. Saul Karath retint un soupir, et s'apprêta, en dépit de son instinct de survie qui lui hurlait de s'incliner sur le champ, à poursuivre son argument, lorsqu'à sa grande surprise, mêlée d'un lâche soulagement, ce fut Malak qui se chargea de répondre.

« Il ne va jamais nous laisser oublier les guerres mandaloriennes, pas vrai ? Je ne sais pas si tu as remarqué, Revan, mais ce ne sont pas les mandaloriens que nous avons en face, et ça fait un mois que nous... comment tu as formulé ça, déjà ? Éprouvons les défenses de l'ennemi. Ce qui est une élégante façon de dire que nous nous faisons botter le train à chaque offensive majeure. Je crois que leur défense ne se porte pas trop mal, mais peut-être te faudrait-il une autre défaite pour être convaincu ? »

L'attention tout entière du maître de l'Empire Sith se porta vers son insolent apprenti, sa rage presque palpable, au point que même Saul Karath pouvait la ressentir.

« Tu as la langue bien pendue ces derniers temps, Malak. Peut-être que la trancher serait un bon moyen de régler ce problème, qu'en penses-tu ? »

Pendant un instant, l'intéressé parut totalement décontenancé par la menace soudaine, avant que ses yeux s'étrécissent, une grimace déterminée sur le visage. A sa grande horreur, Saul Karath vit que les mains des deux Sith s'étaient imperceptiblement rapprochées des poignées de leurs sabres-laser, et Malak s'était déjà légèrement pivoté dans une posture qui semblait innocente, mais qui lui garantissait une meilleure liberté de mouvement dans la pièce en cas de duel. Réprimant un frisson, l'amiral se rendit compte qu'il était piégé dans une salle avec deux adeptes de la Force qui risquaient à tout moment de se sauter à la gorge, et qu'il doutait fortement qu'ils se soucient beaucoup du sort du non-Sith qui allait être pris au milieu de leur affrontement.

« Seigneur Revan, je vous prie de reconsidérer votre décision. La République aussi a subi de lourdes pertes ces derniers mois, ils ne sont pas en mesure de reprendre l'offensive. Notre capacité de production est supérieure à la leur, ce n'est qu'une question de temps avant que nous ne les submergions sous le nombre. Quelques semaines de répit ne peuvent que nous être favorables. »

Pendant un instant, personne ne sembla prêter attention à sa plaidoirie qui cachait mal son angoisse. Revan fut finalement le premier à relâcher sa posture, bientôt suivi par Malak, qui le quitta cependant pas du regard. La tension, au grand soulagement de Saul Karath, baissa d'un cran.

« Ce n'est qu'en partie vrai, amiral. Nous pouvons produire plus d'armes et de vaisseaux que la République, oui, mais ils conservent un plus grand territoire et davantage d'hommes que nous. Une prolongation du conflit ne tournerait pas nécessairement en notre faveur. Surtout compte tenu de... »

La frustration du seigneur noir était palpable. Aujourd'hui encore, il ignorait à qui ou à quoi imputer les revers récents que sa flotte avait subi. Le rebond soudain des forces de la République n'avait, selon tous les rapports, aucune explication. Les conséquences, en revanche, commençaient à se faire sentir. Les forces de l'Empire Sith restaient combatives, mais leur enthousiasme s'était mué en détermination résignée. A l'inverse, les armées de la République avaient le moral au plus haut, et les postes de recrutement connaissaient un afflux aussi soudain qu'inattendu. Si la cause des victoires de la République n'était pas dévoilée, Saul Karath craignait que l'issue de cette guerre ne soit pas en leur faveur.

« Vous avez regardé du côté des Jedi ? »

La remarque innocente de Malak prit tout le monde par surprise.

« Expliques. 
- A chaque bataille, j'ai cru ressentir une présence dans la Force, trop ténue pour en localiser la source, mais qui avait l'air de s'étendre sur tout l'espace d'affrontement. Une technique secrète Jedi, peut-être ? »

A sa voix, Revan semblait peu convaincu.

« Ne le prends pas mal, mais j'ai toujours été plus sensible aux perturbations de la Force que toi. Si ce phénomène avait vraiment eu lieu je l'aurais senti. »

Son apprenti se contenta de hausser dédaigneusement des épaules.

« Hmm hmm. Sauf que quand tu es occupé à exécuter un de tes plans géniaux, tu as tendance à être aveugle et sourd à tout le reste. Moi, par contre ? A part me tourner les pouces, je n'ai pas grand chose à faire. Mais bon, si l'infaillible Revan pense que je me trompe... »

Saul Karath scilla. Le timbre de la voix de Malak était parfaitement contrôlé, mais laissait transparaître de façon infime sa frustration. L'amiral avait été aux premières loges pour observer la dégradation progressive des relations entre les deux Sith, et ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle ne présageait rien de bon. S'entre-déchirer en plein milieu d'une guerre n'avait jamais aidé qui que ce soit. Il ne pouvait qu'espérer que Revan et Malak en avaient également conscience. Pendant un moment, les trois hommes restèrent silencieux, avant que la voix de Revan ne résonne de nouveau.

« Très bien. »

Le ton était ferme, assuré, bien plus en accord avec le stratège imperturbable et déterminé que Karath avait appris à connaître  que le seigneur Sith frustré et rageur de ces dernières semaines.

« Nous appliquerons votre stratégie, amiral Karath. Donnez l'ordre à nos flottes de se replier en orbite autour de Dromund Kaas et de Korriban. Et activez toutes nos cellules de renseignement. Si un Jedi a trouvé un moyen de s'opposer à nous, je veux savoir qui et comment. Ce sera tout. »

Saul Karath s'inclina, imité en cela, de façon plus moqueuse, par Malak, avant de quitter la salle de réunion avec ce dernier. A peine la porte s'était-elle refermée derrière lui que l'amiral laissa s'échapper un profond soupir de soulagement. Malak le dévisagea d'un air curieux, avant de se laisser aller à un petit rire appréciateur.

« Ça c'est plutôt bien passé. »

***


Temple Jedi de Corustant

« C’est pas une blague ? »

La voix de Jarel était partagée entre espoir et incrédulité. En guise de réponse, le maître Jedi lui adressa une mimique qui, chez un aqualish, pouvait passer pour un sourire.

°Le Conseil Jedi et le haut commandement vous sait gré de vos récents efforts pour la sauvegarde de la République, et compte tenu du repli des forces Sith, juge qu’une période de congés ne peut vous être que bénéfique.°

L’annonce de Bassara arracha un cri de joie fort peu dignifié au padawan. A ses côtés, Téros secoua la tête, s’efforçant de donner à son visage un air désapprobateur, sans vraiment parvenir à dissimuler son contentement. Elyne arborait un air radieux, et même Bastila s’autorisa un léger sourire à l’énoncé de la nouvelle. Les dernières semaines avaient été particulièrement pesantes, entre les déplacements incessants aux quatre coins de la Bordure Extérieure dès que la moindre rumeur d’offensive parvenait aux oreilles de l’état-major, et l’état de tension constante dans lequel étaient plongés les padawans. Bastila était la plus durement affectée, chaque utilisation de la méditation de combat semblant rendre son teint encore plus pâle, mais son escorte avait aussi connue des jours meilleurs, ayant dû à plusieurs reprises donner de leur personne lorsque le vaisseau amiral fut la cible d’abordages, suite aux efforts désespérés des Sith pour briser la chaîne de commandement et arracher la victoire.

°Soyez tout de même conscient que ce temps de repos peut être interrompu à tout moment. Les Sith semblent calmes en ce moment,  mais nous ignorons combien de temps Revan compte rester inactif.°

Il en aurait toutefois fallu bien plus pour tempérer l’enthousiasme des padawans. La colère d'un seigneur noir des Sith pesait bien peu face à la perspective d'un repos bien mérité, le premier depuis le début du conflit.

« Enfin ! Je ne sais pas combien de jours de congés en retard on a, mais il était temps qu’on les utilise. »

Elyne lui lança un sourire indulgent.

« La dernière fois que j’ai vérifié, les Jedi n’avaient pas de jours de congé.
- Quoi ? Attends un peu que le syndicat entende parler de ça…
- Pas de syndicat non plus, j’en ai bien peur.
-C’est de l’exploitation pure et simple, voilà ce que c’est ! C’est tout de même incroyable qu’après plus de vingt-mille ans d’existence, la République n’ait toujours pas garanti un minimum de droits… »

Téros poussa un profond soupir, faisant de son mieux pour ignorer la diatribe enflammée de son ami sur l’injustice sociale faite aux Jedi, sous le regard amusé d’Elyne. Son attention se tourna vers Bastila, dont le masque d’indifférence distante s’était remis en place. Peut-être cette période de repos serait l’occasion pour elle de s’ouvrir un peu au reste du groupe… En tout cas, il l’espérait. Pendant un instant, il songea à aller l’aborder, mais, comme toujours, son courage fondit comme neige au soleil à cette seule pensée. A défaut, il se rabattit sur un interlocuteur plus accessible en la personne de Bassara.

« Où est ce que nous nous rendons, exactement ? »

L’aqualish répondit d’un ton égal.

°Nous irons dans une petite ville montagnarde d’Aldérande. C’est un endroit très calme, et l’endroit est magnifique en cette saison. Vous devriez vous y plaire.°

Le maître Jedi passa sous silence les longues heures de délibération pour sélectionner une destination qui n’attire pas le regard des forces de l’Empire Sith. Si les fortunes de la guerre souriaient de nouveau à la République, s’était en grande partie grâce à la discrétion absolue qui était maintenue autour de la méditation de combat. Combien de temps elle pourrait encore être préservée, il l’ignorait. Il ne pouvait qu’espérer que le secret perdure le plus longtemps possible.

***

« Bastila Shan ? »

Malak haussa un sourcil en prononcant ce nom, qui n'éveillait chez lui aucun écho particulier. Revan, lui, demeura silencieux, faisant signe à Saul Karath de poursuivre. Une nouvelle fois, les trois hommes se réunissaient à huis-clos pour discuter de la conduite de la guerre. L'amiral espérait simplement que les nouvelles qu'il apportait suffirait à atténuer l'animosité que les deux Sith se portaient l'un envers l'autre.

« Oui, seigneur Revan. Mes sources au Sénat sont formelles. Apparemment, le Conseil Jedi a déniché dans ses rangs une jeune padawan maîtrisant une technique appelée « méditation de combat ». Je ne suis pas rentré dans les détails, mais j'ai cru comprendre qu'il s'agissait d'un talent susceptible de renverser le cours d'une bataille...ce qui semble correspondre aux derniers événements. »

Derrière son masque, l'expression de Revan demeurait indéchiffrable. Malak, quant à lui, semblait encore incrédule.

« Je crois avoir lu quelque chose là dessus, quand nous étions encore padawans au temple. Ce n'est pas la technique inventée par Nomi Sunrider ? Mais je croyais qu'elle avait disparue à sa mort il y a des années. »

L'amiral se contenta de hausser les épaules.

« Apparemment, elle a été retrouvée. »

A la vérité, il n'entendait pas grand chose à ses histoires de techniques Jedi, de manipulation de Force et autres tours de magie dont Sith et Jedi avaient le secret. Comment méditer pouvait renverser le cours d'une guerre le dépassait. Mais ses renseignements remontaient à l'entourage du haut chancelier Cressa lui-même. Apparemment, certains sénateurs dans la confidence avaient voulu organiser une cérémonie en l'honneur de leur « nouvelle héroïne » - officiellement pour des questions de moral, officieusement à des fins électorales - avant que le Conseil Jedi ne leur tombe dessus à bras raccourcis pour que le secret soit maintenu. A partir de là, les agents de l'empire Sith avaient pu reconstituer le puzzle et, enfin, avaient apporté un nom à la cause de leurs récents échecs. Malak semblait toujours sceptique, mais finit par décider que ses doutes n'avaient guère d'importance.

« Si vous le dites. Bon, plus qu'à la tuer, et tous nos ennuis sont réglés, non ? 
- Hors de question. »

L'apprenti du Seigneur Noir fronça les sourcils à cette rebuffade inattendue. La voix de Revan résonnait pour la première fois dans la pièce, et Malak semblait peu apprécier que ce soit pour le contredire sur ce qui lui paraissait être une évidence.

« Ah ? Je croyais qu'on essayait de gagner cette guerre, si il y a eu un changement au programme, j'apprécierais être averti. »

Le filtre métallique que le masque donnait à la voix de Revan ne suffisait pas à dissimuler son ton méprisant.

« Et comme d'habitude, tu ne peux voir que les choses à court terme. La République et les Jedi ne sont qu'un souci passager. Quand le moment sera venu, nous aurons besoin de tous les atouts possibles. » Le seigneur Noir marqua une pause. « Je veux cette méditation de combat. »

Saul Karath se hâta d'intervenir avant que Malak ne rétorque, ce qui risquait de provoquer une nouvelle escalade verbale – et, avec les Sith, l'amiral avait appris que les choses pouvaient rapidement prendre une tournure plus physique. De plus, une fois n'était pas coutume, il était parvenu à anticiper les désirs de son supérieur.

« J'ai effectivement pensé qu'une capture serait une issue préférable. C'est pourquoi j'ai pris la liberté de convoquer ici l'agent qui m'a paru le plus apte à mener cette mission à bien. Agent Rand, au rapport.»

La porte s'ouvrit dans un sifflement pour laisser entrer le nouvel arrivant, un humain de taille moyenne, aux cheveux bruns coiffés en brosse, sobrement vêtu d'un uniforme gris sans décoration. La seule chose notable à son sujet était l'apparente décontraction du jeune homme en présence des trois plus importants personnages de l'Empire Sith.

« Atton Rand est issu de notre programme de formation de traqueurs de Jedi. C'est l'un de nos éléments les plus prometteurs. Il a déjà trois neutralisations à son actif. »

Les deux Sith dévisagèrent le nouveau venu, Malak cachant mal son incrédulité.

« C'est vraiment le mieux que vous ayez trouvé ? Vous auriez au moins pu prendre un Sith, pas cet... espion glorifié. »

Si l'individu concerné était irrité par cette critique, il n'en montra aucun signe. Au contraire, il adressa un sourire insolent au Sith qui le dominait de deux têtes.

« Je vous assure que vous n'aurez aucune raison d'être mécontent de mes services, seigneur Malak. Les Jedi ne sont pas des proies aussi coriaces que ce que prétend leur légende... et la Force n'est pas aussi puissante que ce qu'ils aimeraient faire croire. »

Un frisson glacé remonta l'échine de Saul Karath, qui se demanda soudainement si il ne venait pas de commettre une terrible erreur. Il avait lu les rapports disant qu'Atton Rand était connu pour son franc-parler qui ne lui avait valu que peu d'amis au sein de la hiérarchie, mais c'était pire que tout ce qu'il avait pu imaginé.

Est-ce que cet imbécile vient implicitement d'insulter les Sith sous le nez des deux plus puissants d'entre eux ?

Cela semblait en tout cas être l'opinion de Malak, dont la main trouva immédiatement la poignée de son sabre.

« Oh ? Je crois que quelqu'un a besoin d'un rappel de ce que peut ou ne peut pas accomplir la Force.
- Assez, Malak. »

Revan intervenait pour la deuxième fois. Que ce soit à nouveau pour réprimander son « ami » risquait de ne pas arranger son humeur. Mais déjà le Seigneur Noir se tournait vers Rand.

« Je ne remet pas en cause vos compétences, mais si cette padawan est aussi importante qu'on le dit, elle ne sera pas seule. Vous aurez besoin de renforts. »

Le Sith pianota sur sa console, et, quelques instants plus tard, une porte donnant sur ses quartiers personnels s'ouvrit, laissant place à un droïde couleur de bronze, dont les photo-récepteurs luisaient d'une lumière rouge inquiétante.

« Salutations : HK-47, à votre service, maître. Interrogation : une élimination vous agréerai t-elle ? »

Saul Karath avait entendu les rumeurs, mais c'était la première fois qu'il le voyait. HK-47 était un droïde bâti sur le modèle des droïdes assassins de la corporation Czerka, mais était unique en son genre ; on murmurait que Revan lui-même s'était chargé de sa conception et de sa programmation, même si l'image mentale du Seigneur Noir des Sith plongé les mains dans le cambouis à faire du bricolage semblait particulièrement incongrue à l'amiral. Que ce soit vrai ou non, nul ne remettait en cause l'efficacité de la machine, entièrement dévouée à son maître, et qui avait acquis une réputation sinistre au sein même des rangs des Sith.

« J'ai une mission pour toi, HK. Tu va accompagner Atton Rand, ici présent, et l'assister pour la capture d'une padawan. Tu es libre d'éliminer ses compagnons, mais je veux Bastila Shan vivante, et indemne... à peu près.
- Remarque : travailler avec un être organique risque de provoquer une dégradation de la performance d'ensemble, de même que les restrictions apposées à mes protocoles d'assassinat. Concession : il en sera cependant fait selon vos désirs, maître. »

Malak ne fit même pas l'effort de chercher à dissimuler son incrédulité.

« C'est une plaisanterie ? D'abord un vulgaire trouffion, et maintenant ce... jouet ? C'est à eux que tu va confier une mission de cette importance ? »

La tête de la machine se tourna vers lui. Il était bien entendu impossible à un droïde d'avoir une quelconque expression faciale, mais Saul Karath aurait juré que le regard lancé était chargé de mépris, si la chose était possible.

« Interrogation : y-a t-il un problème, sac à viande ? »

C'était sans doute l'humiliation de trop. Cette fois, le sabre-laser quitta la ceinture de l'apprenti, sa lame écarlate s'activant dans un bourdonnement sourd. La distance le séparant du droïde – qui lui même semblait avoir dégainé ce qui ressemblait à projecteur thermique – avait déjà fondue de moitié, avant que Revan n'intervienne à nouveau.

« Ça suffit ! Tu peux disposer, Malak. »

Le visage du Sith était figé dans un rictus rageur, et pendant un instant, il parut à Saul Karath qu'il était assez furieux pour faire fi des ordres de son maître, et au diable les conséquences. Serrant les dents, Malak poussa un grondement sourd, presque animal, avant de désactiver son arme et de tourner les talons, quittant la pièce sans un mot ou regard pour ses occupants. L'amiral hâta une courbette au Seigneur Noir avant de se lancer à sa suite dans les couloirs du vaisseau, dans l'espoir de parvenir à apaiser sa colère.

Pourquoi ne peuvent ils pas comprendre qu'ils ont besoin d'être unis pour gagner cette guerre ?

Honnêtement, il ne blâmait guère Malak de son éclat. Revan semblait prendre un malin plaisir à le rabaisser à la moindre occasion, et les conséquences de cette attitude – peu constructive, aux yeux de l'amiral – commençaient à se faire sentir.

« Seigneur Malak, je vous assure que vous n'avez aucune crainte à avoir ! La mission sera un succès, je peux vous l'assurer. »

L'intéressé s'arrêta net, avant de se tourner lentement vers l'amiral, qui recula d'un pas. Le regard du Sith était chargé d'une colère froide, mais surtout d'une détermination implacable. Le Sith avait visiblement pris une décision, et il ne serait plus possible de l'en détourner.

« Non, amiral. Je peux vous l'assurer. »

***

Bienvenue sur insérer nom planète, citoyen citoyenne insérer nom. insérer nom planète est connue dans toute la Galaxie pour sa riche culture, ses paysage sublimes et ses activités diversifiées, le tout à des tarifs défiant toute concurrence. En particulier, insérer nom activité jouit d'une réputation qui a franchi les limites du secteur. Et n'oubliez pas de goûter aux spécialités locales, qui font l'envie de tous les mondes de la République ! Ce message vous a été délivré par la corporation Czerka, partenaire le plus fidèle de insérer nom planète depuis des décennies ! Passez un bon cycle galactique, citoyen citoyenne !

Message délivré pendant une semaine par le droïde protocolaire chargé de l’accueil des voyageurs au spatioport d'Aldérande. L'attaché de presse de la corporation Czerka affirme qu'il s'agit simplement d'une corruption des données sources, et que sa compagnie attache une grande importance à un service différencié et personnalisé selon ses clients.


Dernière édition par Macros le Sam 28 Déc 2013 - 23:23, édité 6 fois

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Grimoald le Dim 24 Nov 2013 - 20:05

Toujours par deux ils vont, jusqu'à ce que l'un d'eux plante un sabre-laser dans le dos de l'autre, et au-delà ce serait ingérable. Avec une logique pareille, on se demande quand même parfois pourquoi la stratégie Jedi ne se limite pas à attendre que l'orage ait fini de passer... ^^'

Ceci étant, on peut aussi considérer que c'est une véritable publicité pour le Côté Obscur, de voir que des groupes de DEUX gusses qui ont 99% de chances de s'entretuer arrivent régulièrement à menacer la paix de la galaxie, voire à bâtir un Empire, juste parce qu'ils utilisent le mauvais côté de la Force... Mmmm, oui, en y réfléchissant...... voilà qui montre bien toute la puissance du Côté Obscur... tout ce qu'il peut offrir à ses adeptes.... c'est tentant, oh oui, très tentant........ Twisted Evil 










...

Bon post ! Very Happy 

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 34
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Mélanie Mustang le Lun 25 Nov 2013 - 17:37

J'avoue que voir que un à deux types habillés en noir arrivent à mettre la pagaille dans le paisible monde des Jedi c'est une assez bonne publicité pour le Côté Obscur de la Force... Mais qui restera ? Le Maître ou l'Apprenti?

Vivement la suite du chapitre ^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Sam 28 Déc 2013 - 23:25

Fiuh ! Après six éditions, et beaucoup plus d'efforts que prévu, j'ai enfin l'honneur de proposer la version complète du chapitre ! Je vous invite donc à remonter un peu dans le sujet pour voir que le dernier passage s'est rallongé de quelques pages words. Il aura été plus long qu prévu, celui là...

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Mélanie Mustang le Dim 29 Déc 2013 - 9:26

Ah j'aime bien cette deuxième partie... Ca laisse présager des vacances pas si reposantes que ça pour nos jeunes padawans ^^
Vivement la suite ! ^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Heg le Dim 29 Déc 2013 - 10:21

Bon post ! Je n'avais pas lu la première partie, je crois, et j'ai bien fait car l'ensemble fonctionne bien comme ça. Good job !

Personnellement, j'ai beaucoup de mal à ne pas imaginer le HK-47 comme un genre de Dalek avec plus de vocabulaire.

_________________
"Allow me to say you've got a nice little buttock !"
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Macros le Dim 29 Déc 2013 - 22:19

De ce que je sais des Daleks, niveau psychologie, tu pourrais bien être proche de la vérité.  Very Happy 

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : The Jedi Civil War

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum