Star Wars : Tales of the Old Republic

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Ven 2 Nov 2007 - 16:24

Et hop, depuis le temps que je vous saoule à en parler à qui mieux-mieux sur MSN, il était temps que vous ayez un aperçu de la chose. Voici dnc le premier post d'une longue série, j'espère... Toutefois, il risque d'y avoir pas mal d'intervalle entre chaque passage, étant donné que je vais essayer de soigner le tout au maximum. Ensuite, de quoi qu'on cause? De Star Wars. Mais encore? En gros, l'action se passe 4000 ans et des poussières avant les films, donc ne vous attendez pas à retrouver des noms connus, même Yoda n'est pas encore né! Pour les futurs lecteurs éventuels (parce que pour l'instant, ca ne dira rien à personne), cette fic se base sur la période développée dans les deux jeux Knights of the Old Republic, ou plus exactement quelques années avant le début du premier... Quant au reste... Vous le découvrirez en lisant!



Tales of the Old Republic : prologue




Station spatiale Vulcain, orbite haute de la planète Ryloth


Zian Harden réprima le profond soupir intérieur qui était monté en lui. Cela faisait deux heures qu’il était assis à la table de négociations qui s’étendaient à n’en plus finir. Plus jeune, il avait eu de nombreux rêves concernant ses futurs exploits au sein de l’Ordre Jedi, mais ceci ne faisait partie d’aucune des scènes qu’il avait pu imaginer. Il entendit d’une oreille distraite l’ambassadeur Odren développer un nouveau point de son argumentation, à l’attention de son homologue Zar’Kar’De… Zer’Kal’Ve… Zod’Rek’Pa… enfin, le Twi’Lek représentant la planète Ryloth, un monde non aligné de la Bordure Extérieure.

« … la République comprend vos besoins, mais vous devez réaliser que cet accord commercial est, à l’heure actuelle… »

Zian laissa son attention vagabonder, perdant à nouveau le fil de la conversation. Décidemment, sa première mission depuis sa promotion au rang de chevalier de l’Ordre n’était pas des plus palpitantes. Basiquement, il s’agissait simplement d’assurer la sécurité de l’ambassadeur choisi par le Sénat Galactique, Wayne Odren, chargé de représenter la République auprès de nombreux mondes de la Bordure Extérieure. Si il s’agissait d’un travail important, il était peu probable qu’il lui vaille une inimitié quelconque, et la tâche de Zian se résumait surtout à devoir assister au genre de conférence interminable auquel il prenait actuellement part, à son corps défendant. Il n’était pas un politicien, et ne comprenait pas la moitié des échanges… quand il daignait les écouter. Tout ce qu’il avait à faire, c’était maintenir une expression appropriée pour un Jedi : sérieuse, concentrée, attentive.

Fort heureusement, pensa il, tous les Jedi étaient doués pour simuler ce genre d’attitude.

Il jeta un bref coup d’œil au capitaine du service de sécurité d’Odren, Alan Derreck. Ce dernier se tenait debout, rigide, semblable à une statue en duracier. Son immobilité était si totale que Zian se demanda si il n’avait pas demandé à un de ses gardes de décharger un fusil paralysant sur sa personne… Ou alors c’était simplement son entraînement de soldat. Il aurait facilement pu faire partie du décor. Les deux négociateurs, quant à eux, étaient repartis dans une phase de marchandage, chacun défendant pied à pied son pré carré. Les mondes non alignés étaient en général jaloux de leur indépendance, et avaient tendance à avoir des rapports prudents avec la République. Cette dernière, sans cesse désireuse de tisser de nouveaux liens commerciaux, cherchait sans cesse à obtenir des marchés aussi avantageux que possible, et c’est dans cette optique que des gens comme Odren se retrouvaient ainsi sur une station spatiale en orbite autour d’une planète perdue avec comme mission d’obtenir des contrats quelconques. La tâche paraissait triviale, mais n’en était pas moins importante, Zian le savait. Vingt ans s’étaient écoulés depuis la guerre contre Exar Kun, mais la Galaxie n’avait pas fini de panser les blessures infligées par le Jedi noir.

Il était trop jeune pour pouvoir se souvenir de cette période. Il n’avait que 5 ans lorsque les Sith furent défaits, et ayant grandi dans les mondes du Noyau, il avait été relativement à l’écart des combats ayant ravagé la Galaxie. Néanmoins, les maîtres Jedi de Corustant s’assuraient que leurs élèves n’oublient jamais les enseignements de ce conflit. 20 ans après sa mort, l’ombre du Jedi fou planait toujours sur l’Ordre. Exar Kun par ci, Exar Kun par là… Zian avait cru devenir fou à force de recevoir sermon sur sermon à propos des dangers du coté obscur, tout au long de sa formation, jusqu’à ce qu’il atteigne le rang de chevalier.

Au moins, ce n’est pas demain la veille qu’on en aura un nouveau, vu comme ils nous rabâchent sans cesse leurs mises en garde… Quoique… Encore quelques mois de ce régime, et je vais sérieusement envisager de rejoindre les Sith !


Zian s’adressa une réprimande mentale. Ce n’était pas un sujet sur lequel il convenait de plaisanter à la légère. Les Sith avaient été vaincus et dispersés à travers la Galaxie, mais ils pouvaient toujours constituer une menace potentielle. Et l’orgueil était ce qui avait entraîné la chute de tant de Jedi… Il se répéta intérieurement le code Jedi, qui lui avait été enseigné dès son plus jeune âge au temple de Corustant. Il n’y a pas d’émotions, il n’y a que la paix. Il n’y a pas d’ignorance, il n’y a que le savoir. Il n’y a pas de passions, il n’y a que la sérénité. Il n’y a pas de chaos, il n’y a que l’harmonie. Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force.

C’est alors qu’il sentit un trouble dans la Force. Un instant plus tard, toutes les alarmes de la station se mirent à résonner.

J’ai un mauvais pressentiment…


***


*Que se passe il, lieutenant ?*

Le Twi’Lek s’était adressé dans sa langue natale à l’officier de la salle de contrôle, mais tant Odren que Zian Harden étaient en mesure de comprendre l’essentiel de la conversation. C’était d’ailleurs son don pour les langues qui avait incité les maîtres Jedi à servir d’escorte à une mission diplomatique. Toutefois, il semblait pour l’heure que les négociations risquaient de tourner court. Le lieutenant Twi’Lek à la peau bleue abordait une expression inquiète, son lekku se tortillant nerveusement autour de son cou.

*Plusieurs vaisseaux viennent de sortir de l’hyperespace et se dirigent droit sur Ryloth. Ils devraient bientôt pénétrer dans notre périmètre de sécurité. La planète est passée en état d’alerte maximum.*

Odren intervint.

-Combien de vaisseaux ?
*Une trentaine… Non, quarante…* Il déglutit *… A en juger par les radars, il y a des vaisseaux de classe Amirale à leur tête.*

Zian fronça les sourcils. Cette flotte était trop importante pour qu’il s’agisse de simples pirates lancés dans un raid. Peu de personnes, en dehors de la République, étaient capable de rassembler une force militaire de cette ampleur.

*Activez l’écran visuel.*

L’ordre du négociateur fut promptement relayé, et toutes les personnes de la pièce purent soudain contempler la silhouette menaçante des vaisseaux de guerre approchant Ryloth. Toutefois, Zian était incapable d’identifier leur provenance. Ils ne ressemblaient en rien aux navires de la République, de cela il était sûr. En revanche, la plupart de l’assemblée semblait, quant à elle, savoir de quoi il s’agissait. La peau du Twi’Lek derrière sa console avait même palie de façon alarmante, son inquiétude semblant proche de se changer en panique. Zian se tourna vers Derreck, qui avait tout comme lui suivi Odren en salle de contrôle.

-D’où sortent ces vaisseaux ?
-Mandaloriens…

Le capitaine avait presque craché en prononçant ce nom, qui était devenu familier à Zian. Les Mandaloriens était une race apparentée aux humains, vivant dans la Bordure Extérieure, organisée en différents Clans unis sous la bannière d’un même chef, portant pour titre le nom de Mandalore. Ce peuple guerrier avait servi Exar Kun durant la guerre précédente, et bien que ce dernier ait été vaincu, les clans Mandaloriens étaient demeurés intacts. Depuis plusieurs années, ils s’étaient même lancés dans une vaste campagne militaire, conquérant les uns après les autres les différents mondes indépendants de la Bordure Extérieure, tout en évitant soigneusement ceux de la République. Le Sénat, après des semaines de délibérations, avait choisi de ne pas intervenir. Personne n’avait envie d’être contraint à repartir en guerre si peu de temps après les derniers conflits.

Et voilà que Ryloth semblait condamnée au destin d’Althir, de Cathar, et de tant d’autres mondes ayant été écrasés par la puissance de leurs forces. Les Mandaloriens étaient élevés dès leur plus jeune âge pour le combat, toute leur existence était axée sur la guerre. Leur sens de l’honneur perverti les poussait à affronter quiconque croisait leur chemin, sans égard pour le nombre de victimes que cette attitude entraînait. Zian se tourna vers l’officier de la station.

-Vous pensez pouvoir les repousser ?
*Nous n’avons pas d’autre choix que d’essayer…*

Rien qu’à sa voix, il était évident qu’il considérait la bataille comme étant perdue d’avance. Et les projections tactiques qui s’affichaient sur les écrans lui donnaient raison. L’ambassadeur semblait quant à lui avoir maîtrisé sa peur.

*Nous allons résister le plus longtemps possible afin de donner le temps à la population civile de fuir.*

Odren se récria.

-Mais vous ne tiendrez pas plus d’une semaine, au maximum ! C’est un délai bien trop court…
*Nous ferons de notre mieux.*

Wayne Odren inspira profondément, semblant se résigner à l’inéluctable.

-La République sera prête à accueillir les réfugiés qui parviendraient à gagner son espace.
*Oui, j’en suis convaincu.*

L’amertume dans la voix du représentant de Ryloth était palpable.

*Vous devriez quitter la station, ambassadeur. La flotte ennemie nous aura bientôt encerclée.*

Le capitaine Derreck renchérit.

-Il a raison, ambassadeur. Notre devoir est d’assurer votre sécurité et de vous ramener sain et sauf à Corustant.

Zian se tourna vers le Twi’Lek.

-Vous devriez venir avec nous. Vous pourrez plaider la cause de votre peuple devant le Sénat…
*Désolé, maître Jedi, mais ma place est ici.*

Aucune autre parole ne fut échangée. En quelques instants, la délégation républicaine revenait d’un pas rapide vers le hangar ou était stationnée la navette devant les ramener à bon port. Zian porta machinalement la main à sa ceinture, sentant le contact rassurant du manche de son sabre laser. Il n’aurait sans doute pas à s’en servir aujourd’hui, mais ça allait être juste… Une explosion fit trembler la station spatiale.

-Dépêchons nous, leurs boucliers sont en train de céder.

La remarque de Derreck entraîna une accélération de la cadence de marche. Finalement, ils arrivèrent vers le vaisseau Star Messenger, dont l’équipage avait déjà abaissé la rampe d’embarquement, tandis que le pilote faisait chauffer les moteurs de la navette consulaire. Personne n’avait l’intention de se laisser vaporiser avec cette base… Il ne fallut que quelques instants pour que tout le monde finisse de monter à bord. Le pilote entama immédiatement la procédure de décollage, alors même que toute la structure de la station spatiale était ébranlée par une série d’impacts directs. Zian eut une pensée pour tout le personnel qui était à bord… Avaient ils eu le temps d’évacuer ? Probablement pas tous…

Le Star Messenger s’élança dans l’espace, s’éloignant de toute la puissance de ses moteurs de la bataille qui faisait rage dans l’espace de Ryloth. De la baie d’observation, Zian vit les deux flottes échanger des salves d’artillerie, testant les défenses de leurs opposants. Mais il était clair que les Twi’Lek ne pourraient pas faire grand-chose pour endiguer la force d’attaque qui fondait sur eux. Il fut surpris de voir que la flotte Mandalorienne semblait ne pas prêter la moindre attention à leur vaisseau. Comme il se tournait vers le capitaine Alan Derreck, celui-ci sembla anticiper la question.

-Les Mandaloriens ne s’intéressent pas aux fuyards. Ceux qui sont trop lâches pour se battre ne méritent même pas leur attention, de leur point de vue. Néanmoins, si on avait été plus prêt, ils nous auraient descendus rien que pour le sport. Bâtards arrogants…

Zian ne prit pas la peine de relever la crudité du langage, reportant son attention vers le spectacle de la myriade de vaisseaux autour de Ryloth, qui s’éloignait de plus en plus. Combien de personnes allaient mourir aujourd’hui ? Dans la semaine ? Beaucoup trop, à coup sûr. Il se força à réciter le dernier passage du code.

Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force.

Piètre consolation.


***


Extrait d’un discours du chevalier Jedi Revan prononcé devant le Haut Conseil de l’Ordre, au temple de Corustant.

« … les Mandaloriens ne vivent que pour le combat, ils cherchent sans cesse à relever de nouveaux défis. Et le seul défi à leur hauteur, c’est la République, ce sont les Jedi. C’est une erreur de choisir d’attendre et de les regarder ravager la bordure extérieure. Chaque conquête les renforce, et nous rapproche un peu plus d’une confrontation directe avec eux. La République et notre Ordre doit à tout prix prendre conscience que la guerre est inévitable, et que si nous les laissons faire, ils frapperont à la première occasion. Et quand ils frapperont, ils frapperont fort. »

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Ven 2 Nov 2007 - 17:41

Macros... JE SUIS FAN DE STAR WARS!!!!! J'adore surtout les premiers films de Lucas... En tout cas, malgré tout, je n'ai encore lu aucun livre de cet univers, donc je vais prendre un grand plaisir à lire ta fic...

Vivement la suite!

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Lena le Ven 2 Nov 2007 - 17:48

Moi j'aime beaucoup...l'acronyme...Totor ! ^^
Bref, j'ai déjà donné mon avis sur le post...c'est...compréhensible...Et accessoirement, c'est un bon début, j'aime bien ^^
Curieuse de lire la suite...

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Dim 4 Nov 2007 - 22:19

Eh bien, merci pour les encouragements, heureux d'apprendre qu'une fan de Star Wars s'est subrepticement glissée parmi nous, peut être vais-je te convaincre qu'il y a 4,000 ans, on s'amusait beaucoup plus qu'à l'époque de Luk et d'Ani... ^^ Quoi qu'il en soit, voici donc le premier chapitre! (oui, parce qu'avant, c'était le prologue, hein. Si. ^^)



Tales of the Old Republic : chapitre 1 – Etat de Siège




Zian Harden arpentait les couloirs du Temple de Corustant, profitant de la sérénité du moment. Cela faisait près de trois semaines qu’il était revenu en compagnie de l’ambassadeur Odren sur le monde-capitale de la République, le siège du Sénat galactique et du Grand Conseil de l’Ordre Jedi. Le récit de Wayne Odren quant au sort de Ryloth n’avait guère changé la position du Sénat : la seule réaction avait été de mettre fin à l’ensemble des missions diplomatiques à caractère mineur dans la Bordure Extérieure, afin de "limiter les risques". Du coup, Zian se retrouvait temporairement sans ordre de mission, et profitait des quelques moments de tranquillité qui lui étaient accordés, le temps que le Conseil lui trouve une tâche qu’ils jugeraient adéquate. C’est alors qu’il entendit quelqu’un l’appeler dans son dos.

-Zian ! C’est bien toi ? Ca faisait un bail !

L’interpellé se retourna, un sourire illuminant son visage lorsqu’il reconnut celui qui venait à sa rencontre.

-Chevalier Solan Tor. Quelle bonne surprise !

Ce dernier émit un reniflement dédaigneux, esquissant une grimace comme si il venait de mordre dans un fruit amer.

-On dirait que quelqu’un a passé trop de temps avec les diplomates, ces temps ci. C’est une façon de saluer son vieux camarade ?
-Vieux ? La dernière fois que j’ai vérifié, nous avions le même âge…

Solan Tor éclata d’un rire franc, avant de donner l’accolade à Zian. Les deux hommes étaient un contraste presque complet, tant sur le plan physique qu’au niveau des caractères. Alors que Zian ne dépassait que de peu le mètre soixante-dix, Solan quand à lui tutoyait le mètre quatre vingt dix. L’un avait de longs cheveux noirs soigneusement peignés, arrangés de manière à former une tresse, l’autre avait les cheveux blonds constamment ébouriffés. Si Zian était quelqu’un de plutôt réservé et ne se confiant pas facilement, Solan était d’un naturel enjoué, se trouvant souvent au centre de l’attention, place qu’il semblait affectionner. Il était également connu pour son approche… libérale des règles Jedi, et il avait reçu plus d’un sermon de la part de ses enseignants, qui avaient parfois l’impression que leurs paroles ressortaient par une oreille aussi rapidement qu’elles rentraient par l’autre. Peut être étais-ce leurs différences qui avaient permis aux deux jeunes Jedi de former des liens d’amitié alors qu’ils n’étaient encore que des apprentis sur Corustant. Même lorsqu’ils étaient devenus padawan, et que chacun d’entre eux avait été confié aux soins d’un maître Jedi à part entière, ils avaient souvent eu l’occasion de se voir et de s’exercer ensemble. Et pour finir, ils avaient passés presque au même moment les épreuves d’adoubement. Mais depuis qu’ils étaient devenus chevaliers Jedi, chacun avait dû suivre son propre chemin…

-Alors, qu’est ce que tu deviens ? Je cryais que tu avais été envoyé en mission du côté d’Alderande ?

Solan agita la main, comme si la chose n’avait que peu d’importance.

-Oui, quelques soucis avec un nouveau gang ayant décidé de profiter du fait que la concurrence, sur une planète d’artistes et de philosophes, est réduite… Et toi ? J’ai entendu dire que tu t’étais retrouvé au beau milieu d’une guerre planétaire ? Dès que je tourne le dos, tu trouves le moyen de t’attirer des ennuis !

Zian eut une expression gênée. Le souvenir de Ryloth restait désagréable… Sans surprise, les rapports de la République avaient indiqués que la planète était tombée après une résistance symbolique des défenseurs. Des millions de réfugiés cherchaient refuge sur les planètes de la Bordure extérieure contrôlées par la République, et certaines sources faisaient état de pertes effroyables au sein de la population civile n’ayant pu quitter la planète à temps. Les Mandaloriens se moquaient bien des dommages collatéraux lorsqu’ils s’emparaient d’un monde… La rumeur disait qu’il leur arrivait même de massacrer des populations sans défense à seule fin de provoquer les armées censées les protéger.

-Euh… en fait, c’était un accident… Disons que la Bordure n’est pas un endroit très recommandable, en ce moment.
-Oui, j’ai entendu ça… Il faudrait vraiment que quelqu’un donne une bonne leçon à ces Mandaloriens, avant qu’ils deviennent trop habitués à s’en prendre à des cibles sans défenses.

Zian eut une moue incrédule.

-Et qui la leur donnerait ? Toi ?
-Et pourquoi pas ? Je suis un chevalier Jedi, et plutôt doué, si je puis me permettre.

L’expression de Zian se mua en un sourire mauvais.

-Oh ? Nous parlons bien de celui qui s’est retrouvé les quatre fers en l’air lors de notre dernier entraînement ?

Les yeux de Solan s’élargirent, feignant la surprise.

-Comment ? Mes oreilles fonctionnent elles toujours ? S’agit il bien d’un défi ?
-Appelle ça un défi si tu veux. Moi, j’appelle ça une victoire facile.
-Jeune insolent ! Voyons donc si tes talents au sabre laser égalent tes aptitudes au sarcasme !

Quelques instants plus tard, les deux jeunes chevaliers se trouvaient dans une salle d’exercice du Temple, face à face. Solan tira son arme d’un geste ample, avant d’activer sa lame. Un sifflement aigu accompagna l’apparition du rayon bleu constituant la lame de son sabre laser. Fouettant l’air, il s’exclama d’un ton joyeux.

-En garde, donc !

Zian opina de la tête, observant la position de son ami. Il ne put s’empêcher d’adopter un ton professoral en commentant ce qu’il voyait.

-Mais voilà une splendide position de la quatrième forme de sabre laser… Ataru, consistant en un style acrobatique visant à surprendre l’ennemi par des mouvements inattendus. Je ne devrais pas être surpris, compte tenu de ton caractère impulsif.


A son tour, il s’empara de son arme, faisant apparaître une lame d’un jaune brillant, avant de se mettre en garde à son tour. Cette fois, ce fut au tour de Solan de plagier son ami, reprenant pratiquement les mêmes intonations.

-Et nous voici en présence d’une garde basée sur la troisième forme de sabre laser, Soresu. Entièrement basée sur la défense, il s’agit d’entraîner l’adversaire dans un combat épuisant et d’attendre qu’il commette l’irréparable… Un choix judicieux, pour quelqu’un d’aussi maladroit au combat.
-Ah, tu serais surpris ! Je suis un chevalier Jedi, maintenant, des fois que tu ne serais pas au courant.
-Oui, j’ai juste dû l’entendre une dizaine de fois.

Sans avertissement, Solan effectua un saut amplifié grâce à la Force, l’amenant directement au contact de Zian, ce dernier parant l’attaque de justesse. Puis la deuxième, puis la troisième. Solan enchaînait assaut sur assaut, ne laissant aucun répit à son ami, contraint à reculer en parant de son mieux les coups de sabre qui pleuvaient tout autour de lui. La lame d’énergie bleutée allait et venait, mettant sa défense à rude épreuve. Zian se retrouva même à devoir parer un coup venu d’au dessus de sa tête, comme Solan effectuait un saut périlleux au dessus de lui. Mais ce faisait, il se retrouva en déséquilibre, tentant maladroitement de maintenir sa garde tout en faisant face à son ami à présent dans son dos. D’un coup rapide, Solan écarta la lame dorée, saisissant l’ouverture qu’il était parvenu à créer. Mais alors qu’il s’apprêtait à pointer sa lame sous la gorge de Zian, il se retrouva propulsé en arrière par une vague de Force générée au dernier moment. Il parvint néanmoins à parfaitement se réceptionner sur ses pieds, improvisant une petite jonglerie avec son arme.

-Toujours à utiliser la Force en dernier recours, hein ?
-Un Jedi doit savoir faire le meilleur usage de toutes les options à sa disposition…
-Bien dit ! Mais il va quand même falloir faire mieux que ça…

Zian resserra la prise sur son sabre laser. En dépit de ses bravades, il savait que Solan était le meilleur duelliste d’eux deux. Toutefois, si il pouvait le contenir assez longtemps pour qu’il commette une imprudence… Déjà, l’autre était revenu à la charge, changeant de main armée au dernier moment avant d’attaquer presque au ras du sol. Une fois encore, la lame bleue trouva la jaune sur sa trajectoire, les deux se rejoignant dans un crépitement furieux. Prenant appui sur sa main libre, Solan fit pratiquement une roue, propulsant sa jambe vers le visage de Zian, qui prit la botte en plein menton. Chancelant, il recula de quelques pas, parant le nouveau coup de sabre, cette fois assené de haut en bas. C’est alors qu’il vit l’ouverture qu’il cherchait.

Ou du moins il crut la voir. Cherchant à profiter du fait que le sabre de son adversaire était encore en haut, il porta un coup rapide au niveau des jambes, balayant l’air de bas en haut. Mais Solan sauta par-dessus la lame avec une facilité déconcertante, tout en lui saisissant le bras dans le même mouvement. Avant que Zian ne puisse se dégager, Solan était dans son dos, tenant son arme sous sa gorge.

-On dirait que tu peux rajouter une nouvelle victoire à mon compteur personnel.

Les deux Jedi désactivèrent leurs sabres laser, reprenant leur souffle. Zian eut une moue désabusée.

-Je manque un peu de rythme, apparemment. Trop de réunions diplomatiques…
-Ne t’inquiète pas. Même avec un entraînement intensif vingt quatre heures sur vingt quatre, l’issue serait toujours la même.
-Merci, ça me réconforte beaucoup.
-Les amis sont là pour ça !

Zian Harden et Solan Tor quittèrent la salle d’entraînement, rejoignant les couloirs du Temple, pour manquer de peu d’être renversés par un padawan d’une quinzaine d’années courant dans l’autre sens, hors d’haleine. Zian haussa un sourcil. Les maîtres Jedi avaient tendance à régulièrement sermonner leurs élèves au sujet de toute manifestation d’impatience… comme celle-ci.

-Il y a un problème, padawan ?
-Oh, je suis désolé… chevaliers Harden et Tor, c’est ça ? Le Temple vient de recevoir un message du Sénat. Nous sommes en guerre !

Une expression incrédule se peignit sur le visage des deux amis.

-Les Mandaloriens… Ils ont atterri sur la lune de Dxun, avant d’attaquer la planète d’Ondéron. Et il parait qu’une des flottes de la République a été balayée à Surja… Le Sénat vient de recevoir les premiers rapports et demande l’aide du Conseil.

Solan poussa un juron qui lui aurait valu une sévère réprimande en certaines circonstances. Quant à Zian, il avait encore du mal à y croire. Il avait vu directement les vaisseaux Mandaloriens bombarder un monde, mais il avait refusé d’envisager que la même chose puisse arriver à un monde de la République.

C’est ridicule… Ils sont totalement dépassés numériquement, qu’est ce qu’ils espèrent ?

Il se tourna vers Solan.

-Qu’est ce que tu en pense ?
-J’en pense que la République va vite fait leur rappeler deux ou trois choses, et que les Jedi seront ravis de s’assurer que la leçon porte ses fruits. J’imagine que nous risquons bientôt d’être tous les deux sur la Bordure Extérieure…

Cette pensée n’enthousiasmait guère Zian, mais il savait que c’était probablement ce qui allait se passer. Le serment qu’il avait prêté lors de son adoubement incluait le devoir de protéger la République, en tant que représentante principale de la Civilisation à travers la Galaxie. Il ne restait plus qu’à attendre la décision du Conseil, à présent.

-Oui, j’imagine que tu as raison… Si peu de temps après la dernière guerre, les Jedi vont devoir retourner sur la champ de bataille ?

Solan prit un ton apaisant.

-Ne sois pas si abattu, Zian… Cette guerre n’a rien à voir avec celle d’Exar Kun. Il n’y a aucun Sith à affronter, nous avons plus d’hommes, plus de vaisseaux… Crois moi, ce sera vite fini.

Zian ne put réprimer un soupir.

-Puisse la Force t’entendre.


***


Extrait du rapport à propos de la situation de la planète Ondéron, quarante-huit heures après l’invasion Mandalorienne, lu au siège du Sénat de Corustant.


… la cité d’Iziz, ainsi que la totalité des grandes agglomérations planétaires, ont été entièrement dévastées par la force d’invasion. Plus un seul bâtiment ne tient debout. Les Mandaloriens ont écrasés les défenseurs sous un bombardement massif, avant de traquer les survivants ruelle par ruelle, provoquant des pertes massives parmi la population civile. Toute opposition a été balayée en quelques heures, et nous avons perdu contact avec les dernières unités des forces de défense planétaires. Nous savons néanmoins que la plupart des survivants ont été réduits en esclavage par les nouveaux conquérants. Si des mesures énergiques ne sont pas prises, Ondéron risque de n’être que le premier système à subir un tel sort.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Lena le Dim 4 Nov 2007 - 22:38

Oooh ça promet...^^
Bon je ne dirais pas vivement la suite, faut pas mettre la pression...Rolling Eyes
En tout cas, et pour le moment, j'aime bien ^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Lun 5 Nov 2007 - 9:12

Ah, oui, je veux bien que tu me prouves qu'il y a plus d'action que durant la période de Luke et Anakin... Mdr. En tout cas, la suite semble s'annoncer pas mal...

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Mer 21 Nov 2007 - 14:13

Et après un peu d'attente, voici le deuxième chapitre de la fic... En espérant que ca vous plaise toujours. Sinon, une petite précision: les personnages de Revan, Zez Kal El et Kavarr (vous les découvrirez dans ce post) sont "canons", dans le sens ou ils appartiennent bien à l'historique "officiel" de Star Wars. Zian, Solan, et tous les autres personnages jusqu'à présent nommés (à l'exception d'Exar Kun, mais là c'est de l'histoire ^^) ont été inventés par mes soins. Je ne manquerais pas de vous tenir au courant lors de prochaines apparitions de personnages "existants".



Tales of the Old Republic : chapitre 2 – Allégeance






Corustant, temple de l’Ordre Jedi, trois mois après la chute d’Ondéron


-Alors ?
-Toujours la même réponse.

Solan frappa le mur le plus proche du poing, dans un accès de nervosité peu commun chez lui.

-Je ne comprends pas… Qu’est ce que le Conseil a en tête ? Comment peut il nous demander de nous asseoir et de regarder ?

Zian essaya de réconforter son ami, mais ses mots sonnaient creux, vides, même à ses propres oreilles. Il ne comprenait pas plus que lui.

-Je suis sûr qu’ils savent ce qu’ils font… Ils disent que le moment n’est pas encore venu… Il faut simplement être patient, j’imagine.
-Patient ? Il faut être patient ? Va dire ça à ceux qui sont morts à Ondéron, Corellia, Eres 3, les mondes Iridoniens, et maintenant Serroco… Déjà des millions de morts, et nous n’avons pas bougé le petit doigt.

Zian n’avait rien à répondre. Contre toute attente, la République avait été incapable de briser l’assaut Mandalorien. Pire, les flottes républicaines étaient balayées sous les attaques fulgurantes des Mandaloriens. La République avait beau se battre à cinq contre un, elle subissait défaite sur défaite, cédant chaque semaine de nouveaux systèmes aux envahisseurs. Désorganisées, leur moral brisé, les armées de la République étaient incapables de monter une contre offensive pour stopper l’hémmoragie. Certains parlaient déjà d’abandonner la Bordure Extérieure pour défendre les mondes du Noyau. Et les Jedi brillaient par leur absence. Après avoir délibéré, le Conseil avait décrété qu’il ne devait pas prendre part à cette guerre, et interdit formellement à tous ses membres d’y participer. Cette décision avait provoqué un tollé parmi les membres les plus jeunes de l’Ordre, mais jusqu’à présent, elle était respectée…

-Il parait qu’un Sénateur a déposé ce matin une motion déclarant les Jedi traîtres à la République. Il veut que l’Ordre soit désormais placé sous contrôle direct du Sénat.

Zian secoua la tête.

-Elle sera mise en minorité.
-Ce n’est pas le problème ! Le seul fait que quelqu’un ait songé à déposer une telle motion prouve que nous avons perdu la confiance de la République… Combien de vies auraient pu être sauvées si nous étions intervenus dès le début ? Et combien vont encore être perdues à cause de notre inaction ? Peut être sommes nous vraiment en train de trahir la République !

Les deux Jedi restèrent silencieux un long moment. Cette situation ressemblait trop à un mauvais rêve, dont ils allaient bientôt se réveiller. Zian se souvenait encore des regards de reproche qu’il croisait lorsqu’il quittait le Temple pour se rendre dans les secteurs résidentiels de la ville… Et chaque jour amenait son lot de rapports de pertes, de destructions… Rester assis à ne rien faire était insupportable, mais il ne pouvait pour autant dédaigner les ordres du Conseil. Il devait y avoir une raison à tout ceci… Il fallait qu’il y en ait une.



***


Zez Kal El, maître siégeant au Conseil des Jedi, profitait de l’un des trop rares moments de répit dont il disposait. Depuis plusieurs mois, l’Ordre était en état d’effervescence, et devait justifier pied à pied sa décision de ne pas intervenir dans le conflit auprès d’un Sénat de plus en plus pressant. Et il y avait si peu à dire… Un simple reflet de l’avenir… Du haut de la terrasse de l’une des tours du Temple, il pouvait voir la cité d’acier qui formait le cœur de la République, fourmillant de vie et d’activité. Ce spectacle avait quelque chose de… déprimant. Devoir installer le siège de l’Ordre sur un monde qui n’était plus qu’un gigantesque amoncellement de poutrelles d’acier, et plus aucune trace de ce qui avait été l’environnement naturel de cette planète. Comment être à l’écoute de la Force dans un tel lieu ? Comment ressentir la Vie sur un monde artificiel ? Et pourtant les Jedi se devaient d’être présent ici, où se prenaient les décisions qui pouvaient changer la face de la Galaxie.

La méditation de Zez Kal El fut troublée lorsqu’il sentit une présence familière approcher. Un de ses anciens padawan, à présent chevalier, approchait. Zian Harden. Il n’était pas un duelliste exceptionnel, et sa maîtrise de la Force, quoique bonne, n’avait rien d’extraordinaire, mais il avait toujours montré un caractère prudent et réfléchi, des qualités importantes pour un Jedi. Toutefois, même avec la distance, Zez Kal El pouvait ressentir le trouble dans ses pensées.

Et nul besoin d’être membre du Conseil pour en deviner la cause, soupira t’il.

Il se tourna pour accueillir son ancien élève. Zian eut un sourire hésitant à la vue du visage de l’homme chauve, rehaussé par une longue moustache tombante, qu’il avait côtoyé durant des années. Il fit une légère révérence.

-Maître Zez Kal El…
-Ah, voici mon ancien Padawan. Comment allez vous, jeune chevalier ?

Zian savait qu’il pouvait déjà ressentir son trouble, et qu’il était inutile de chercher à le cacher. Peut être allait il pouvoir comprendre les raisons du Conseil… La plupart des maîtres resteraient muets, mais Zez Kal El avait toujours encouragé la curiosité parmi ses élèves. Ne craignez pas de poser des questions, méfiez vous seulement des réponses, avait il coutume de dire.

-Maître, je… je ne sais plus quoi penser. J’essaye de me persuader que la décision du Conseil… au sujet des Mandaloriens. J’ai beau essayer, je ne vois pas la sagesse dans cette décision…

Un sourire peiné apparut sur le visage du maître Jedi.

-Es tu donc si pressé de te battre, Zian ?
-Non ! s’exclama ce dernier, piqué au vif, avant de reprendre d’une voix plus douce. Non, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire… Mais que nous le voulions ou non, la guerre est là. Pouvons nous espérer y échapper éternellement ?

Zez Kal El soupira.

-Non, bien sûr. Mais il faut essayer d’aller au-delà des simples apparences.
-Je ne vous suis pas.
-Je m’en doutais. Certains membres du Conseil, comme Vrook ou Atris, sont persuadés qu’il vaudrait mieux garder le secret, autant que possible, mais personnellement, je crois que nous devrions davantage faire confiance à nos jeunes membres.

Il fit une pause, légèrement mal à l’aise à l’idée de rompre le silence.

-Oh, après tout, la vérité sera sue tôt ou tard. Et je soupçonne que tous les maîtres n’ont pas gardé le silence. Le Conseil soupçonne les Mandaloriens de n’être que la face visible de l’iceberg.

Zian fronça les sourcils, n’étant pas bien sûr de comprendre.

-Vous pensez qu’il y a quelque chose derrière eux ?
-Peut être. Nous ne sommes sûrs de rien. L’avenir est en mouvement perpétuel… Mais nous nous refusons à lancer nos forces dans l’inconnu, pas sans savoir de quoi il retourne exactement. La guerre contre Exar Kun nous a déjà trop affaiblie.
-Mais nous ne pouvons pas refuser notre aide à la République sur de simples soupçons ! Il sera toujours temps de s’occuper de cette menace une fois les Mandaloriens vaincus, non ?
-Les risques sont trop grands. Tant que nous ne saurons pas quel est le danger qui nous menace exactement, nous attendrons. Il sera toujours temps de repousser les Mandaloriens après ça.

Zian n’arrivait pas à croire ce qu’il entendait. Le Conseil refusait d’agir à cause de simples soupçons ? Rien ne disait que le péril qu’ils avaient prédit était lié aux évènements actuels ! Et si il s’agissait de deux choses totalement différentes ? Ne valait il pas mieux vaincre l’ennemi actuel pour se concentrer sur celui futur ?

-Maître, comment pouvons nous abandonner la République sur une simple prémonition ? N’est ce pas notre devoir de leur venir en aide ?
-Notre devoir… Peut être serait il temps que la République soit moins dépendante de notre Ordre. Je ne dis pas que ça a été une décision facile à prendre. Mais il est trop tôt.

Zian ne put réprimer la remarque amère qui lui monta à la gorge.

-Je commence à me demander si il n’est pas déjà trop tard…


***


Aux yeux du commun des mortels, maître Kavarr était l’incarnation même du Jedi idéal, un parangon de justice et de vertu, soldat et diplomate accompli, siégeant au Conseil malgré son jeune âge. Qui plus est, il n’était pas désagréable à la vue, ses cheveux blonds coupés court et ses yeux bleus étant susceptibles de faire des jaloux parmi bien des acteurs d’holofilms. Néanmoins, derrière son masque d’assurance, questions et doutes tourbillonnaient dans son cerveau. Il venait de refuser pour la troisième fois en trois mois de prendre le commandement des forces de la République dans la guerre contre les Mandaloriens, et pour la troisième fois, il se demanda si il faisait le bon choix. Il pénétra dans une des chambres de méditation du Temple, espérant retrouver la paix de l’esprit que tout Jedi se devait de ressentir, quand il se rendit compte qu’on l’avait précédé. Assis en tailleur sur le sol de pierre se trouvait Zez Kal El, les yeux fermés, semblable à une statue de granit. Néanmoins, il semblait avoir gardé conscience de son entourage immédiat…

-Kavarr. Je vois que je ne suis pas le seul à rechercher l’harmonie quant tout autour de nous ne semble être que chaos.

Légèrement gêné d’avoir troublé la concentration d’un de ses pairs, ce dernier esquissa un geste pour se retirer.

-Je ne pensais pas trouver quelqu’un ici, je crois que je vais vous laisser…
-Pas la peine, j’avais fini.

Zez Kal El se releva pour faire face à son collègue et ami, avec qui il avait partagé de nombreuses épreuves au cours des dernières années. Il savait que ce dernier pouvait sans peine ressentir son trouble, tout comme lui le devinait.

-J’ai eu une conversation avec un de mes anciens élèves… La décision du Conseil semble avoir été acceptée de mauvaise grâce.

Kavarr soupira.

-J’ai moi-même eu une demi douzaine de conversations de ce genre. Beaucoup de padawans et de jeunes chevaliers pensent que le péril immédiat prime sur le reste. Notre rôle consiste à leur rappeler que les apparences sont parfois trompeuses, j’imagine…
-Je n’aime pas ça, Kavarr. Même les plus modérés commencent à devenir impatients. Si ils décident d’agir sans l’approbation du Conseil, avant que nous n’ayons pu déterminé la nature du péril qui nous guette… que ferons nous ?
-Je crains que nous ne puissions qu’espérer que ce cas de figure ne se présente pas.

Les deux maîtres Jedi restèrent silencieux un long moment, contemplant à travers la baie vitrée le spectacle qu’offrait Corustant… Il était si facile d’oublier que la Galaxie était ravagée par la guerre…


***


Discours diffusé sur l’Holonet, prononcé par le chevalier Jedi Revan, à l’attention de l’ensemble des membres de l’Ordre Jedi.



Maîtres, Chevaliers, Padawans.

La République et l’Ordre Jedi se trouvent à un tournant de leur existence. L’invasion des Mandaloriens nous place tous face à une crise qui pourrait bien sonner le glas de toutes les valeurs que nous défendons depuis des siècles, qui pourrait en quelques mois faire disparaître les idéaux de justice, de progrès et de paix que le Sénat comme les Jedi ont contribués à propager à travers la Galaxie. Tout cela est aujourd’hui menacé par un peuple uniquement animé par une soif de combats et de conquête, désireux de tout sacrifier sur l’autel de la guerre, dût il régner sur une galaxie en ruines.

Le Conseil nous a recommandé la patience. Je comprends leur point de vue. Dans une galaxie idéale, aucun Jedi ne devrait être amené à prendre les armes et à partir en guerre, au risque de perdre de vue la Voie que nous suivons depuis toujours. Nous sommes les serviteurs de la Force, et devons avant tout chercher à préserver la Vie, non à la prendre. Cependant, cette galaxie n’est pas idéale. Nous ne pouvons pas abandonner la République à son sort, alors qu’elle se trouve déjà au bord du précipice. Nous ne pouvons pas tourner le dos aux milliards d’innocents que notre inaction met en danger, aux milliers de mondes que nous avons jurés de protéger, fus-ce au prix de nos vies. Sans l’aide des Jedi, la République est condamnée. Et sans la République, notre Ordre pourrait bien disparaître à son tour.

C’est pourquoi, à partir de ce jour, je déclare apporter mon soutien plein et entier à l’effort de guerre contre les Mandaloriens, et me tiens à la disposition du commandement suprême de nos armées. D’autre part, je lance un appel à chacun d’entre vous. Ecoutez ce que vous dicte votre cœur. Ecoutez ce que vous dicte votre conscience. Ecoutez ce que vous dicte la Force. Et choisissez. Vous tous pouvez contribuez à changer le cours de cette guerre, il suffit de le vouloir. Prenez votre temps, faites votre choix… J’ai déjà fait le mien. Et je m’attends à voir très bientôt nombre d’entre vous.

Que la Force soit avec vous.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Lena le Mer 21 Nov 2007 - 17:29

Héhé pas mal du tout...^^
Bravo pour le travail de recherche, c'est vraiment du beau boulot. Et puis bah...comme toujours...très sympa à lire. Vivement la suite ! ^^ (naan je mets pas la pression...tu peux prendre ton temps...Rolling Eyes)

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Mer 21 Nov 2007 - 17:56

Comme pour les précédents... J'adore! Franchement, je crois que ta fic sur Star Wars va être la meilleure de celles que tu as faites... Vivement la suite!

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Sam 24 Nov 2007 - 21:10

Ce chapitre a été coupé en deux parties, que je poste à la suite. Pourquoi? Parce qu'apparemment, il est trop long pour être posté d'une traite sur ce forum... >< Enfin bref. Sinon, pour info, Malak est lui aussi un personnage de l'histoire officielle, que vous découvrirez donc dans quelques minutes.A part ca, pas beaucoup d'action, mais on en a jamais été aussi proche! En espérant que vous apprécierez...




Tales of the Old Republic : chapitre 3: Résistance




Planète Taris, Bordure Extérieure, trois mois après l’appel de Revan

Zian Harden se présenta au centre de recrutement de la République aux premières heures de l’aube. Il n’y avait qu’un unique réceptionniste pour l’accueillir, encore à moitié endormi. A en juger par les cicatrices sur son visage, il n’avait dû revenir que récemment du front… Sans doute ce poste constituait il l’équivalent d’une permission, en attendant de retrouver le feu du combat. Ce dernier fit un effort pour s’arracher à sa torpeur lorsqu’il vit le jeune Jedi approcher.

-Alors, petit, on a décidé de quitter les jupes de sa mère pour aller sauver la République, hein ?

Zian rougit légèrement en entendant le ton familier sur lequel il s’était fait interpellé. Clairement, l’homme ne l’avait pas identifié en tant que Jedi… Ayant passé une grande partie de sa vie au Temple de Corustant, et le reste dans le milieu feutré de la diplomatie, il n’avait guère l’habitude d’être ainsi pris de haut. Embarrassé, il se contenta d’acquiescer en marmonnant, solution qui lui paraissait la moins susceptible de le faire passer pour un idiot.

-Ok. Tu t’es déjà servi d’une arme, au moins ?

Agaçé par le ton condescendant de l’homme, Zian porta la main à sa ceinture avant de plaquer sur la table son sabre laser, le bruit de l’acier se heurtant au comptoir se répercutant dans toute la salle. Le réceptionniste baissa les yeux, examina l’arme, avant de revenir au visage de son interlocuteur, ne paraissant guère impressionné.

-Voyez vous ça, un Jedi. Tu es un peu en retard, pas vrai ? On a pris son temps ?

Zian sentait son irritation croître. Il n’aimait guère le ton réprobateur sur lequel l’autre avait parlé, de même que l’expression inquisitrice qu’il arborait à présent. Il se força à se remémorer le code Jedi. Il n’y a pas d’émotions, il n’y a que la paix.

-La décision de venir méritait un délai de réflexion. Ce n’est pas quelque chose à faire à la légère.
-Si tu le dis…

Le visage de l’homme montrait clairement qu’il n’était pas d’accord avec cet argument. Le seul fait que quelqu’un ait besoin de « réfléchir » avant de venir se battre, quand lui avait été jeté dans la mêlée dès les premiers jours de la guerre, lui paraissait une nouvelle manifestation de l’arrogance des Jedi. La réflexion était un luxe que bien peu avaient eu. Zian, de son coté, avait conscience d’être parmi les derniers à répondre à l’appel de Revan. Solan Torr, comme de nombreux autres jeunes Chevaliers et Padawans, avaient rejoint la Flotte de la République dans les jours qui avaient suivis. Zian n’avait d’ailleurs eu aucune nouvelle de son ami depuis. Il ne pouvait que prier pour qu’il n’ait pas perdu la vie au cours des combats qu’il avait dû livrer… Quant à Zian, il était d’abord resté sur Corustant, accomplissant quelques missions pour le Conseil. Mais il n’avait pas pu faire taire ce sentiment de culpabilité qui le suivait partout, et qui se reflétait dans les yeux de pratiquement chaque personne qu’il avait croisé durant cette période. Après des semaines de doute, il avait finalement fait son choix. Les Mandaloriens devaient être repoussés, et il comptait bien faire son possible pour que cela soit possible.

-Bon, voilà les papiers, tu seras bientôt pris en charge par un officier de la flotte. Il se chargera de te trouver une affectation… Crois moi, c’est pas le boulot qui manque.

Zian acquiesça distraitement. Il avait suivi de près les nouvelles du conflit, et malgré l’intervention des Jedi, les choses ne tournaient pas à l’avantage de la République. Une dizaine de systèmes supplémentaires avaient été perdus, et les pertes en hommes et matériel continuaient d’être dramatiquement élevées. Et le contingent de Jedi ayant répondus à l’appel de Revan avait déjà payé un lourd tribut à la guerre. La présence des champions de la République sur le champ de bataille semblait avoir décuplée l’ardeur guerrière des Mandaloriens, et des Padawans n’ayant même pas achevés leur formation pour venir se battre se retrouvaient confrontés à des vétérans de dizaines de batailles riant au nez de la mort elle-même.

Néanmoins, au milieu de ces séries de défaites, les forces de la République avaient enregistrés quelques succès. Encore trop rares, encore trop insignifiants. Mais ils redonnaient une lueur d’espoir à une armée qui en avait le plus grand besoin. Revan en particulier s’était distingué comme un meneur d’homme charismatique et un brillant tacticien, remportant quelques victoires lors des combats s’étant déroulés sur le système de Venjagga. Mais cela n’avait pas empêché la perte de la planète, après une semaine de combats violents. Il n’en était pas moins devenu la nouvelle coqueluche du Sénat, celui qui avait passé outre les ordres du Conseil pour voler au secours de la République. Le fait qu’il soit en train de s’affirmer comme l’un des chefs militaires les plus compétents sur lequel le Sénat puisse compter ne faisait qu’ajouter à sa popularité. Néanmoins, il n’avait pour l’heure qu’un grade de général subalterne. Et la République reculait toujours sur tous les fronts…

-Eh, Jedi ! Si vous rêvassez comme ça tout le temps, vous allez pas faire long feu. Les Mandies en ont eu de meilleurs que vous.

La voix du soldat chargé de recrutement venait de ramener Zian à la réalité. Ce dernier secoua la tête, remettant de l’ordre dans ses pensées. Avant peu, il risquait effectivement de ne plus avoir ce luxe.

-Mes excuses. Quand dois-je partir ?
-D’ici une heure. J’enverrai quelqu’un vous chercher. Bienvenue dans l’armée, petit !

Sans un mot, Zian s’éloigna d’un pas lent, suivi du regard par le soldat vétéran. Celui-ci poussa un profond soupir.

Si on en est au point de devoir envoyer des gamins comme lui se battre, c’est que c’est vraiment la fin…


***


La IVème Flotte de la République, à laquelle Zian venait d’être affecté, offrait un triste spectacle. La plupart des vaisseaux semblaient sur le point de tomber en pièces, les dégâts subis lors des derniers affrontements avec les Mandaloriens n’ayant visiblement pas encore été réparés. Les bâtiments de guerre formaient un assemblage hétéroclite, et la discipline des armées de la République semblait avoir désertée celle-ci. A son arrivée sur le vaisseau amiral Sword of Corustant, Zian se rendit compte que c’était encore pire que ce qu’il pensait. Le hangar était en proie à une confusion totale, chaque vaisseau devant jouer des coudes pour parvenir à atterrir ou à décoller. Des soldats semblaient errer sans but, nombre d’entre eux étant encore couverts de bandages récoltés au cours des affrontements précédents. Mais surtout, c’était cette atmosphère de résignation qui frappa le jeune chevalier. Après tant de revers, beaucoup semblaient penser que la victoire n’était plus possible.

Un enseigne le guida jusqu’à une salle servant visiblement aux briefings tactiques, ou se trouvaient déjà cinq silhouettes portant les robes de l’Ordre et un sabre laser à la ceinture. De nouvelles recrues pour la guerre, devina Zian. Quatre d’entre eux étaient humains, deux hommes et deux femmes, il y avait également une Twi’Lek et un Iridonien. Les cinq Jedi dévisagèrent le nouvel arrivant, qui s’installa en silence. Personne ne semblait décidé à engager la conversation… Quelques minutes plus tard, un homme d’âge avancé portant les insignes de général entra. Il dévisagea les six individus se tenant face à lui.

-Je suis le général Zorin, commandant des forces terrestres de cette flotte. Vous six êtes désormais sous mon autorité directe. Veuillez décliner votre nom, votre rang dans l’Ordre et votre expérience du combat.

L’un des hommes prit la parole le premier.

-Je m’appelle Derann Bludd, toujours Padawan, et formé comme Jedi gardien. Je n’ai jamais eu à me battre en combat réel.

Toujours Padawan… Zian savait que de nombreux Jedi avaient abandonné leur formation et leur maître pour se joindre à la République, mais il trouvait l’idée difficile à admettre. La Twi’Lek fut la suivante.

-Elora Dalt. J’ai été adoubée il y a cinq mois, en tant que Jedi sentinelle. Ma seule expérience se résume à un combat contre des esclavagistes sur Kashyyk.

Zian fut surpris de l’entendre s’exprimer en galactique standart, avant de se souvenir que comme eux tous, elle avait dû être élevée dans une enclave Jedi dès son plus jeune âge. Rien d’étonnant à ce qu’elle n’emploie pas instinctivement le langage de ses congénères. Le deuxième humain parla à son tour.

-Je me nomme Tevarr Del’Nolo. Je viens tout juste d’être fait chevalier, au titre de Jedi consulaire. Je crains de n’avoir jamais eu à me servir de mon arme hormis lors de mon entrainement.

L’accent comme la façon de s’exprimer dénotaient clairement des origines aristocratiques, bien que les Jedi ne soient pas censés conserver de liens avec leur famille. Mais il semblait bien loin de son univers, en ces lieux… La femme se présenta à son tour.

-Karenn Saldana, chevalier depuis six ans. Jedi consulaire également… J’ai dû affronter quelques groupes de mercenaires à une demi douzaine de reprise lors de missions sur la Bordure Extérieure.

Six ans… A en juger par la jeunesse apparente de l’Iridonien, cela en faisait probablement la plus expérimentée d’eux tous. Et pourtant, d’après les standarts de l’Ordre, elle serait encore considérée comme une Jedi néophyte… Zian vit le regard du général de la République se poser sur lui, et s’éclaircit la gorge.

-Je suis Zian Harden, chevalier depuis un peu plus d’un an… entraîné comme Jedi sentinelle. Aucune expérience du combat.

Ne restait plus que l’Iridonien.

-Yorak Thor, mon maître a été tué avant que je ne puisse passer les épreuves. J’ai reçu la formation d’un Jedi gardien… Quant au combat… une embuscade tendue par des éclaireurs Mandaloriens. Mon maître m’a donné le temps de m’enfuir… Lui n’y est pas parvenu.

Tout le monde observa un silence respectueux pendant quelques instants, compatissant à la perte de Thor. Il n’y avait rien de plus terrible pour un Padawan que de voir son mentor périr sous ses yeux… De plus, les mondes Iridoniens avaient été parmi les premiers à tomber aux mains des Mandaloriens durant cette guerre. Cela faisait plus de raisons qu’il n’en fallait pour s’engager…

Le général Zorin dévisagea chacun des Jedi. Tous arboraient une expression calme et concentrée, à l’instar de tous ceux de leur Ordre. Néanmoins, ils étaient dans leur grande majorité des novices, n’ayant jamais eu à se battre pour leur vie. Il réprima un soupir. La guerre était une maîtresse cruelle… Ceux là apprendraient, ou périraient. L’ennemi n’attendait pas.

-Bien. Vous tous allez immédiatement rejoindre la planète de Dagary Minor. Ce monde est sur le point d’être attaqué par une large portion de la flotte Mandalorienne. Nous rassemblons autant d’unités que possible pour repousser leur invasion. Vous recevrez des instructions additionnelles une fois sur place. Allez, et que la Force soit avec vous… quoi que cela puisse vouloir dire.

Sans un autre mot, il fit volte face, laissant seuls les Jedi. Il lui restait encore tant à faire…


***

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Sam 24 Nov 2007 - 21:10

et la deuxième partie du post...


***


Dans un sifflement sonore, la porte menant à la passerelle de commandement du croiseur de la République Juggernaut s’ouvrit, laissant le passage à un homme de plus de deux mètres, au crâne rasé, le visage parcouru de tatouage ésotériques, vêtu d’une armure de combat écarlate, apanage des officiers de la République. Il était attendu par un autre homme, celui là portant la robe traditionnelle des Jedi, d’une taille ordinaire, ses cheveux bruns tombant en cascade sur ses épaules. Les deux se donnèrent l’accolade, heureux de ses retrouvailles qui avaient tant tardées. Le plus petit fut le premier à parler.

-Malak. C’est bon de te revoir sain et sauf.

L’autre eut un sourire léger.

-Il faudra plus que quelques Mandaloriens pour me tuer. Heureux de te revoir aussi, Revan, mon ami.

Revan et Malak étaient camarades depuis leur plus jeune âge, leur amitié remontant à leurs jeunes années en tant que simples apprentis. Tous deux comptaient parmi les éléments les plus brillants de l’Ordre, pressentis pour un jour compter parmi les plus puissants maîtres de l’Ordre. Revan était connu de tous comme un esprit brillant, quoique faisant souvent preuve d’insolence, ayant une maîtrise exceptionnelle de la Force et des talents de duellistes rarement égalés parmi ses pairs. Néanmoins, sur ce domaine, Malak ne le lui cédait en rien. Bien que moins brillant intellectuellement, il était l’une des plus fines lames de l’Ordre, doté d’une discipline et d’une loyauté à toute épreuve. Le Conseil avait favorisé le rapprochement des deux jeunes Jedi, dans l’espoir que le calme et le sérieux de Malak puissent inspirer Revan, et qu’inversement l’intellect de ce dernier déteigne sur son compagnon. Lorsque Revan avait lancé son appel aux Jedi, Malak avait été le premier à y répondre. Néanmoins, ils n’avaient guère eu le temps de profiter de leurs retrouvailles ; tous deux avaient été envoyés combattre sur des champs de batailles différents à travers la Bordure Extérieure, tentant au mieux de ralentir l’avancée Mandalorienne. Cette rencontre était la première depuis près de trois mois…

-Revan, j’ai reçu ton message, et je suis venu. Que se passe t’il ?

Revan garda le silence quelques instants, contemplant à travers la baie d’observation les constellations d’étoiles scintillants à travers le vide de l’espace.

-J’ai reçu il y a deux jours un message du Sénat. Ils me confient le commandement de l’ensemble des forces de la République de la Bordure Extérieure.
-Hein ? Que… Je ne comprends pas. Ne le prend pas mal, mais… ils offrent un tiers des forces militaires de la République à un simple chevalier Jedi, comme ça ?

Revan eut un rire ironique, visiblement amusé par la surprise de son ami. Aussi étrange que la situation actuelle puisse paraître aux regards extérieurs, il savait qu’il ne s’agissait que d’une question de temps avant que ce cas de figure se présente. Même si, à la vérité, le Sénat avait agi plus tôt qu’il ne l’avait prévu.

-Ils agissent ainsi parce qu’ils n’ont plus le choix, Malak. La République est en train de perdre la guerre, et je suis le seul qui ait été capable de leur rapporter quelques victoires auxquelles se raccrocher. Ajoute à ça le fait qu’un cinquième de l’Ordre Jedi se bat à présent contre les Mandaloriens, et me voilà avec un certain crédit auprès d’eux…

Une expression pensive apparut sur le visage de Malak. La nouvelle l’avait effectivement pris de cours, mais sous cet angle… Puis il sourit. Pour connaître Revan depuis plus de dix ans, il était convaincu que son compagnon saurait se montrer à la hauteur de la tâche qui l’attendait.

-Eh bien, si quelqu’un peut encore inverser le cours de la guerre, c’est bien toi, je pense. Bonne chance… Tu en auras besoin.
-Nous savons tous deux que la chance n’existe pas, il n’y a que la Force.

Le ton était légèrement moqueur.

-Et puis, je ne t’ai pas fait venir jusqu’ici pour le simple plaisir d’être félicité en personne, mais pour t’informer que tu venais d’être promu commandant en second de l’armée de Libération.
-Moi ?
-Et pourquoi pas ? Tu es un très bon meneur d’hommes, et tu n’as pas été à trop mauvaise école du coté de la stratégie, avec moi, sans vouloir me vanter. Surtout, tu es celui en qui je peux avoir le plus confiance. Alors, qu’en dis tu ?

Malak plissa le front… avant de finir par un sourire en coin.

-Pourquoi pas ? J’aime assez le son de « Général Malak », pas toi ?
-Ca te va comme un gant. Bien, à présent, si tu veux bien venir avec moi en salle de conférence… Nous avons beaucoup à faire.

***

Extrait du rapport tactique 117. Objet : Dagary Minor.

La planète est une source importante de revenus commerciaux. Sa chute risque de ralentir la reconstruction de nos flottes, vitale à la poursuite de la guerre. Le commandant suprême Garon lui a assigné un statut prioritaire avant sa destitution. Le commandant suprême Revan a maintenu cette assignation. Tous les efforts doivent être entrepris pour renforcer les défenses du système et porter un coup d’arrêt à l’avancée de la croisade Mandalorienne. Un succès pourrait donner à la République une occasion non négligeable d’inverser le cours de la guerre. Dans ce but, nous recommandons l’emploi massif des Jedi ayant rallié l’effort de guerre, leur présence étant susceptible de convertir efficacement la supériorité numérique dont nous disposons sur l’ennemi. D’après les calculs, la victoire est une possibilité fortement envisageable. Néanmoins, nous devons souligner que nous n’aurons sans doute pas les moyens d’assurer une couverture spatiale efficace. Si d’aventure, nos soldats au sol devaient être vaincus, leur évacuation risque de s’avérer problématique…


Dernière édition par le Dim 25 Nov 2007 - 8:25, édité 1 fois

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Lena le Sam 24 Nov 2007 - 22:25

Finalement, ça sert de mettre la pression ! On a d'excellents posts comme ça...^^
Donc : aller ! Au boulot ! La suite ! La suite !
...
...
...
Ok, ok j'ai rien dit...tu peux prendre ton temps...^^
En tout cas, très bonne fic décidement, bon boulot...et vais voir c'que j'peux faire pour la longueur des posts...^^

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Dim 25 Nov 2007 - 9:52

Comme d'habitude, j'aime beaucoup. Le passage est intéressant également... J'ai hâte de pouvoir lire la suite, surtout si on s'approche des moments d'action!

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Dim 2 Déc 2007 - 15:54

et voilà le quatrième chapitre, encore plus long que les précédents, pour un total de presque 8 pages words! Je pense que je risque de ne pas en refaire des comme ça avnt longtemps... En espérant qu'il vous plaira. Evidemment, il a du donc, comme le précédent, être coupé en deux parties de taille à peu près équivalentes... (oh, et en guest stars de l'historique officiel, je vous présente donc Carth Onasi, Canderous Ordo et Cassus Fett, qui font tous trois un petit passage éclair. Et je pense que j'ouvrirais tantôt un topic pour mettre un visage sous les têtes connues de cet univers)



Tales of the Old Republic – Chapitre 4 : La Bataille de Dagary Minor





Planète de Dagary Minor, sixième jour de combats


La colonne de soldats poursuivait sa progression à travers la jungle. Une petite centaine d’hommes étaient en ordre de marche, se frayant un chemin à travers la végétation luxuriante. Parmi eux se trouvait Zian Harden, qui comme tout le monde ici, semblait avoir connu des jours meilleurs. Sa bure était en lambeaux, une barbe jeune de quelques jours commençait à pousser et son odeur corporelle attestait du fait qu’il n’avait pas pris de bain depuis bien longtemps. Mais c’était surtout le manque de sommeil qui les affectait tous. Même lorsqu’ils n’étaient pas au contact de l’ennemi, les hommes n’avaient guère l’occasion de se reposer, chaque compagnie étant constamment déplacée au va et vient des combats, dans des efforts désespérés pour maintenir une ligne de front cohérente. Le plus déprimant, dans l’esprit de Zian, c’est qu’en dépit de tout, la bataille semblait petit à petit tourner en leur défaveur. Lui et les soldats qu’il accompagnaient venait d’abandonner une nouvelle position défensive jugée trop exposée, la seconde en six jours. Il admettait être un néophyte en matière de stratégie, mais il y avait peu de chances que ce soit bon signe…

-Ils arrivent !

Le cri venait de l’arrière de la compagnie. Zian activa instantanément sa lame, fouillant les environs du regard, à la recherche du moindre mouvement à travers l’épais barrage de végétation. Nul n’était besoin d’être devin pour savoir à qui « ils » faisait référence… Les silhouettes des guerriers Mandaloriens, revêtus d’armures complètes bleutées, ne tardèrent pas à apparaître, surgissant sur le flanc gauche de la colonne, dont les soldats se tournèrent pour faire face à la menace. Sans ralentir leur course, la trentaine d’assaillants levèrent leurs blasters, mitraillant les soldats de la République pris par surprise. Une demi-douzaine de soldats s’effondrèrent, tandis que la riposte se révélait pratiquement inefficace, les tirs clairsemés des soldats se révélant peu efficaces face aux armures lourdes mandaloriennes ; un seul attaquant tomba, touché à une articulation de sa tenue de combat.

Zian se précipita vers le lieu de l’engagement, espérant pouvoir venir en aide aux soldats attaqués avant que les Mandaloriens n’aient brisé toute résistance. Malgré leur nombre réduit, ils étaient parfaitement capable de balayer la colonne entière, si les troupes de la République ne parvenaient pas à s’organiser promptement. Déjà, les premiers guerriers arrivaient au contact de leurs adversaires, lâchant leurs blasters pour dégainer de menaçantes vibro-lames, qui avaient déjà pris la vie de bien des soldats et Jedi depuis le début de cette guerre. Indifférents aux tirs à bout portant de la ligne de soldats hâtivement constituée, les Mandaloriens se jetèrent au cœur de la bataille, taillant en pièces les hommes ayant été assez braves pour tenir leur position.

Déjà une vingtaine de cadavres gisaient aux pieds des silhouettes cuirassées lorsque Zian, à la tête de l’avant-garde de la colonne, rejoignit la mêlée. D’un revers de sabre, il décapita le Mandalorien le plus proche de lui, encore penché sur le cadavre de sa victime précédente, avant de se tourner vers le deuxième, qui venait tout juste de dégager sa lame du corps d’un malheureux sergent chef, se tournant pour affronter le jeune Jedi. Zian pouvait facilement ressentir l’émotion qui dominait actuellement dans l’esprit de son adversaire. Ce n’était ni la peur, ni la colère. Simplement le plaisir. Cette réalisation suffit à la faire grimacer, écoeuré par cette soif de sang et de combats que chaque Mandalorien accueillait de tout son être.

Qu’il soit maudit, lui et sa race.

Le sabre-laser de Zian heurta le vibro-sabre mandalorien, le contact soulevant une gerbe d’étincelles. Bien que les lames d’énergies pures des armes des Jedi aient la réputation de pouvoir trancher à travers pratiquement n’importe quelle matière connue, certains métaux avaient la propriété de pouvoir les bloquer. Et les Jedi avaient eu la désagréable surprise de voir que toutes les armes de corps à corps mandaloriennes étaient parcourus d’une veine de cortosis pure, métal faisant incontestablement partie de cette catégorie.

Zian désengagea sa lame rapidement, refusant une épreuve de force pure dans laquelle il aurait certainement eu le dessous, enchaînant une succession d’assauts rapides, en se concentrant sur les jambes de son ennemi. Ce dernier, mis sur la défensive, para du mieux qu’il put, mais ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne puisse plus suivre la cadence rapide des attaques du Jedi. Sentant le Mandalorien faiblir, Zian pressa son assaut… pour être pratiquement pris au dépourvu par sa riposte. Avec une vitesse surprenante pour quelqu’un portant un demi-quintal d’acier sur le dos, il se fendit, abandonnant sa défense pour transpercer Zian, qui faillit ne pas réagir à temps. Malgré tout, le Jedi conservait un avantage : la Force le guidait. L’épée frôla son bas ventre, lui laissant une légère estafilade, tandis que son propre sabre laser transperçait l’abdomen du guerrier Mandalorien, qui s’effondra sans un mot.

Zian n’eut cependant guère le temps de savourer son succès. Le corps de son opposant n’avait pas encore touché le sol qu’il se retrouva pris sous un feu intensif de blasters. Trois Mandaloriens tournaient en effet toute leur attention sur le Jedi, si aisément reconnaissable au milieu de la bataille. Abandonnant la première forme de Shii-Cho, Zian reprit une garde Soresu, le style dans lequel il s’était spécialisé au cours de sa formation, laissant la Force guider ses mouvements, déviant chaque tir l’un après l’autre.

Maintenir une défense de fer, rester calme dans l’œil du cyclone… C’est l’essence même du Soresu.

Néanmoins, si il parvenait à parer les volées de tirs le prenant pour cible, il était en revanche incapable d’y mettre un terme. Toute l’attention de Zian se focalisait sur la trajectoire des rayons d’énergie, mais il ne pouvait pas approcher des tireurs sans s’exposer, ni prendre le temps de calculer ses gestes pour réexpédier les tirs à leurs envoyeurs. Le front en sueur, il ne pouvait penser à aucune solution susceptible de le sortir de cette impasse… Son salut passa finalement par une aide extérieure plus que bienvenue. Un Mandalorien s’effondra, touché par une série d’impacts de blasters, tandis que le deuxième se tournait pour faire face au groupe de soldats en approche.

N’ayant plus qu’un adversaire face à lui, Zian s’élança, déviant chaque tir en quelques gestes fluides, avant de trancher le bras armé du Mandalorien d’une torsion de poignet. Le cri de douleur du guerrier résonna à travers le communicateur de son casque, se mêlant au tumulte de la bataille qui faisait rage de tous cotés. Le Jedi hésita, répugnant à frapper un adversaire à présent désarmé… Peut être pouvait il le faire prisonnier ? De telles occasions étaient rares… Au final, son hésitation lui fut fatale. De son bras encore valide, le Mandalorien décocha un coup de poing d’une violence inouïe, touchant Zian à la tempe. Ce dernier s’effondra, littéralement sonné, avec l’impression d’avoir été frappé par un fer à repasser. Sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits, le Mandalorien lui décocha un coup de pied dans le bas ventre, lui coupant la respiration, tandis qu’il lâchait son sabre qui alla se perdre quelque part dans les hautes herbes. Délaissant le Jedi à moitié assommé pour quelques instants, le guerrier se pencha pour ramasser son propre bras, en retirant le pistolet blaster que son poing serrait toujours, avant de le pointer pour achever sa cible.

Dans un coin de sa tête, Zian crut bien que sa dernière heure était arrivée. Mais une fois encore, l’aide arriva à point nommée, comme l’homme en armure s’effondrait, pris sous une grêle de tirs croisés. Encore chancelant, Zian se releva pour constater que le combat touchait à son terme, les derniers Mandaloriens étant abattus par des volées régulières de tirs de la part des soldats de la République réorganisés. Néanmoins, ces vingt-cinq guerriers avaient emportés avec eux près de la moitié de la colonne.

Nous nous battons à quatre contre un, et on perd tout de même deux fois plus d’hommes qu’eux…

Ramassant son arme, Zian grimaça de douleur, constatant qu’il avait à présent une arcade ouverte, le sang se mettant à couler abondamment sur son visage. Il aurait facilement pu guérir une blessure aussi superficielle à l’aide de la Force, mais à en juger par les râles de douleur qui résonnaient un peu partout, il ferait mieux d’économiser ses forces pour ceux étant plus grièvement blessés que lui.

Le devoir d’un Jedi ne prenait jamais fin.

***

Quand le colonel Drake, commandant du 24e poste de défense de Dagary Minor vit arriver la colonne de renforts qu’on lui avait promis, il fut tenté de céder au désespoir. Il avait demandé au minimum 200 hommes et une dizaine de Jedi afin d’avoir une vraie chance de contenir le prochain assaut, et il voyait arriver 50 soldats, dont le tiers semblait blessé, et un seul Jedi.

Pas étonnant que nous soyons en train de perdre cette guerre…

Néanmoins, il n’avait pas d’autre choix que de faire avec les maigres moyens dont il disposait, et de défendre au mieux la position retranchée dont il avait la charge, contre une attaque qui s’annonçait imminente. Lui et ses hommes avaient subi un bombardement d’artillerie ininterrompu depuis deux jours, les Mandaloriens pilonnant sa position sans relâche, prélude à une offensive de grande ampleur. Les rapports des éclaireurs signalaient que 400 Mandaloriens du clan Jugga se rassemblaient, et seraient là dans les heures à venir.
Quant à Drake, il disposait, avec ces nouveaux renforts, d’environ un millier de soldats et d’une quinzaine de Jedi. Trop peu pour espérer triompher, craignait il. Mais les ordres étaient les ordres.

L’offensive commença à 15h37 exactement. Des vaisseaux antigrav lourds sortirent de la jungle pour délivrer instantanément une salve de torpilles à plasma sur la première barricade, tandis qu’une vague de silhouettes en armures s’élancèrent au pas de charge sur les lignes Républicaines. Pendant un moment, Drake crut que la victoire était après tout possible. Ses hommes s’étaient bien abrités de la pluie de tirs ayant appuyé la progression mandalorienne, tirant partie de leurs positions enterrées, et délivraient à présent une pluie de tirs sur les ennemis en approche, prélevant un lourd tribut sur sa première ligne. Leur progression commençait à montrer quelques signes de faiblesses quand une nouvelle menace survint. Une cinquantaine de guerriers surgirent des cimes des arbres, jetpacks activés, attaquant par la voie des airs. Des dizaines de soldats de la République furent décimés par l’explosion simultanée d’une douzaine de détonateurs thermiques, les survivants de la première ligne se retrouvant aux prises avec les Mandaloriens venus du ciel, engageant une féroce mêlée au corps à corps. Observant à la jumelle les combats, Drake se força à un certain détachement vis-à-vis du carnage se déroulant sous ses yeux. Ses hommes étaient mis à rude épreuve, incapables de rivaliser en combat singulier avec les Mandaloriens. Les quelques Jedi sur la première ligne faisaient de leur mieux, mais c’était loin d’être suffisant. Il vit l’un d’entre eux faucher successivement trois Mandaloriens, avant d’être lui-même transpercé par un quatrième. Un autre fut emporté par l’explosion d’une grenade thermique que son adversaire blessé fit exploser dans sa main. Malgré tout, Drake était surpris de la ténacité que montraient ses hommes, tenant leurs positions malgré les pertes considérables qui leur étaient infligées. Peut être que tout n’était pas perdu…

Néanmoins, il fut vite clair que la situation sur les premières barricades était devenue intenable. Les guerriers Mandaloriens à pied déferlèrent sur ces positions, submergeant les défenseurs contraints à se battre sur deux fronts. Le colonel porta la main à son communicateur, donnant l’ordre aux défenseurs de la première ligne de se replier sur la deuxième rangée de fortifications. De là, il espérait pouvoir opposer aux guerriers Mandaloriens un nouveau barrage de tirs afin de briser leur progression. Mais le plan semblait voué à l’échec tant l’ennemi maintenait la pression, arrivant sur les talons des défenseurs en fuite, empêchant les hommes de la deuxième ligne de tirer sous peine de toucher leurs propres camarades. Dans une tentative désespérée de ralentir l’ennemi, Drake vit un groupe de cinq Jedi charger à découvert en direction des lignes mandaloriennes, pour être immédiatement accueillis par un déluge de tirs de blasters ; seuls deux parvinrent au contact. Le premier fut pratiquement instantanément fauché par une forêt de vibro-lames, les Mandaloriens le hachant pratiquement sur place. Le deuxième tourbillonna sur lui-même, s’enfonçant dans les rangs adverses, semblable à une tornade, son sabre laser frappant tout ce qui passait à sa portée. Une demi douzaine de guerriers tombèrent avant qu’il ne soit stoppé par un tir en plein poitrine tiré à bout portant.

Malgré tout, le sacrifice des Jedi n’avait pas été vain, puisqu’il avait donné le temps à l’armée de la République de réorganiser sa défense sur la nouvelle ligne, tandis que les Mandaloriens avaient stoppés leur progression pour s’occuper des porteurs de sabre. Une nouvelle fois, les fusils blasters parlèrent, abattant par poignées les guerriers cuirassés. Ils continuèrent, leur ardeur guerrière visiblement intacte, se ruant au contact de leurs adversaires. Rapidement, le champ de bataille ne fut plus qu’un immense chaos, ou le mot de stratégie n’avait plus aucun sens. Drake lança l’intégralité de ses réserves dans la bataille, avant de dégainer le pistolet suspendu à sa ceinture et d’avancer vers le cœur des combats. C’était bien la dernière chose qu’il pouvait encore faire.

***

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Dim 2 Déc 2007 - 15:55

et la deuxième partie...





***

Les rapports d’engagement à travers toute la planète commençaient à s’accumuler sur la console tactique de Revan. Et pour ce qu’il en voyait, la bataille ne tournait pas en leur faveur, loin de là. Les forces Républicaines étaient partout mises sur la défensive, et la flotte avait déjà pratiquement perdue le contrôle de l’espace, autorisant les premiers croiseurs mandaloriens à entamer un bombardement orbital sur les positions à l’arrière de la ligne de front.

J’ai sous estimé ce qu’ils étaient prêt à sacrifier pour conquérir un monde…

Cette pensée le laissa songeur. Peut être serait il possible d’exploiter ce trait, à l’avenir ? Mais toute son attention était pour l’heure demandée pour la bataille en cours, les prochaines attendraient. Revan fit rapidement l’inventaire des différentes options à sa disposition, avant d’arriver à la conclusion qui s’imposait. Dagary Minor était perdue. Tout ce qu’il pouvait faire, à présent, c’était sauver ce qui pouvait encore l’être.

***

Après deux heures de combat autour du 24e poste de défense, les troupes de la République finirent par battre en retraite. Le colonel Drake avait été tué par un champion mandalorien, l’emportant avec lui dans la mort. Des 1000 hommes qui avaient débutés la bataille, il n’en restait plus que 150, et sur les quinze Jedi les ayant soutenus, seuls trois étaient encore présent. Zian était du nombre. Les débris épars de la force défensive avançaient en silence, trop épuisés pour ne serais-ce que se plaindre. Beaucoup semblaient ne même pas avoir la force de réaliser qu’ils avaient perdus la bataille.

Au moins, ils ne nous poursuivent pas… Eux aussi ont eu leur quota de pertes.

Zian se surprit d’avoir une telle pensée, bien peu Jedi par bien des aspects. Mais la guerre semblait assez mal s’accorder avec la philosophie des maîtres de l’Ordre… Et elle mettait à rude épreuve l’image idéalisée des Jedi que bien de gens se faisaient, dont les Jedi eux même, parfois. Zian se souvenait de ses premières années d’apprentissage, ou il rêvait des exploits qu’il accomplirait une fois devenu chevalier… Dans son esprit, alors, un seul Jedi était capable d’affronter une armée entière, et quand il mourrait, c’était pour sauver toute une planète. La réalité s’était avérée bien différente…

-Oh, bandes de larves ! Not’bon commandement daigne se pencher sur not’sort, et il envoie des transports pour nous faire quitter ce tas de boue ! Alors on se magne le train, parce que les taxis ne vont pas attendre longtemps avec tous les Mandies qu’il y a dans le secteur !

L’admonestation venait du lieutenant de la compagnie, dont Zian avait oublié le nom. La mort du colonel Drake en faisait de fait le commandant de la troupe !misérable qu’ils constituaient. Ses mots semblèrent insuffler un peu d’énergie aux soldats, qui pressèrent le pas en direction du point d’extraction. Zian était partagé entre le soulagement et l’abattement. Le soulagement de savoir que cette bataille allait enfin prendre fin. L’abattement du fait qu’elle se conclue sur une nouvelle défaite pour la République, en dépit de tous les efforts et les sacrifices consentis. Il gardait en mémoire l’expression choquée du Padawan Yorak Thor, lorsque le jeune Iridonien avait été stoppé net dans sa course par un tir de blaster… Ainsi que les derniers instants de tout ces Jedi morts sous ses yeux, qu’il ne connaissait pas, et qu’il n’aurait plus l’occasion de connaître.

Les quelques minutes de marche passèrent rapidement, chacun étant perdu dans des pensées sans doute bien sombres. La vue de la clairière ou attendait une dizaine de transporteurs lourds mit un peu de baume au cœur des soldats. Ils allaient enfin quitter cette planète… probablement pour répéter les mêmes scènes sur un autre monde. Les ordres d’embarquement fusaient, chacun étant animé d’une sensation d’urgence. Si les Mandaloriens leur tombaient dessus maintenant, l’évacuation risquait de tourner à la débâcle.

Toutefois, rien de semblable ne semblait devoir se produire. L’embarquement se fit dans un calme relatif, et sans incident notable. Zian se retrouva assis dans le cockpit de pilotage, aux cotés du pilote répondant au nom de Carth Onasi. Ce dernier venait de s’engager dans l’armée, et accomplissait là sa première mission sur le théâtre d’opération. Il espérait à terme pouvoir être intégrer aux pilotes de chasse, mais le passage par la conduite des vaisseaux de transport était une étape pratiquement obligatoire. Bientôt, les premiers vaisseaux commencèrent à décoller, prenant lentement leur envol pour gagner l’espace profond. Zian n put s’empêcher de contempler fixement la surface de la planète s’éloignant de plus en plus, ce monde qu’ils n’étaient pas parvenus à protéger. Quel sort attendait les civils qui, eux, étaient irrémédiablement bloqués ici…

C’est alors que la sonnerie d’une alarme rappela à tous qu’ils n’étaient pas encore hors de danger. A peine le convoi de transports quittait il l’atmosphère qu’il vit se dresser sur sa route les silhouettes menaçantes de deux croiseurs de bataille mandaloriens. Zian se tourna vers le pilote.

-Je pensais que les corridors d’évacuation étaient censés être sécurisés ?

Onasi répondit en serrant les dents, visiblement nerveux.

-Les Mandaloriens ont écrasé la flotte en orbite autour de cette planète. Il n’y a plus assez de vaisseaux pour couvrir notre retraite. Attachez vos ceintures, ça risque de secouer un peu…

Zian déglutit. La situation de danger permanent au sol était une chose, mais ici, il se sentait totalement impuissant. Il ferma les yeux, se remémorant les exercices de méditation appris au Temple, retrouvant une apparence de calme.

-Notre destin est entre vos mains, on dirait.
-Génial. Si vous avez d’autres moyens de me mettre la pression, dépêchez vous de les utiliser avant qu’on soit réduits à l’état de particules !

Les batteries des vaisseaux mandaloriennes ouvrirent le feu, plusieurs tirs secouant la navette, ses boucliers approchant dangereusement de la surcharge. Le transporteur situé juste devant celui de Zian vola en éclats, le Jedi ressentant à travers la Force la mort de tous les passagers situés à son bord. Un autre vaisseau fut touché à un réacteur, son pilote semblant perdre le contrôle de l’appareil, qui retomba en flèche vers la surface de Dagary Minor. Une nouvelle salve de lasers vint lêcher la coque de la navette, l’impact faisant trembler tout le vaisseau.

-Plus de bouclier ! Si ils nous touchent encre une fois, c’est la fin de la route…

Onasi se lança dans une manœuvre acrobatique désespérée, faisant passer le vaisseau entre deux batteries de turbolasers ennemis, échappant de peu à leurs tirs croisés. Le reste du convoi, quant à lui, s’en tirait comme il pouvait… Ou ne s’en tirait pas. Un nouveau transport fut désintégré, Zian sentant une présence familière disparaître avec lui. Le Jedi Karenn Saldana, qu’il n’avait rencontré qu’il y a quelques jours, venait de rejoindre la Force. Et lui-même risquait de bientôt le rejoindre, comme un tir venait endommager un des propulseurs du transport, qui ne tarda pas à perdre de la vitesse dans des proportions inquiétantes.

On ne va pas y arriver…

Comme pour le faire mentir, la navette reprit soudain une puissante accélération, plaquant Zian à son siège, les étoiles se changeant progressivement en traînées lumineuses, indiquant le passage rassurant dans l’hyperespace. Carth Onasi, le front en sueur, s’affala sur son siège.

-On l’a échappé belle, mais c’était juste ! Enfin, je crois que tout le monde peut se détendre, maintenant…
-A quel prix…

Une lueur s’alluma dans le regard du pilote.

-On le leur fera payer, Jedi. On le leur fera payer au centuple.

Les Jedi ne recherchent pas la vengeance.

C’était ce qu’il avait voulu répondre. Mais il n’était plus si sûr que ce soit vrai. Après tout… N’étais-ce pas précisément ce qu’il désirait, à présent ?

***

Sur la surface dévastée de Dagary Minor, deux silhouettes en armures ornementées parcouraient les décombres fumantes d’un ancien champ de bataille, désormais abandonné. Les deux avaient ôtés leurs casques, à présent que tous les soldats de la République avaient décampés, les laissant maître du champ de bataille. Le premier eut un petit sifflement admiratif en contemplant les vestiges des affrontements.

-Dis moi, Canderous, on dirait qu’ils se sont plus battus que d’habitude, en face…

Canderous, du clan Ordo, général Mandalorien et vétéran de dizaines de combats, se tourna vers l’un des rares hommes à le supplanter en autorité parmi les clans Mandaloriens, le bras droit de Mandalore lui-même et son meilleur stratège.

-Tu peux le dire, Cassus ! Ah, franchement, tu as manqué quelque chose… Ca faisait longtemps que je ne m’étais plus autant amusé ! On dirait que ces gamins commencent à s’endurcir un peu au contact de vrais guerriers. Et puis, il y a ces fameux Jedi, maintenant… Ils se battent bien, mais ils sont un peu tendres.

Cassus du clan Fett regarda son compagnon avec une trace d’envie. Diriger la flotte Mandalorienne était une tâche des plus honorables, mais pouvoir affronter ses adversaires en face à face, en ne pouvant compter que sur soi même, sentir son cœur battre à l’appel du combat, regarder la mort droit dans les yeux… Tout cela lui manquait. Enfin, la guerre n’était pas finie, peut être aurait il d’autres occasions…

-Mandalore sera satisfait. Et d’apprendre que notre croisade s’est emparée d’un nouveau monde, et de savoir que nos adversaires commencent enfin à valoir quelque chose.
-Ouais, c’est vrai… Je commençais à désespérer, pour être franc. Il n’y avait que peu d’honneur à écraser des enfants apeurés nous montrant plus souvent leur dos que leur visage. Mais là, on dirait que ça redevient intéressant.

Canderous Ordo tapota un sabre laser attaché à sa ceinture, son dernier trophée en date, frais de quelques heures à peine.

-J’espère avoir l’occasion d’en glaner quelques autres. Après tout, c’est maintenant que les réjouissances commencent…

Les deux Mandaloriens se fendirent d’un sourire entendu, avant de retourner célébrer la victoire avec leurs hommes. En attendant impatiemment la prochaine bataille…

***

extrait du rapport envoyé par le commandant suprême Revan au Sénat galactique


… rétrospectivement, je pense que la décision de défendre Dagary Minor était une erreur dès le départ. Nos effectifs ne nous permettent pas d’assurer une protection efficace de tous les systèmes menacés par l’ennemi. La victoire finale passera par un certain nombre de sacrifices douloureux, mais, je le crains, nécessaires. Tous nos efforts doivent se concentrer sur les systèmes étant indispensables à notre effort de guerre, au détriment du reste. Je comprends qu’une telle stratégie puisse sembler cruelle, et je compatis aux pertes qui seront occasionnées par cette nouvelle politique, mais notre survie est à ce prix. Nous pouvons vaincre les hordes Mandaloriennes, tout est question de volonté.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Dim 2 Déc 2007 - 16:24

Encore un long passage, plein d'action cette fois! Et très intéressant avec du suspens... J'ai bien aimé.

Vivement la suite!

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Lena le Dim 2 Déc 2007 - 16:38

Bon pour pas me répéter...très bon passage, j'aime beaucoup ^^
A quand la suite ? Rolling Eyes

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Sam 29 Déc 2007 - 19:16

Et voilà le chapitre 5 tout nouveau tout beau... Moins long que les précédents, mais fallait bien que je finisse par me calmer! En espérant que vous appréciez toujours...


Tales of the Old Republic : Chapitre 5 - Une promesse




Seldion, quatre mois après la bataille de Dagary Minor.


Le spatioport résonnait des voix joyeuses des soldats accueillant les équipages de la flotte, venus célébrer avec eux la victoire. La première vraie victoire de la République dans cette guerre. Après vingt jours de combats acharnés, les Mandaloriens avaient rembarqué leur force d’invasion, leur flotte se retirant de l’orbite de la planète considérée comme le joyau des mondes de la Bordure. Pour la première fois, les défenses de la République, soutenues par les Jedi « rebelles », avaient tenues bon. Déjà, les messages de félicitations fusaient des quatre coins de la Galaxie, et le chancelier suprême Cressa avait prononcé un long discours rendant hommage à l’héroïsme des combattants, tout en adressant ses félicitations personnelles à Revan pour ce premier succès, devant être appelé à précéder une longue série. Zian ne pouvait s’empêcher de trouver la situation terriblement ironique.

Ceux qui réclamaient sa tête il y a deux semaines le couvrent de louanges, à présent… Certaines personnes semblent vraiment avoir la mémoire courte.

De fait, Revan avait été officiellement accusé de haute trahison, après avoir volontairement cédé deux systèmes à l’avancée des Néo-Croisés de Mandalore, sans offrir la moindre résistance. Les protestations des délégués du Sénat, en particulier des représentants de ces mondes sacrifiés, et même d’une partie de la chaîne de commandement, n’avaient pas suffi à faire changer le nouveau commandant en chef de stratégie. Pour sauver Seldion, un monde vital de part ses chantiers de construction assemblant des nouveaux vaisseaux pour la flotte, Revan avait délibérément laissé sans défense deux autres planètes d’importance moindre, resserrant les lignes de la République afin d’assurer une résistance plus efficace. Et la tactique venait de porter ses fruits.

Mais à quel prix… Devrons nous abandonner deux mondes pour chacun de ceux que nous pourrons sauvegarder ?

Zian Harden avait encore en tête les images du bombardement de Ryloth, de Dagary Minor… Il avait également vu les enregistrements montrant les décombres des grandes cités de Serocco, après que Mandalore lui même ait ordonné un bombardement nucléaire massif pour anéantir les installations militaires situées dans des zones densément peuplées. Et il ne pouvait s’empêcher de penser aux habitants de ces mondes qu’ils avaient livrés à l’ennemi. Il avait beau savoir que tenter de défendre ces trois planètes à la fois aurait abouti à la perte des trois, la victoire n’en avait pas moins un goût amer. Le code Jedi s’accordait bien mal avec les exigences de la stratégie, parfois…

Un signal sonore arracha Zian à sa méditation. La foule de soldats se tut soudainement, dans l’expectative : Revan allait s’adresser à ses hommes. Une lumière bleutée s’éleva de l’holo-projecteur central, la silhouette du Jedi rebelle se détachant progressivement. Depuis qu’il avait rejoint le conflit, Revan avait abandonné ses robes de Jedi, comme pour symboliser sa rupture avec le Conseil de Corustant. Il ne portait pas non plus l’uniforme des officiers de la République. Au lieu de ça, il avait volontairement revêtu une armure mandalorienne prise à l’ennemi, dont les emblèmes censés indiquer le clan d’origine avaient été effacés, et qui avait été entièrement repeinte en noir. Son visage était dissimulé par un masque tout aussi noir, l’ensemble contribuant à forger ce qui était en passe de devenir la légende de Revan. Cette figure distante, semblant échapper au regard, mais qui était en train d’apparaître comme le sauveur de la République… Zian avait déjà assisté à plusieurs de ses discours, et il devait admettre que Revan était sans doute la personne la plus charismatique qu’il ait été amené à croiser, quand bien même il n’avait jamais vu son vrai visage. Il avait le don de transmettre sa confiance à ses hommes, à les galvaniser et à les pousser à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il leur avait rendu espoir quand la défaite semblait inévitable, au point qu’à présent, quand bien même la situation générale sur le front était déplorable, beaucoup avaient la conviction que ce n’était qu’une question de temps avant que le vent tourne. Et pour la première fois, cet espoir semblait s’être concrétisé.

-Défenseurs de Seldion, vos actions et votre dévouement ces derniers jours vous ont valu une reconnaissance éternelle de la part, non seulement des habitants de cette planète, mais de la République entière. Vous avez montré à la Galaxie que la défaite n’est pas une fatalité, et que nous, et nous seuls, écrivons notre propre destin. Toutefois, n’oubliez pas que cette victoire a été acquise dans la douleur, et au prix de sacrifices douloureux. Mes décisions ont provoquées la mort de millions d’innocents, et je devrais vivre avec ce fardeau sur la conscience le restant de mes jours. Mais ce poids, si écrasant soit il, est allégé par ma profonde conviction que ces morts ne seront pas inutiles. Grâce à votre courage, nous pourrons sauvegarder des milliards de vies, et épargner à la Galaxie de nouvelles tragédies. La route sera longue, jusqu’à la victoire finale. Nous devrons encore surmonter bien des épreuves, et endurer bien des douleurs. Mais je n’ai aucun doute quand à l’issue de cette guerre. Une fois encore, quels que soient les obstacles, nous triompherons !

Les acclamations et les vivats résonnèrent à travers le complexe, les soldats oubliant temporairement la fatigue et le stress accumulés durant près de trois semaines de combats ininterrompus. Les occasions de célébrations avaient été trop rares, ces derniers mois… Zian sursauta en sentant une main se poser sur son épaule, faisant soudainement volte face, pour se trouver nez à nez avec un visage connu. Solan Tor arborait un sourire ravi.

-Je vois que tu t’es enfin décidé à quitter les chambres de méditation pour aller botter quelques fesses, Zian !

Les deux amis se donnèrent l’accolade, heureux de se retrouver après une si longue période. Zian s’était souvent demandé si son ami avait survécu au début des combats dan lesquels les Jedi étaient engagés, et qui leur avaient tant coûté. Ce n’était que maintenant qu’il se rendait compte à quel point cette pensée lui avait pesé.

-Hmmm. Tu as l’air en forme, dis moi… Si l’on excepte l’odeur, les traces de sang sur ta robe, la graisse dans tes cheveux et les cicatrices sur le visage, bien entendu.

Solan émit un reniflement faussement méprisant.

-Ouais ? Puisque tu mets ça sur le tapis, on ne peut pas dire que tu sentes la rose, toi aussi.
-Aaaah, cela fait partie des sacrifices auxquels un Jedi doit consentir, j’en ai peur…

Solan se contenta de secouer la tête.

-Décidemment, tu ne changeras jamais. Content que tu aies fini par faire ce qu’il fallait, en tout cas.
-Ce qu’il fallait, hein…

Zian aurait aimé partager l’assurance inébranlable de son ami. Malgré toutes les raisons qu’il avait pour le faire, lui, ainsi que tous ceux étant venus au secours des armées de la République, avaient désobéi à un ordre direct du Conseil. Même si ce dernier ne s’était pas encore prononcé formellement sur leur cas, ils étaient officieusement vu comme des rebelles, et il y avait de bonnes chances pour qu’ils soient tous exclus de l’Ordre. Tout ça pour avoir suivi la voie de la Justice ! C’était une évidence, aux yeux de Zian. Ce que lui et ses camarades étaient en train d’accomplir était juste. Il ne parvenait simplement pas à comprendre par quel tour du destin l’Ordre s’était déchiré quand la marche à suivre semblait si évidente. Pour la énième fois, il se demanda ce que son maître, ainsi que les autres membres du conseil, avaient pu voir… Quels dangers pouvaient se cacher dans les replis de l’avenir pour tant les faire hésiter ?

-Au fait, tu sers sous quel commandement ?

L’attention de Zian se reporta sur son camarade.

- Je dépends d’Aelyn Diethel depuis deux mois… Je n’en avais jamais entendu parlé auparavant, mais je crois que j’aurais pu tomber sur pire, comme commandant.
- Hmmm… Je crois que je l’ai croisée il y a quelques années sur Dantoine… Une fille un peu distante, plutôt calme… Elle te ressemblait un peu, d’ailleurs. Pas étonnant qu’ils t’aient mis sous ses ordres !
-Je n’ai pas encore eu l’occasion de l’approcher d’assez près pour confirmer, elle a assez à faire pour ne pas devoir se soucier d’un Jedi de second rang… Mais elle a plutôt bonne réputation parmi les soldats, d’après ce que j’ai pu voir. Et toi, sous les ordres de qui vas-tu avoir l’illustre honneur de te faire trucider ?
-Ah, aucun risque ! Mais je suis avec la flotte de Malak. Un sacré gars, je dois dire… Je me débrouille bien avec un sabre laser, mais lui… Il est meilleur que tous ceux que j’ai vu jusqu’à présent, et pas qu’un peu. Et il ne manque pas une occasion d’aller partager un verre avec ses hommes à l’occasion. Sacrée descente, d’ailleurs, tant qu’on y est.

Zian ne put s’empêcher de sourire au dernier commentaire.

-Oh ? Je croyais que l’Ordre voyait d’un mauvais œil la consommation excessive de boissons alcoolisées ?
-Bon sang, Zian, tu devrais te lâcher un peu ! Ce n’est pas comme si ton maître allait venir jusqu’ici pour te faire la leçon !

Il ajouta d’un ton amer.

-Ce n’est pas comme si un seul maître allait venir jusqu’ici, d’ailleurs. Tous à rester sur Corustant, ou à l’abris dans leurs enclaves…

Il était vrai que les maîtres Jedi confirmés étaient une rareté parmi les « croisés », comme les Jedi partis en guerre aimaient à s’appeler. Revan et Malak eux même n’étaient que de jeunes chevaliers, bien que parmi les plus brillants de l’Ordre. Et leur appel avait surtout trouvé de l’écho parmi les padawans les plus âgés, ou au contraire chez les chevaliers fraîchement adoubés. Zian et se pairs se montraient ils trop impatients ? Ou au contraire étais-ce leurs aînés qui étaient trop attentistes et craintifs ?

Qu’ont-ils vus ? Qu’ont-ils vus qui puisse leur faire prendre le risque de voir la République disparaître ? Est-ce que nous ne sommes que des fous condamnés à l’échec ?

Cette pensée avait obsédé Zian ces derniers temps. Entre chaque bataille, à chaque moment de calme, il se la reposait encore et encore. Par moment, il avait l’impression d’être un simple pion, au destin déjà tracé, manipulé par des forces le dépassant… La perspective était tout sauf agréable. Solan connaissait trop bien son bien son ami pour ne pas remarquer son trouble. Il posa une main sur son épaule.

-Allez, je dois y aller. Tu verras, Zian. Nous allons gagner cette guerre, et nous serons tous les deux en vie pour voir ce jour. Ne te prends donc pas tellement la tête, et avance. Les choses ne sont pas si compliquées si on les prend les unes après les autres, tu sais.

Ce dernier fit un faible sourire.

-C’est une prédiction ?
-Une prédiction ? Pfff, je laisse ça au Conseil. C’est une promesse.

S’éloignant en faisant un petit signe de la main, il ajouta.

-Et un Jedi tient toujours ses promesses.

Quelques instants plus tard, il disparaissait dans la foule d’hommes en train de se disperser, rembarquant à bords des vastes frégates, prêts à être transportés vers un nouveau champ de bataille, laissant Zian seul pour quelques minutes.

Une promesse, hein ? Ca me convient.

Ces mots avaient atténués les doutes de Zian. L’avenir pouvait être changé, c’était une des premières leçons de tout apprenti. Rien n’était écrit à l’avance. Quels que soient les périls qui les attendaient, Zian pouvait se reposer sur une certitude. Jamais lui et les siens n’abandonneraient la lutte, et tant qu’ils restaient fidèles à eux-mêmes et à leurs idéaux, ils ne seraient pas vaincus. Ils étaient des Jedi, serviteurs de la Force et champions de la République, et ils forgeaient leur propre destin.



***



Extrait d’un discours de Mandalore l’Ultime, adressé à l’ensemble des clans mandaloriens, deux jours après la bataille de Seldion.


Voilà enfin ce que nous avons toujours souhaité ! Une guerre totale, contre les meilleurs qui soient. Un combat ou nous mettrions tout en jeu, face à des adversaires dignes de nous, une bataille qui fera trembler la Galaxie entière ! La mort n’a aucune importance. La défaite n’a aucune importance. La seule chose qui compte, c’est que nous restions fidèles à nous-mêmes et à notre honneur. Montrez vous dignes de vos ancêtres, honorez la voie du guerrier, et ensemble, marchons au devant de l’ennemi ! Soyez assuré que l’univers ne nous oubliera jamais, et que par nos actes d’aujourd’hui, nous vivrons éternellement.

Mando’ade ! Au combat !

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Lena le Sam 29 Déc 2007 - 19:36

Ooooooh le bô post ^^
Décidemment j'aime beaucoup cette fic, bien écrite et tout et tout...veux la suiteuuh ! Comment ça "écris avant de réclamer d'autre posts"...

_________________
"Nous étions entrés dans un endroit idyllique, par un après-midi merveilleux. Cela aurait été dommage de le maculer de sang, surtout si ce devait être le mien." (Corwin)

Règle n°1 : le MJ a toujours raison.
Règle n°2 : si le MJ a tort, se référer à la règle n°1.
avatar
Lena
Biologeek

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : Sur l'ombre Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Starman le Sam 29 Déc 2007 - 20:36

Bon parraitrai que j'ai pas posté de coms récemment. Bon évidemment tout ca est très bien et on sent la passion derrière. Donc , très bon post comme les autres.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 29
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Sam 29 Déc 2007 - 22:10

Très bon passage! Comme d'habitude. J'aime bien et j'ai hâte d'en lire plus^^.

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Sam 5 Jan 2008 - 0:07

Et un nouveau post avant la next gen (qui arrivera! un jour.). Comme il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud, je me suis dit qu'un peu de Star Wars ne pourrait pas faire de mal... Peut être pas mon post le plus inspiré, vu qu'il s'agit plus d'une vaste exposition, et je n'ai pas toujours été très heureux par ma manière de tourner mes mots ici, mais le résultat, j'espère, reste honnête.

(oh, et Starman: c'est pas que tu n'as pas posté récemment, c'est ton premier com ici^^)

Sur ce... Bonne lecture. Comme d'habitude, je vous invite à vous montrer critique si vous en ressentez le besoin, tout conseil visant à améliorer cette fic étant le bienvenu.

Oh, et j'ai encore du diviser le tout en deux parties. Apparemment, cinq pages words, c'est déjà trop. ^^



Tales of the Old Republic : chapitre 6 – Les hasards de la guerre



Quatrième lune de Yavin, troisième année de conflit


C’aurait dû être une promenade de santé. Une bouffée d’air frais avant d’être replongé dans l’enfer du front, avec ses duels d’artillerie, les charges sous le feu nourri adverse, les corps à corps sanglants, et le cortège de morts qui accompagnaient toutes ces actions… Rien de tout ça n’était prévu dans cette mission. On aurait presque pu parler de vacances. Mais à la guerre, les prévisions s’avèrent rapidement erronées, et les promenades de santé n’existent pas. Et maintenant, Zian en était certain, il allait mourir.

***

Il avait débarqué sur la lune de Yavin il y a deux semaines de cela, accompagnant un petit groupe de soldats et d’ingénieurs, avec pour mission de se mettre en quête de sites susceptibles d’accueillir une base militaire avancée, afin de bénéficier d’une tête de pont au sein d’un espace que la République ne pouvait guère prétendre contrôler. Différentes escouades furent larguées en différents endroits du globe, avant de se frayer un chemin à travers la végétation luxuriante afin de trouver d’éventuels emplacements adéquats, les officiers du génie se chargeant ensuite de déployer leur matériel pour dresser l’ébauche d’une station de communication. En l’occurence, la planète présentait deux avantages pour les plans de Revan : tout d’abord, elle était vide de tout habitant, ce qui laisserait le champ libre aux forces de la République pour agir. Deuxièmement, il s’agissait d’un ancien monde Sith, dont ils avaient été chassés durant la grande guerre d’il y a vingt ans. Néanmoins, les temples Massassis, bâtis il y a des temps immémoriaux par d’anciens esclaves des Sith, avaient été remis en état pour accueillir d’éventuels occupants, et la République comptait bien aujourd’hui récupérer les dividendes du travail de leurs anciens ennemis.

Les premiers jours furent paisibles. La jungle de Yavin comptait de nombreux prédateurs redoutables, mais rien dont ne puisse se débrouiller une colonne de soldats armés et appuyés par des véhicules blindés, quand bien même la plupart de leurs systèmes d’armements avaient étés retirés pour transporter le matériel nécessaire à la mission. La partie la plus difficile fut simplement de trouver des aires d’atterrissages au milieu d’une planète recouverte d’une jungle épaisse. Zian et l’escouade qu’il accompagnait durent marcher durant trois jours pour atteindre enfin l’emplacement désigné par l’Etat-major comme étant leur objectif. Les ingénieurs de la République se mirent immédiatement au travail, déployant des senseurs et des relais hyperespace, tandis que les soldats s’attelaient à former un périmètre défensif et à aménager une aire d’atterrissage improvisée pour faciliter le ravitaillement. Le travail de Zian et des autres Jedi avait été limité, se contentant de donner un coup de main occasionnel aux travaux, leurs capacités à soulever des objets lourds à l’aide de la Force étant assez appréciée des soldats, même si lui se sentait légèrement gêné à l’idée d’utiliser ses pouvoirs de façon aussi triviale. Un reste de son éducation au Temple, songea t’il, qui n’avait guère de raison d’être ici. Le travail n’avait peut être rien de glorieux, mais ça n’en diminuait pas son importance.

Puis Yavin devint un enfer. Une flotte Mandalorienne sortit de nulle part et engagea le combat avec l’escadre de la République restée en orbite. Pourquoi les Mandaloriens s’intéressaient à ce monde, cela dépassait Zian. Néanmoins, le fait qu’ils se manifestent à ce moment précis était une coïncidence un peu trop suspecte à ses yeux. L’ennemi leur était tombé dessus au pire des moments, ce qui laissait supposer qu’ils étaient parfaitement au courant de leur présence ici. Et fidèles à leur philosophie de guerre totale, ils avaient frappés fort. Très fort. La bataille spatiale dura moins d’une heure, la modeste escadre républicaine perdant dans l’engagement plus de la moitié de ses effectifs, avant que son commandant ne prenne la seule décision censée : celle de battre en retraite. Tant bien que mal, les vaisseaux s’étaient mis en position pour un Saut avant de passer en hyperespace, échappant de peu à l’anéantissement complet. Et scellant le destin de ceux qui étaient restés à la surface de la lune.

Les Mandaloriens déclenchèrent un bombardement massif des bases assemblées à la hâte par les forces de la République, contraignant les soldats à quitter ces espaces dégagés pour se replier dans la jungle, ou ils se retrouvèrent confrontés aux redoutables guerriers des clans, dans un environnement favorisant le combat à courte distance et les corps à corps. Et dans ce domaine, même avec l’aide des Jedi, la République était désespérément surclassée. En cinq jours, neuf des treize groupes tactiques avaient été anéantis. Le groupe de Zian semblait avoir eu la « chance » d’avoir été gardé parmi les derniers. Ils étaient parvenus à gagner une position plus défendable, néanmoins, en rejoignant les contreforts d’une des chaînes de montagne du continent. Ils étaient là relativement à l’abris des frappes aériennes, tout en ayant un seul front à couvrir, avec une visibilité correcte, leur permettant de tirer au mieux parti de leur puissance de feu. Bref, l’endroit idéal pour un dernier carré désespéré.

***

-Reconfigurez moi ces tourelles, bon sang ! Nous n’avons pas l’éternité devant nous !

Le commandant Krueger pesta contre l’incompétence des techniciens habitués à travailler par simulations derrière leur bureau plutôt que sur le terrain. Alors même que la situation était critique, il n’avait vraiment pas besoin de leurs perpétuelles démonstrations d’incapacité à se servir efficacement du matériel dont ils disposaient. Son unité avait en sa possession plusieurs tourelles démontables automatisées, mais ayant été programmées pour abattre d’éventuels prédateurs, et dont le système de sécurité interdisait l’emploi contre les cibles à forme humanoïdes, « pour éviter les accidents malencontrueux ». Si le peu de moyens de défenses dont il disposait refusait de fonctionner correctement…

Le pire, et il en était pleinement conscient, c’est qu’à terme, cela ne changerait rien. Tourelles ou pas, son unité était condamnée. Sans moyens de quitter la surface de Yavin, ce n’était qu’une question de temps avant que les Mandaloriens ne viennent les écraser. Et si sa position actuelle lui offrait un lieu facile à défendre, la cuvette dans laquelle il avait choisi d’établir des fortifications rudimentaires interdisait en contrepartie toute retraite… Un seul moyen d’arriver, un seul moyen de sortir. Et dans quelques heures, les « têtes de seau » viendraient leur barrer la voie. Il se tourna vers l’officier radio, maintenant malgré la situation une discipline sans failles.

-Avez-vous des nouvelles des autres unités sur Yavin ?
-Les Mandaloriens ont brouillés nos communication il y a quelques heures, commandant. Aux dernières nouvelles, les quatrième et septième unités battaient toujours en retraite à travers la jungle. Et la onzième venait d’engager le combat contre des éléments avancés de l’armée ennemie.

Une manière optimiste de dire que ces maudits Mandies ont fini par leur mettre le grappin dessus.

A soixante-cinq ans, Krueger avait espéré que le plus dur appartenait au passé. Il avait servi durant la grande guerre contre les Sith, et avait affronté les armées d’Exar Kun, d’Ulliq Qel Droma et leurs alliés Mandaloriens. C’était sur ces champs de batailles qu’il avait gagné ses premiers galons. A la fin de la guerre, il était resté dans l’armée, participant à quelques opérations de maintien de l’ordre, traquant des gangs de pirates disséminés à travers la Bordure… Et alors qu’il envisageait de prendre sa retraite et de se consacrer à sa famille, voilà que les Mandaloriens choisissaient ce moment pour lancer une offensive générale sur la République. Et maintenant, après avoir échappé à l’enfer sur Erès III, Surjaa et Dagary Minor, il allait selon toute vraisemblance mourir sur une planète perdue, loin de toute civilisation, dans une bataille qui ne sera probablement qu’une ligne dans les notes d’histoire. Ce n’était pas la fin qu’il avait espéré, ni pour lui, ni pour les hommes qu’il dirigeait depuis des années. Ainsi en avaient voulu les hasards de la guerre.

-Je veux que vous me nettoyiez cette lisière. Utilisez les canons des blindés si il le faut, mais dégagez moi ces foutus arbres !
-Mais… commandant, ça va guider les Mandaloriens droit sur nous !
-Ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne nous trouvent, de toute manière. Et au moins, on les verra arriver, et on pourra les accueillir comme il se doit. Allez, exécution !

La stratégie standart dans la situation dans laquelle son unité se trouvait était simple : s’enterrer, et tenir jusqu’à l’arrivée d’éventuels renforts. Dans le cas présent, néanmoins, il valait mieux ne pas trop compter sur une aide extérieure. Il faudrait plusieurs jours aux débris de l’escadre pour rejoindre la flotte et revenir avec une force susceptible de les débloquer. Et surtout, il n’était pas certain que la République envoie quiconque au secours d’une poignée de soldats sur un monde sans grande valeur stratégique. La guerre faisait rage sur des dizaines de mondes, et le drame qui s’apprêtait à se jouer ici n’allait avoir qu’une influence très mineure sur la suite des opérations… Néanmoins, Krueger était bien déterminé à faire son possible pour servir une dernière fois la cause pour laquelle il se battait. Ils étaient peut être tous condamnés, mais au moins, ils pouvaient encore essayer d’emporter un maximum d’ennemis avec eux.

Oui, songea t’il ; ce serait une bonne manière de quitter la scène.

***


Dernière édition par le Sam 5 Jan 2008 - 0:09, édité 1 fois

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Macros le Sam 5 Jan 2008 - 0:08

(deuxième partie)


***


Zian profitait du bref sursis qui leur était accordé pour une dernière séance de méditation. Les soldats de la République achevaient les derniers préparatifs pour monter des défenses dignes de ce nom. Ils s’appliquaient maintenant à creuser des tranchées improvisées, l’ouvrage étant rehaussés par des plaques de métal servant de blindage sommaire. Le jeune Jedi savait néanmoins qu’il ne s’agissait que des derniers efforts d’hommes condamnés. Tout le monde en était conscient, même si personne n’osait l’évoquer à voix haute. Mais la Force lui transmettait ce sentiment diffus de désespoir et d’amertume. Et de colère. Même après vingt ans, ce monde portait encore la marque des Sith. Il en avait ressenti l’influence corruptrice lorsqu’ils étaient stationnés au temple Massassi. A présent, l’impression était plus diffuse, mais toujours présente. Il s’en était d’abord inquiété, mais à présent, ça n’avait plus guère d’importance.

Il jeta un coup d’œil aux quatre compagnons Jedi l’ayant rejoint pour un dernier moment de recueillement avant la bataille. Elora Dalt et Yorak Thor étaient les seuls rescapés avec lui des six Jedi qui s’étaient engagés le même jour dans la guerre pour sauver la République. Les avaient rejoints deux autres humains, l’un répondant au nom d’Arthan Dryll, qui a en juger par ses cicatrices, avait vu plus que son lot de batailles. L’autre, assez distant, se nommait Jon Antilles. Alors que le premier se montrait volontiers affable et bon vivant, aidant ses cadets à surmonter les épreuves du feu, l’autre se montrait plus détaché, au point de devoir lui arracher les mots de la bouche. Zian songea qu’il aurait pu avoir pire compagnie pour ces dernières heures avant de rejoindre la Force. Une toux discrète arracha les cinq Jedi à leur veillée silencieuse. Un soldat se tenait nerveusement dans l’embrasure de la tente.

-Excusez moi, maîtres Jedi… Ils arrivent.

***

La première attaque des Mandaloriens fut contenue plutôt aisément. Elle était apparemment le fait de jeunes éclaireurs impatients d’en découdre, et ayant escomptés une victoire facile sur un adversaire en déroute et au moral brisé. Une dizaine des leurs payèrent de leur vie cette erreur de jugement, avant que les rescapés ne se retirent prudemment, attendant les renforts. Krueger en profita pour inspecter une dernière fois ses défenses. En plus de la centaine d’hommes et des cinq Jedi, les ingénieurs avaient fini par déployer cinq tourelles de défense, et deux blindés lourds faisaient à la fois office de bunker et de plate forme de tir. De quoi offrir aux « têtes de seau » quelques maux de tête avant qu’ils ne viennent tous les massacrer, estima t’il. Il fut surpris de voir que ces derniers leur laissaient un sursis inattendu, comme le soleil commença à décliner sans que ces derniers ne reprennent l’offensive. Une attaque nocturne massive paraissait peu probable, mais il doubla néanmoins les tours de garde, craignant que leurs ennemis ne mijotent quelques mauvaises surprises à leur égard… Cette nuit, Krueger eut bien du mal à trouver le sommeil.

***

Zian fut réveillé en sursaut par le son d’une détonation. Il ne lui fallut que quelques instants pour être pleinement éveillé, sabre en main, à la recherche du danger… Il ne put que mesurer l’ampleur du désastre. L’un des deux chars blindés, sur lesquels reposaient en grande partie leur défense, gisait sur le côté, éventré par des charges explosives. Activant son arme, il courut sur les lieux de la détonation, tandis que le camp passait en état d’alerte.

Qu’est ce qui s’est passé ? Comment des saboteurs ont-ils pu pénétrer jusqu’ici ?

Il eut sa réponse en percevant du coin de l’œil un scintillement lumineux à peine visible, à quelques mètres sur sa gauche. Se jetant en arrière, il sentit le souffle d’une lame frôler sa joue, tandis qu’un guerrier mandalorien en armure grise apparaissait dans un éclair de lumière. Des générateurs de furtivité. Ces équipements étaient particulièrement rares et onéreux, et encore à l’état expérimental. Et apparemment, les chefs de guerre Mandaloriens avaient décidés que Yavin servirait de laboratoire grandeur nature. Une dizaine de guerriers apparurent à la lueur des flammes, ouvrant le feu sur des soldats sous le choc. Néanmoins, les Républicains se ressaisirent rapidement, contre-attaquant en nombre pour tuer la menace dans l’œuf. Zian se débarassa rapidement de son adversaire d’un revers de lame, avant de plonger au cœur de la mélée, soutenu par Yorak Thor, le jeune Iridonien, le visage transfiguré par une résolution implacable, une colère froide à l’idée de combattre ceux qui avaient ravagés son monde natal. En quelques minutes, tous les assaillants gisaient morts, sans qu’aucun n’ait esquissé de geste pour battre en retraite. Zian aperçut le commandant Krueger, venu constater les dégâts. Ce dernier eut une moue dégoûtée à la vue du blindé en flammes.

-Les chuttas. Ils viennent de nous priver d’une sacrée puissance de feu en un seul coup.

Il se tourna vers Zian.

-Combien de saboteurs, Jedi ?
-Un peu plus d’une douzaine en tout, commandant. Ils avaient des générateurs de camouflage.

L’officier poussa un nouveau juron.

-Il ne manquait plus que ça. Des pertes humaines ?
-Cinq morts et huit blessés, dont deux grièvement.
-C’aurait pu être pire…

Zian ne put s’empêcher de l’interroger.

-Commandant… Si le gros de leurs forces avait attaqué maintenant, ils avaient de bonnes chances de nous balayer… Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?

Il eut un profond soupir comme réponse.

-Les Mandies ne pensent pas comme nous, fiston. Ils ne voient rien de déshonorant dans ce genre de raids suicides, mais ils recherchent avant tout une confrontation directe, sans détours ni tromperies. En l’occurrence, ces putains de psychopathes ont juste estimés que nous faire sauter une partie de nos défenses ajouterait du piment à l’action… Peuh ! Je suis sûr qu’ils voudraient qu’on les remercie, en plus.

Il fit une pause, laissant son regard vagabonder vers les lueurs des bivouacs de leurs ennemis, qu’on pouvait percevoir à travers la végétation, avant de reporter son attention sur Zian.

-Allez dormir, mon garçon. Vos talents au sabre risquent de nous être utiles demain. Ca va être une dure journée… A l’aube…

A l’aube, ils attaquèrent.


***


… Nombre de sénateurs considèrent que le conflit actuel nous opposant aux Mandaloriens, a marqué la faillite des services de renseignements de la République. Leurs informations concernant les plans de l’ennemis, les forces en présence ou même les probabilités de succès ou d’échec d’une mission, se sont révélées au mieux imprécises, au pire totalement erronée. Néanmoins, ce que ces gens ne comprennent pas, c’est que de telles erreurs sont inévitables. Les conflits à grande échelle sont par essence imprévisibles, et amènent toujours leur cortège d’erreurs de jugement, pouvant entraîner les morts de milliers de combattants ou de civils. Les meilleurs stratèges ne sont pas ceux qui sont capable d’élaborer des plans grandioses, mais ceux qui ont la capacité à saisir le sens dans lequel le flux des évènements s’écoule, et à s’adapter rapidement à ce qu’on pourrait appeler les hasards de la guerre.

Extrait des mémoires de Saul Karath, amiral de la République

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 31
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Mélanie Mustang le Sam 5 Jan 2008 - 8:26

Un passage for intéressant où l'on voit une nouvelle tactique des Mandies... Hâte de voir comment Zian et son équipe vont s'en sortir^^

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Starman le Sam 5 Jan 2008 - 9:45

Intéressant intéressant (ho, un deuxième post^^, étrange). Bon, tout ca est très bien, bien long et tout. Hate de voir quel coup de pot monstrueux sortira les gentils de leur position inconfortable^^.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 29
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Star Wars : Tales of the Old Republic

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum