L'Antre des Gamers

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Antre des Gamers

Message par Starman le Mar 24 Jan 2012 - 17:56

On avait les livres, la musique, les films. Moi j'lance le sujet sur les jeux vidéos. Pasque j'suis un ouf, même que ouais.
Bon, personnellement, je vais utiliser ce topic pour évoquer un certain nombre de jeux que j'apprécie particulièrement à travers une série de textes, pas vraiment des tests, ni rien de bien précis, mais des textes de présentation en quelque sorte. Un peu comme les Chroniques de l'Infâme, mais sans l'Infâme^^. Bien entendu, si jamais vous voulez faire la même chose, ou juste parler jeux vidéos vite fait, vous êtes la bienvenue.


1) Eternal Darkness


« Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing, doubting.. »
Edgar Alan Poe
Pour cette première tentative, je vais évoquer avec vous un jeu relativement méconnu, et c'est un tort. Sorti sur Gamecube en 2002 (soit peut après la sortie de la console), Eternal Darkness est un survival horror édité par Nintendo (vous savez, Mario, Pokemon, Wii Sports....) et développé par une boîte nommée Silicon Knights (vous savez,.....heu.....Mais si, là heu.......Non rien). Pour ceux qui l'ignorent, le survival horror est un genre de jeu inspiré des films qui font peur, dans lequel on incarne un personnage devant survivre dans un environnement hostile, composé principalement de zombies, dinosaures, et autres joyeusetés intuables. Lancé par la célèbre licence française Alone in The Dark( cocorico), le genre connaîtra son essor avec la sage des Resident Evil. Mais, bien que restant similaires sur un certain nombre de points avec le maître à penser, Eternal Darkness se détache de son modèle sur un grand nombre d'éléments, en s'inspirant fortement de Lovecraft.
Le jeu nous propose d'incarner Alexandra Roivas, une jeune étudiante dont le grand père (et seule famille restante) vient de se faire assassiner dans de mystérieuses circonstances. En effet, aucune traces d'effractions, alors que le crime a été particulièrement violent (la tête ayant disparu dans la bagarre). Perplexe, et n'ayant aucune forme d'indices, la police décide de classer l'incident, laissant une Alexandra choquée et atterrée déterminée à découvrir le moindre indice lui révélant la vérité. Cherchant dans le manoir, elle découvre un mystérieux manuscrit, fait d'os et de peau humaine séchée, intitulé « Le Livre des Ténèbres Éternelles », auquel son grand père semblait particulièrement s'intéresser. Curieuse, Alex commence la lecture du livre, inconsciente du danger qui la guette.
Dans la pratique, le joueur devra guider Alex à travers le manoir, afin de retrouver les divers morceaux du manuscrit qui y ont été éparpillés. Une fois un fragment trouvé, elle peut entamer leur lecture. Chaque chapitre du livre constituent autant de « niveaux » pour le joueur, et racontent le sort de divers individus et leur rencontre fortuite avec des êtres mystérieux connus sous le nom d'Anciens. Ainsi, l'on incarnera un centurion romain en mission, un page à la cour de Charlemagne, un architecte venisien réduit en esclavage et chargé d'examiner de mystérieuses ruines.....au total , une dizaine de personnages sont à découvrir. Certain sont des guerriers, nobles et courageux. D'autres sont des médecins ventripotents, ou des savants à la santé fragile. Le ton du jeu reste toutefois très pessimiste, dans la pure tradition de Lovecraft, et au final, rares sont ceux qui ressortent indemnes de l'expérience. Évitez donc de trop vous attachez à ces charmants personnages. Ou plutôt, si, faîtes le : c'est plus fun comme ça.
Le Livre des Ténèbres Eternelles n'est cependant pas juste un prétexte pour explorer de nombreux niveaux à des périodes différentes. En effet une fois qu'un personnage mettra la main sur l'ouvrage, il lui sera possible d'apprendre des sortilèges grâce au système de runes. Pour résumer (sinon on en a pour des heures), le joueur devra découvrir des runes lui permettant, une fois combinées, de lancer divers sortilèges en puisant dans l'énergie des Anciens. Il pourra ainsi enchanter des objets, créer des champs de force...Mais, pour que le sortilège marche, il devra invoquer un Ancien spécifique , ces derniers étant au nombre de trois : Chatturg'hah l'Ancien de la Chair (force rouge), Ulyaoth l'Ancien de l'Âme (force bleue), et Xellot'hah l'Ancienne de l'Esprit (force verte)..... A moins que que soit Xelhotah ?
Cet alignement a deux utilités : d'abord, il existe une hierarchie entre les Anciens, semblables au jeu du janken : force rouge bat force verte, qui bat force bleue, qui bat force rouge. Pour tuer une créature de force bleue, il vaut mieux enchanter son arme avec un sort de force verte. L'alignement peut également modifier l'effet du sortilège. Ainsi, un sort de soin avec force rouge vous rendre des points de vie, tandis que force bleue vous rendra votre mana, laissant à force verte le soin de votre....santé mentale.
Car c'est là le gros morceau du jeu, LE machin qu'on voyait dans toutes les pubs. Eternal Darkness est le seul jeu où la peur des héros est un élément de gameplay. En pratique, chaque fois qu'un monstre vous regarde dans les yeux, la jauge de santé mentale de votre héros baissera automatiquement. Si cela se produit alors qu'elle est déjà vide, votre personnage perdra de la vie , rendant ainsi théoriquement possible de littéralement mourir de peur. Mais surtout, avoir une santé mentale basse donnera à votre personnage des hallucinations. Et je peux vous dire, mes cocos, que les développeurs sont sont lâchés. Dès que la jauge baisse suffisamment, les choses partent en cacahuètes : la caméra devient bancale, vous entendez des hurlements, des bébés qui pleurent, et des rires inquiétants. Puis, le sang se met à couler des murs, sans aucune raison. Votre personnage commence à marmonner des trucs incohérents sur un ton psychotique , quand il ne pleure pas de terreur. Et soudainement, alors que vous venez d'entrer dans une pièce, vous vous enfoncez dans le sol. Trèès lentement, alors que vous avez toujours le contrôle de votre personnage. Vous paniquez, tentez de le sortir de ce traquenard, mais rien n'y fait. Votre héros vient de disparaître sous le plancher, voué à une mort certaine. Puis, un grand flash. Vous n'étiez jamais entré dans la pièce.
En fait, il est assez difficile de décrire toutes les hallucinations que l'on trouve dans ce jeu. Cela peut aller de votre personnage qui explose alors que vous lanciez un sortilège, à des zombies qui ne sont pas vraiment là, tout en passant par le jeu qui fait semblant d'effacer vos sauvegardes. En général, votre personnage finit par retrouver ses esprits, chassant les visions d'un « This. Isn't. Really. Happening » qui, selon les personnages, se situe entre la voix calme et posée du personnage qui essaie de se persuader au hurlement hystérique. Pour tout vous dire, j'ai fini ce jeu six fois, et j'en découvre encore des nouvelles à chaque partie.
Il y' aurait encore beaucoup de choses à évoquer, comme la possibilité de locker les parties du corps des ennemis, ou encore le fait qu'il existe trois parcours semblables mais différents au cours du jeu, mais il faut bien s'arrêter quelque part.
Le jeu n'est certes pas dépourvu de défauts. Il est assez court (disons une dizaine d'heures la première fois, 5 si vous êtes un barbare qui connaissez par cœur toutes les énigmes et ne cherchant pas à profiter de l'ambiance), et les graphismes sentent un peu le début de la Gamecube. Cependant, il n'en reste pas moins une expérience assez unique, misant plus sur une atmosphère oppressante que sur les « jump scare » des grands classiques du genre, et que je ne peux que recommander à tous ceux qui auront l'occasion de s'y essayer. Dans le noir. Seul. Le son à fond.
….
Enjoy^^.

«  MAY THE RATS EAT YOUR EYES ! I AM NOW LOST TO YOUR CAUSE ! THE DARKNESS COME ! IT WILL DAMN US ALL !!!! »
Maximilian Roivas, éminent médecin du XVIIIè siècle

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Mar 24 Jan 2012 - 19:25

Oh, en voilà un topic intéressant. Durant quelques moments de désœuvrement, je caressais l'idée d'ouvrir un sujet à base de jeux alphabétiques, mais je crois que je préfère ta combine.

Eternall Darkness... J'en ai souvent entendu parlé (en partie par toi, d'ailleurs), et généralement en bien. Et il faut bien dire que tu nous le vends plutôt bien. Ensuite, je dois bien avouer ne pas être très familier du genre Survival Horror : j'ai vaguement touché à un ou deux Resident Evil (qui, semble t-il, s'éloignent un peu de leurs racines, quand même), et un peu joué à FEAR (même pas sûr que ça soit vraiment considéré comme un Survival Horror, plus un jeu d'action avec des éléments d'angoisse).

Quoi qu'il en soit, un premier exposé intéressant. Je vais un peu réfléchir à ma contribution au topic, le temps que je me fixe pour un jeu. Il y a de bonnes chances que ce soit un Bioware. Wait and see...

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Mar 24 Jan 2012 - 22:09

Alphabétiques....pourquoi pas hein.^^
Oui, j'ai du t'en parler. Content de voir que je t'ai intéressé, en tout cas.
A la relecture, je me rend compte qu'il y'a pas mal de trucs que j'ai pas trop évoqués, que ce soit niveau qualité ou défauts. Bah, on peut pas parler de tout, comme on dit.
Bon, en complément, voila un début de walkthtough, histoire de donner une idée de à quoi ca ressemble.



http://www.youtube.com/watch?v=h7qXPyr-FSs

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Heg le Mer 25 Jan 2012 - 17:35

Monsieur, monsieur, comment on peut y jouer si on a pas de Gamecube ?

_________________
"Allow me to say you've got a nice little buttock !"
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Mer 25 Jan 2012 - 17:46

On y joue pas, si on a pas la Gamecube^^.
Non, plus sérieusement, je m'y connais pas trop, mais il doit exister des émulateurs pour le PC (faut une manette par contre).
Sinon, heu.....si t'as une Wii, elle accepte les jeux Gamecube?^^.....faut une manette de Cube dans tous les cas

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Mélanie Mustang le Mer 25 Jan 2012 - 18:26

J'avoue que ça donne envie d'y jouer!!! Mais j'ai jamais touché une gamecube de ma vie... Un jour, quand j'aurai des sous et les dernières consoles sorties, je chercherai peut-être un moyen de me procurer celle-ci...

Moi aussi, je vais réfléchir à un jeu à présenter...

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Dim 5 Fév 2012 - 11:27

Bien, à mon tour de me jeter à l'eau...

2) Mass Effect

Nous sommes en 2183. Quelques décennies plus tôt, l’humanité s’est lancée à la conquête des étoiles, pour découvrir qu’elle n’était pas seule. A présent, l’Alliance humaine cherche à faire ses preuves au sein des multiples espèces qui peuplent la Galaxie, rassemblées sous l’égide du Conseil, qui se charge de maintenir, bon gré mal gré, la paix entre les différentes puissances. Cette tranquilité relative vole en éclat lorsqu’une colonie humaine est victime d’une attaque surprise des mystérieux Geth, race synthétique étant demeurés durant 500 ans dans un isolement complet, avec à leur tête un agent renégat du Conseil, connu pour son humanophobie. Au cœur de la tourmente, le commandant Shepard, officier de l’Alliance, se retrouve chargé de traquer Saren Arterius, une quête qui le fera sillonner la galaxie, et prendre progressivement conscience de la véritable menace. Ce n’est rien de moins que la survie de toutes les races connues qui est en jeu…

Je ne vais pas épiloguer sur le gameplay. A mi-chemin entre le jeu de rôle et le jeu de tir à la troisième personne, il reprend la plupart des points forts des titres made in Bioware : un personnage customisable de pied en cap (seul le nom de famille ne bougera pas), une intrigue prenante et rythmée, un casting de compagnons d’armes hauts en couleur, une jauge de karma remplaçant les alignements chers à D&D (ici, conciliation et pragmatisme)… Quelques nouveautés notables, cependant. D’abord, les dialogues de Shepard sont entièrement doublés, une rareté dans le cadre de conversations à choix multiple , le joueur ne choisit plus sa tirade au mot près, mais sélectionne une orientation générale à la conversation (ce qui n’est pas exempt de tout défaut, et rien de plus agaçant que de découvrir trois options pour dire, au final, exactement la même chose, parfois). Ensuite, le mélange jeu de rôle / jeu de tir, agrémenté de phases de conduite, est un peu déconcertant au départ, mais le rythme se prend finalement rapidement.

Mais le principal point fort du titre, c’est la richesse de son univers, vraiment fouillé et développé. Un soin particulier a été apporté aux races aliens, même si on échappe rarement aux « extraterrestres humanoïdes » (à quelques exceptions près), avec une bonne dizaine de races jouant des coudes sur la scène galactique. La politique viendra d’ailleurs bien souvent se mêler à la route de Shepard, soumis aux pressions de l’Alliance et du Conseil.

Enfin, à noter qu’il s’agit du premier volet d’une trilogie dont Shepard est le personnage principal (le troisième opus sortant au mois de mars). Je parlerais sans doute ici du deuxième épisode, mais le point intéressant, c’est que chaque choix, chaque quête résolue a des répercussion sur la suite, allant de la simple réapparition dans le deuxième jeu de PNJ à qui on aurait pu filer un coup de main, à une modification en profondeur de la façon dont la galaxie est gouvernée. Sans parler d’influencer sur la façon dont le personnage principal est perçu, ce qui aura certainement son importance dans le dernier volet de la série.

Bref. Le jeu est maintenant un peu vieillissant (il n’y a pas à dire, la 3D moyenne supporte bien moins le poids des ans qu’une 2D de bonne qualité), mais reste très immersif, et un excellent moyen d’introduction à une saga particulièrement prenante. A essayer, en attendant que je vous parle du second.

Et pour la route, le trailer officiel du premier jeu ici


Dernière édition par Macros le Lun 6 Fév 2012 - 15:19, édité 1 fois

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Dim 5 Fév 2012 - 13:16

Ha, quel plaisir de voir une initiative que l'on a lancé poursuivre son petit chemin.^^
Ca a l'air vraiment sympa effectivement. Bien que j'ai un peu lâché le PC, faudra que je m'y essaie un jour. En tout cas ca change du shoot de base qui est trop souvent l'appanage de la 1è personne.
Si je peux me permettre une suggestion, je pense que ce serait pas mal, de façon générale, de mettre des screenshots ou des liens vers des vidéos pour donner un apperçu de ce que ca donne (moi je l'ai fait avec du retard).

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Lun 6 Fév 2012 - 15:20

C'est ma foi vrai. J'ai édité mon post pour y coller le trailer officiel, ne trouvant pas grand chose d'autre. Graphiquement, en tout cas, c'est ça.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Sam 19 Mai 2012 - 21:48

2) Majora's Mask


« Sur la terre d'Hyrule résonne l'écho d'une légende. Cette légende nous conte l'histoire d'un garçon qui, après avoir combattu le Mal et sauvé Hyrule, disparut de ce royaume qui l'avait élevé au rang de légende vivante... »

Je pense que la plupart d'entre vous le savent, je suis un grand fan des Zelda. J'ai découvert la série avec Ocarina Of Time (qu'à l'époque, j'appelais Zelda 64 comme tout le monde) sur la Nintendo 64 alors que je n'étais pas encore au collège. Ça a été un choc pour moi. C'était......Pour moi, c'était un jeu d'aventure, j'avais l'impression que, si jamais un vrai aventurier avait du exprimer son expérience dans un jeu, cela aurait donné Zelda. L'exploration, les combats à l'épée seul contre des monstres, les objets à récupérer qui servaient à avancer dans la quête, les donjons remplis d'énigmes et de créatures belliqueuses, les quêtes secondaires....j'adorais tout. Aussi, lorsque j'ai appris qu'un deuxième opus allait sortir sur la N64, j'étais surexcité. Une fois le jeu en ma possession, j'ai mis la cartouche dans ma console, prêt à revivre l'expérience épique mais relativement bon enfant du précédent, et.....et je ne m'étais pas préparé à ça, pour tout vous dire.
Mais commençons par le début.
Majora's Mask est la suite directe de Ocarina (et non, ce n'était pas évident). Après sa victoire contre le vil Ganondorf, Link l'enfant aventurier part pour une quête aux objectifs mal définis (le jeu parle vaguement d'un ami qu'il recherche, mais là n'est pas la question). Fatigué sur sa jeune jument, inattentif, il tombe dans une embuscade tendu par un mystérieux garçon masqué et ses deux fées. Pris par surprise, il est impuissant devant l'assaut et se fait dérober non seulement son cheval, mais surtout l'Ocarina du Temps, trésor de la Famille Royale Hylienne qui lui avait été remis par la Princesse Zelda dans la préquelle. Pour tout arranger, le garçon masqué, un garnement aux pouvoirs mystérieux nommé Skull Kid, lance une malédiction sur notre jeune héros qui se retrouve transformé en Peste Mojo (petite créature faite de bois qui, malgré quelques compétences parfois utiles, est plutôt du genre pitoyable). Partant à la poursuite du garnement, il rencontre un mystérieux vendeur de masques, qui lui explique que ce dernier lui a dérobé un masque très rare et qu'il aimerait que vous le récupériez pour lui. Par contre, il insiste pour que la tâche soit accomplie en moins de 3 jours. Cela aurait-il un rapport avec cette Lune qui se rapproche de façon inquiétante de la paisible ville de Bourg Clocher?
Le jeu se distingue de ses confrères sur deux grands concepts. Le premier est le temps. Comme vous l'aurez compris, Link a moins de trois jours pour accomplir sa mission, sans quoi la Lune s'écrasera, tuant tout sur son passage. En temps de jeu, trois jours correspondent à une grosse heure . A priori, on est loin de l'aventure épique que cela laissait présager. Oui, sauf que non. Après un premier jeu de trois jours, Link parvient à remettre la main sur son ocarina, et découvre que ce dernier lui permet.....de remonter trois jours plus tôt (il s'agit d'ailleurs de la seule vraie façon de sauvegarder le jeu). A l'instar du film « Un Jour sans Fin », le Héros de la Légende devra revivre en permanence les trois mêmes jours jusqu'à ce qu'il parvienne à sauver la contrée de Termina. Cela a deux conséquences sur le jeu. La première est que le joueur est toujours relativement pressé, et ne perdra pas son temps à admirer le paysage. Ici, il faut accomplir ses objectifs avant la fin du temps imparti, ou c'est le game over. Cela pourrait sembler frustrant, mais la mécanique admirablement huilée du jeu permet au joueur d'avancer petit à petit, puis d'utiliser toutes sortes de raccourcis pour revenir là où il s'était arrêté en un minimum de temps. Bref, du grand art. La deuxième conséquence concerne les PNJ. Il est toujours assez frustrant de se rendre compte que ces derniers n'ont pour ainsi pas de vie propre, et se contentent de rester au même endroit à ne rien faire. En même temps, une telle passivité est plus que compréhensible, tant il est difficile de programmer un comportement crédible pour ces personnages sur le long terme. Majora's mask supprime cette difficulté.... en supprimant le long terme. Après tout, ces personnages ne sont censés exister que pendant 3 jours. Ainsi, chaque personnage a son propre emploi du temps durant ces trois jours. Par exemple, le facteur récupère les lettres dans les boites aux lettres vers 10 heures, avant d'effectuer sa livraison en début d'après-midi, après quoi il retourne à son bureau s'entraîner à la « course mentale » (qui constitue d'ailleurs un mini jeu pour notre ami Link).Le jeu utilise cette notion à son paroxysme pendant les quêtes secondaires. Ainsi, l'une d'entre elles demander au joueur de parler à la tenancière de l'auberge en début d'après-midi, après quoi elle vous donne rendez-vous dans son auberge vers 23h, et vous demande de mettre une lettre à la Poste. Après quoi, il faudra suivre le facteur durant sa tournée en début d'après midi du second jour pour découvrir où habite le destinataire de la lettre( c'est une longue histoire). Le tout en portant un masque spécifique.
Car la deuxième particularité du jeu, ce sont les masques. Les porter peut avoir toutes sortes d'effets. Certains d'entre eux vous transforment (en Mojo, en Goron....), d'autres vous donnent des pouvoirs spécifiques (le Masque du Lapin vous fait courir plus vite, le masque de Pierre vous rend tellement inintéressant que vous en devenez invisible...), et d'autres vous permettent simplement d'accéder à certains lieux, ou de faire réagir certaines personnes (certaines quêtes secondaires ne s'activant que si le joueur possède le bon masque). On notera d'ailleurs la séquence de transformation lorsque Link utilise un des masques à cet effet. A peine le masque posé sur son visage que le jeune hylien commence à se convulser, poussant des gémissements de surprise, avant de hurler de douleur tandis que la masque ne fait plus qu'un avec sa peau. Un brin perturbant.
Perturbant est d'ailleurs le bon terme pour définir ce jeu. Derrière son aspect disons, grand public, le jeu utilise chacune des innovations pré-citées pour créer une impression de malaise chez le joueur. Les masques qui vous transforment en créatures cools aux pouvoirs bien utiles? Ils contiennent les âmes de personnes mortes (que Link rencontre juste avant leur mort) et vous permettent d'assumer leur identité, et ce au fruit d'une expérience douloureuse qui finit par ressembler à de la schizophrénie. Au fur et à mesure que les Trois Jours arrivent à leur terme, on sent les habitants de Termina commencer à paniquer à la vue de cette Lune qui n'en finit pas de tomber, et on voit chacun d'entre eux réagir à leur manière (la fuite, le déni, la terreur...). D'ailleurs, lorsque vous accomplissez une quête secondaire (ou même venez en aide aux personnages liés à la quête principale), profitez bien de ces cinq minutes de bonheur et de reconnaissance de la part du PNJ, parce qu'à la première sauvegarde, il aura oublié jusqu'à votre existence. Par contre, osez échouez la quête des voleurs de vaches extraterrestres (oui, bon, ca fait sens dans le contexte.....si on veut), et vous pourrez revenir à la ferme le Troisième jour pour admirer la charmant petite Romani, 12 ans, lobotomisée par les extraterrestres pour avoir essayé de s'opposer à eux. Croyez-moi, vous serez content de sauvegarder pour avoir ne serait-ce qu'une chance de lui épargner ça. Et tout ceci n'est qu'un petit extrait des situations auquel sera confronté le jeune Link, 12 ans lui aussi. Au final, le joueur devient une sorte de démiurge capable de plier le temps à sa guise, mais paradoxalement, jamais il n'aura eu un tel sentiment d'impuissance dans un Zelda, spectateur malgré lui d'un monde qui tombe en ruines encore et encore. Quel sentiment envahit le joueur lorsqu'il croise Anju, jeune future mariée recherchant son petit ami disparu, sachant qu'il pourrait lui venir en aide, qu'il lui est déjà venu en aide, mais ne lui viendra pas en aide cette fois-ci? Qui sait?
Bref, ce jeu est un véritable OVNI vidéoludique, une expérience qui m'aura profondément marqué, et probablement mon jeu préféré de tous les temps. Bien sur, il est loin d'être sans défauts (4 donjons seulement, des graphismes trop semblables à son prédécesseur....), mais il est tellement inoubliable que je ne peux que le conseiller à tous ceux qui n'ont jamais eu le privilège de s'aventurer dans les mystérieuses terres de Termina.

« Ton visage....A quoi ressemble-t-il? Je me demande...le visage sous ton masque.....Est-ce que c'est.....ton vrai visage? »

http://www.youtube.com/watch?v=VzgH57VW-l4&feature=bf_prev&list=PLBCF52BC128550893

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Heg le Dim 20 Mai 2012 - 11:37

Oui, je me rapelle bien de ce jeu : c'était un des premiers (et seuls) que j'ai eu sur 64, et je suis grave d'accord quand tu parles d'une sensation de malaise.

C'est vrai qu'en y repensant je me dis que ça doit être un très bon jeu. Mais sur le moment, comme je n'avais jamais joué à un autre Zelda avant, j'étais un peu perdue. J'ai eu bien du mal à piger les mécanismes du machin, et j'ai jamais réussi à le finir. Ca me donne envie de réessayer. Dommage que j'ai vendu ma 64 !

_________________
"Allow me to say you've got a nice little buttock !"
avatar
Heg
Impératrice du Judas Nanas

Nombre de messages : 769
Age : 29
Localisation : In the sky with diamonds

Voir le profil de l'utilisateur http://reversedhighway.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Dim 20 Mai 2012 - 11:42

Heh. Difficile de te blâmer, à, vrai dire. je me rappelle qu'à ma première partie, je m'étais pris la Lune dans la tronche avant de réussir à retrouver l'ocarina (ce qui est ironique vu comment les choses à faire peuvent se faire en une journée grand max, même s'il faut attendre la fin du troisième pour pouvoir le récupérer). Et c'est vrai que, par rapport à la plupart des Zelda (y compris Ocarina), il est facile de ne pas trop savoir où aller. Mais, en ce qui me concerne, le jeu en vallait la chandelle.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Lun 4 Juin 2012 - 17:22

4) Portal

Bienvenue à Aperture Science. Dans ce jeu atypique, vous incarnez une jeune femme se réveillant au cœur d'un complexe scientifique, avec pour seule compagnie une intelligence artificielle chargée de la préservation des lieux, GLaDOS. Vous avez apparemment été sélectionné comme sujet de test pour un engin assez révolutionnaire : un générateur de portail, permettant de passer d'un endroit à un autre d'une simple enjambée. Vous voilà donc lâché dans une série de salles de test, avec l'assistance limitée de GLaDOS, petite promenade de santé qui mettra à l'épreuve votre patience et vos cellules grises. Petit à petit, cependant, l'ambiance de ce complexe totalement désert se fera de plus en plus oppressante, et l'attitude de votre aide artificielle, se montrant de plus en plus cavalière à l'égard de votre sécurité, laisse craindre le pire...

Produit par Valve, ce jeu est presque un genre à part. Il utilise le moteur graphique d'Half-Life (et, en théorie, est censé se passer dans le même univers, même si les références sont éparses, et tiennent davantage du détail), soit une vue classique d'un shooter à la première personne, mais en guise d'arme, vous devrez vous contenter en tout et pour tout de ce générateur de portail, qui vous servira tout au long du jeu à triompher des énigmes et puzzles mis sur votre chemin. Il n'y a pour ainsi dire pas d'ennemis (à l'exception des tourelles, sortes de gardes robotiques du centre), juste des obstacles à surmonter de façon de plus en plus poussée. C'est un jeu qui pousse à réfléchir en trois dimensions, ce qui est rarement aussi simple qu'il n'y parait.

L'autre grand point fort de ce jeu, c'est probablement GLaDOS, littéralement le seul "personnage" du jeu à part l'héroïne (qui ne dit pas un mot de toute la partie). Dotée d'une voix féminine aux accentuations étranges, adepte de l'humour noir et dotée d'une attitude très passive-agressive, ses dialogues sont d'une qualité assez rare, à la fois hilarants et glaçants. En tant que seule voix du jeu, qui nous accompagne tout au long de l'aventure, il ne fallait pas se louper de ce point de vue pour favoriser l'immersion ; mission accomplie (il est très recommandé de jouer en anglais).

En conclusion, c'est un jeu court, aux graphismes assez minimalistes, et à la difficulté très raisonnable, et qui pourtant a été pour moi l'un des jeux les plus prenant auquel j'ai jamais joué. Je ne sais pas si l'on peut dire d'un jeu qu'il est "intelligent", mais il me semble que Portal mérite ce qualificatif, tellement il se démarque des genres établis. A noter qu'un deuxième opus a été développé, plus long, plus travaillé, et tout aussi réjouissant (une prochaine revue ici, peut être?).

Le trailer est là !

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Lun 4 Juin 2012 - 18:08

Encore un des ces jeux que je n'ai pu essayer. Des fois je me dis que je devrais me remettre au PC.
Une analyse intéressante en tout cas. C'est vrai que la petite Glados a l'air d'avoir un sens de l'humour....particulier.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Lun 4 Juin 2012 - 18:19

Eh bien, je pense que le jeu doit être trouvable pour pas cher sur steam. J'ai acheté le 2 y'a pas si longtemps pour moins de 20 euros, donc...

Tiens, détail que je n'ai pas précisé : à l'origine, ce jeu ne devait pas en être un, juste un mod téléchargeable en complément d'Half Life 2... jusqu'à ce que les développeurs se rendent compte que là, ils tenaient peut-être quelque chose qui méritait plus. Portage plutôt réussi au final, il faut bien dire.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Sam 1 Sep 2012 - 22:38

Mass Effect 2

Chose promise, chose due. après avoir parlé dans ce sujet du premier Mass Effect, je m'attaque au commentaire du deuxième opus, qui est celui m'ayant fait découvrir la série.

Les Geth ont été repoussés, et Saren stoppé. Pourtant, si les dirigeants de la Galaxie veulent croire que la menace est définitivement écartée, Shepard et ses compagnons savent bien qu'il ne s'agissait que de la portion émergée de l'iceberg. Et voilà que les populations de colonies humaines isolées disparaissent mystérieusement sans laisser de traces, sans que l'Alliance ou le Conseil n'interviennent. Pour l'aider, Shepard doit passer une alliance contre-nature avec le mystérieux Homme Trouble, chef de l'organisation terroriste pro-humaine, Cerberus, et entame les préparatifs pour ce que tous considèrent comme une mission suicide...

Au niveau des changements par rapport au premier volet : d'abord, les graphismes sont bien plus soignés, restant encore aujourd'hui très acceptables. La partie action a été retravaillée, afin de rendre les combats plus fluides et plus dynamiques. Les différentes classes possibles (soldat, ingénieur, infiltrateur, sentinelle, adepte et porte-étendard) ont été retravaillées pour être plus distinctes les unes des autres, chacune gagnant un pouvoir bien distinct. Le système d'équipement (riche en objets, mais vite ingérable dans le premier volet) disparait entièrement, Shepard et son commando sont libres de se ré équiper entièrement entre chaque mission. Enfin, un système d'interruption fait son apparition dans les conversations, permettant parfois d'y couper court en prenant une action pragmatique ou de conciliation (servant à mesurer le "karma" dans cette trilogie). Globalement, le système s'oriente un peu plus vers l'action, et moins vers le RPG classique. Certains s'en sont plaints, mais personnellement, je trouve qu'un bon équilibre a été trouvé.

Concernant la trame principale, changement de style. Le premier jeu était une initiation à un univers entièrement neuf, que nous découvrions avec Shepard, sur toile d'une intrigue principale aux nombreux rebondissements. La quête directrice du deuxième jeu réserve à priori moins de surprise : on connait déjà l'objectif final au bout d'une petite heure de jeu, le tout est de s'y préparer, en recrutant et en soutenant un équipage choisi parmi les meilleurs des meilleurs. C'est là que le jeu prend toute son ampleur, en mettant les compagnons de Shepard, tant les quelques anciens reprenant du service (ils seront loin d'être tous au rendez-vous) que les nouveaux venus faire leurs preuves, sur le devant de la scène. C'est ce groupe disparate d'humains et d'aliens aux personnalités tranchées qui portent le jeu, et la tâche de Shepard est de transformer cet assemblage de talents indéniables, mais discordants, en un commando aussi soudé que possible.

Deux gros points forts : le premier est réservé à ceux ayant déjà achevé une partie du jeu original. Chaque choix effectué dans ce jeu est enregistré, et a une influence sur la suite, plus ou moins mineure : il peut s'agir de la simple réapparition d'un NPC reconnaissant d'une quête archi-secondaire, ou au contraire influer sur l'attitude tout entière d'une faction envers le héros du jeu. Le tout donne l'impression d'un univers vivant, sur lequel chaque choix a des conséquences à long terme, suivant Shepard d'un jeu à l'autre. Il est bien sur possible de jouer au 2 sans jamais avoir touché au 1, mais l'expérience de jeu est alors nettement moins riche, même si on ne s'en rend pas forcément compte au premier abord. Le deuxième atout, c'est une fin de jeu particulièrement réussie, avec un final parvenant à maintenir une tension maximale pendant une bonne heure, avec la sensation d'avoir constamment une épée de Damoclès au dessus de la tête, tant pour soi que pour les équipiers étant du voyage avec nous. Enfin, mention plus qu'honorable à la BO, composée par Jack Wall, sans doute la meilleure des trois jeux.


Et un trailer pour la route par ici

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Dim 2 Sep 2012 - 12:14

Voici donc la fameuse suite. Pas mal, pas mal du tout. Me suis toujours pas remis au PC, mais faudra que je m'essaie à cette série. Et faudra que j'en fasse un autre, d'article.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Dim 28 Oct 2012 - 22:19

Xenoblade Chronicles

Avant de commencer cette chronique, j'ai un petit aveu à faire, qui peut choquer dans notre milieu de rôlistes acharnés : je n'ai jamais vraiment aimé les jeux de rôles en jeux vidéo. Occidentaux ou japonais, c'est pareil. C'est souvent des jeux que je voudrais apprécier, mais auquel je n'arrive pas à accrocher. Petit, je jouais beaucoup à Baldur's gate ou à Diablo 2, ou plus exactement, je commençais beaucoup de parties, mais ça me gonflait toujours assez vite (je n'ai pas souvenir d'avoir jamais dépassé les mines de Nashkel dans le premier Baldur, quand au 2è.....ai-je jamais quitté le premier donjon?). Les japonais, c'est un peu pareil, seul Skies of Arcadia (dont l'univers à bases d'îles flottantes et de pirates m'avait séduit) et Paper Mario 2 (dont l'ambiance décalée et le gameplay accrocheurs m'ont laissé d'excellents souvenir) s'extirpent de la masse de combats aléatoires insupportables, de scénarios pseudos philosophiques à deux balles, et d'univers banals d'excentricités. Aussi, quand j'ai entendu parler d'un rpg sur la Wii qui sortirait en août 2011, j'étais pas spécialement emballé. Puis, bon, les excellentes critiques aidant, j'ai décidé d'investir quand même, en partie parce que c'était le gros jeu de l'été sur la console.
…...
Bon sang ce que ce jeu est bien.
Mais commençons par le début, à savoir le scénario. Tout commence dans des temps immémoriaux, lorsque deux créatures divines (et accessoirement géantes), Bionis et Méchonis, s'affrontent dans un duel épique et acharné. Le combat s'achève sur un match nul, et les deux créatures s’entre tuent avec leurs épées. Le temps passe, et au fil des siècles, la vie commence à se développer sur leurs carcasses. Sur Bionis apparaissent plusieurs espèces, dont les Homz (oui, les hommes quoi, cherchez pas, le « z » c'est pour le style). Sur Méchonis, en revanche, ce sont des créatures mécaniques,muettes et impitoyables nommées les Méchons qui deviennent l'espèce dominante et qui, pour une raison mystérieuse, attaquent sans relâche les créatures qui vivent sur Bionis. Petit problème, les bonhommes en métal sont un peu invincibles, et seul une épée magique nommée Monado peut en venir à bout.
C'est dans ce contexte un peu tendu que le joueur fait la rencontre de Shulk, qui n'est pas particulièrement incroyable et qui ne devient vert que quand il a abusé des brocolis. Ce jeune homme, scientifique à la Colonie 9 (oui, parce que nommer sa ville, c'est pour les gonzesses, dans Xenoblade un numéro ça suffit largement), mène des recherches sur Monado, qui a notamment été portée au cours de la dernière grande guerre entre Bionis et Méchonis par le héros Dunban, honneur qui lui a valu de perdre l'usage de son bras. Et c'est là évidemment que tout part en vrille.
Le scénario est plutôt sympa, prenant et intelligent tout en sachant rester sobre sur les délires pseudos philosophiques dont le versant japonais du genre abuse pour donner l'impression d'être de l'art. Les personnages formant le groupe sont également plutôt sympathiques, ils sont sobres et, même s'ils partent quand même de stéréotypes du genre, comme le pote bourrin ou encore la mascotte kawaï, ont généralement le petit twist qui les rend frais et intéressant.
Mais c'est surtout l'univers qui marque. Absolument immense d'un point de vue spatial (j'ai connu des jeux qui étaient plus petits qu'une des plaines de ce jeu), le titre parvient à créer un univers original, cohérent et plutôt sobre (malgré le côté « tu vis sur un géant cané »), quelque part entre la sf pseudo steampunk et une ambiance que l'on pourrait rapprocher dans un sens à la conquête de l'ouest, avec ses colonies isolées séparées par de gigantesques espaces hostiles.
Mais un bon scénario et un univers marquant ne servent pas à grand chose si le système de jeu est à chier. Dieu merci, pas de combats aléatoires, pas de choix d'attaques sur un système de menus au tour par tour suivis de cinématiques « troclasses » de trois plombes pour un machin qui va enlever un dixième de la barre de vie du bouseux de base. Ici, le combat est dynamique, en temps réel et, enfin, les ennemis sont visibles avant le combat. Le joueur, qui dirige un groupe de trois bonhommes, contrôle surtout le leader (même s'il peut donner des ordres aux autres membres). Les personnages portent des coups de bases automatiquement. Le joueur, quand à lui, sélectionne les coups spéciaux du personnage qu'il dirige et les utilise quand il le souhaite. Ces coups spéciaux permettent souvent de caractériser l'utilité du personnage. Shulk, par exemple, à beaucoup de coups qui infligent des dégâts s'ils sont portés dans le dos , ou qui étourdissent, tandis que son pote Reyn, lui, à des techniques lui permettant d'attirer l'attention de l'ennemi ou d'encaisser plus. Il est donc plutôt conseiller d'utiliser Reyn en première ligne afin de détourner l'attention, tandis que Shulk passe derrière pour la marrave. D'ailleurs, pas de points de magie, ici les techniques se rechargent toutes seules à un rythme qui leur est propre. Le système à pas mal d'autres subtilités, comme une jauge d'enthousiasme qui monte ou diminue selon le déroulement de la bataille (et que l'on peut monter en encourageant ses potes), et qui joue sur l'efficacité au combat, ou encore l'enchaînement, une technique spéciale qui permet de figer le temps tandis que les membres du groupes attaquent les uns à la suite de l'autre le même adversaire. Bref, c'est plutôt intense. Puis, il y' a les visions. En gros, je pense ne surprendre personne, Shulk finit par manier Monado, qui lui permet d'avoir des visions de l'avenir. En plus de faire avancer le scénario, les visions ont un rôle durant les combats. En gros,lorsque le joueur va recevoir une grosse attaque, il est averti par une vision. A partir de là, il a genre 20 secondes pour trouver une parade, que ce soit en bourrinant les sorts de soin, ou en utilisant une technique spéciale pour contrer le futur assaut. Les visions secondaires servent également pour les quêtes secondaires, dans la mesure où si l'on ramasse un objet pour une quête que l'on a pas encore accepté, une vision va nous avertir qu'il faut mieux garder le machin dans sa poche.
La durée de vie est assez balaise, et il m'a fallu 80 heures pour finir le jeu en ligne droite. Après, si l'on ajoute les quêtes secondaires......je sais pas exactement j'ai jamais réussi à toutes les faire, mais sur Internet, y' a des mecs qui y ont passés 200 heures et qui n'ont toujours par terminé. Si les premières quêtes dispos font un peu MMORPG de base, genre « tuer 5 gnous des montagnes » (d'ailleurs, on sent une certaine influence du système MMO pour pas mal de trucs), ces dernières finissent par donner accès à d'autres quêtes, où l'on finit par se mêler de la vie de.....heu d'aider les gens à résoudre leurs problèmes personnels, le jeu à d'ailleurs un nombre tellement hallucinants de PNJ dans chaque ville qu'il fournit un organigramme avec leurs noms et leurs relations entre eux. On pourrait parler de plein de trucs encore, comme le système de pierres pour donner des caractéristiques à vos armes, ou encore comment créer des liens entre les membres du groupe, mais ça prendrait 10 pages.
Au niveau des défauts.....Le jeu est pas si beau que ça d'un point de vue technique, mais en même temps, il est tellement immense que la Wii doit être à fond (puis artistiquement.....les marais de Satorl la nuit, c'est beau à en pleurer). Musicalement, c'est superbe. Le troisième acte du jeu (enfin, la dernière partie, quoi) est un peu en dessous mais rien de dramatique. Si on est allergique au levelling, on peut y être forcé de temps à autre, mais si on fait les quêtes secondaires, ça va.
Non, vraiment, un superbe jeu, peut être le meilleur de la Wii si je n'étais pas aussi biaisé envers les Zelda. Il manie la richesse d'un jeu de rôle classique avec un système fun et dynamique qui te met au cœur de l'action. Vraiment un jeu à tenter.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Macros le Sam 24 Nov 2012 - 22:23

D'abord, je tiens à faire une remarque : Diablo (le 2 comme les autres) n'est absolument pas un jeu de rôle, mais un vil hack & slash bête et méchant ! Ceci ayant été dit, passons à la suite...

De la description que tu en fais, ce jeu à l'air de jouer sur les points forts habituels des JRPG : en fait, vu à distance, il me fait penser à la série des Tales of *insert name here*. Une histoire épique avec au moins un gros rebondissement à mi-parcours, des graphismes qui claquent, une poignée de personnages bien typés, mais sans trop sentir le réchauffé non plus, et un univers ré-imaginé de pied en cap, et qui contrairement aux FF, adoptent un système en temps réel. Et avec, comme d'habitude, une durée de vie qui fait baver (non, sérieusement, je crois que les japonais ne comprennent pas le concept du jeu ou il faut moins de 50 heures pour finir). Celui-ci à l'air de se situer dans la catégorie "réussie", surtout si il réussit à éviter le phénomène de lassitude qui a tendance à frapper à peu près au tiers du jeu (c'est à dire, avant que les gros twists viennent relancer toute la machine).

Tiens, sinon, pour ceux qui voudraient voir ce que les jeux multis en ligne peuvent nous réserver de pire (ou de meilleur ?), cet article (en anglais, désolé) pourrait bien vous intéresser, aptement intitulé The 7 biggest dick moves in the history of online gaming. Enjoy.

_________________
" Persons trying to find a motive in this narrative will be prosecuted ; persons attempting to find a moral in it will be banished ; persons attempting to find a plot in it will be shot. "
avatar
Macros
Chevalier de l'Ordre du Grand Navet

Nombre de messages : 866
Age : 30
Localisation : Well that was funny, was it not ?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Sam 24 Nov 2012 - 22:41

Concernant la comparaison avec Tales of, je n'avais essayé que le Symphonia sur Gamecube et je dirais, pour résumer, que dans la mesure où Tales m'avait justement lassé avant le gros (qu'on m'avait raconté, mais bah je m'en doutais), et que je système de jeu m'avait frustré "mais arrêtez de me plaquer contre le bord de l'écran."), je dirais que je considère Xenoblade comme Tales of, mais réussi.
Y'avait aussi Baten Kaitos, avec son sytème de jeu de cartes, que tout le monde adore mais j'ai jamais compris pourquoi.
Après, j'ai "remarqué" que les rpg japonais récents semblent beaucoup s'inspirer des jeux d'actions et des MMORPG occidentaux (ce qui n'ai pas pour me déplaire, car je hais le système de menus des FF).
Quand aux japonais et la durée de vie de leur jeu....je sais pas.....le Resident Evil moyen se finit en même pas 10 heures et c'est un jeu japonais.^^
Sympathique article.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Grimoald le Dim 25 Nov 2012 - 21:02

Macros a écrit:Tiens, sinon, pour ceux qui voudraient voir ce que les jeux multis en ligne peuvent nous réserver de pire (ou de meilleur ?), cet article (en anglais, désolé) pourrait bien vous intéresser, aptement intitulé The 7 biggest dick moves in the history of online gaming. Enjoy.


À la fois affligeant et, dans plusieurs cas, terriblement drôle. Je m'abstiendrai de tout commentaire proposant une comparaison avec l'actualité...

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 33
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Grimoald le Ven 21 Déc 2012 - 19:31

Une petite trouvaille au hasard des pérégrinations sur le net que je vous laisse apprécier... Laughing



BEST COSPLAY EVER ?

_________________
"Then he explained that the name was the important thing for inspiring the necessary fear. You see, no one would surrender to the Dread Pirate Westley."
avatar
Grimoald
Charlotte Heigarts

Nombre de messages : 168
Age : 33
Localisation : En route vers de nouvelles aventures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Mélanie Mustang le Sam 22 Déc 2012 - 8:51

Terrible ! Elle s'est tapée des barres la nana ! ^^

N'empêche, j'y avais jamais pensé, mais être Link dans Zelda c'est trop cool... Tu peux casser tout ce que tu veux sous prétexte qu'il peut y avoir un rubis dedans... Et personne te dit rien ! (Ca doit bien défouler n'empêche^^)

_________________
[size=12]Future romancière
avatar
Mélanie Mustang
Généralissime Autoritaire

Nombre de messages : 1471
Age : 29
Localisation : Devant mon PC, Senlis, Oise, Picardie, France, Europe, Terre, Voie Lactée, Univers (assez précis?xD)

Voir le profil de l'utilisateur http://melanie-lemaire.kazeo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Sam 22 Déc 2012 - 10:43

Ben en même temps, va dire au mec avec l'épée magique, l'arc, les bombes, le boomerang, le grappin qui fait pistolet à l'occase.......que t'aime pas trop la façon dont il traite tes meubles.^^

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Starman le Sam 10 Aoû 2013 - 12:57

ZombiU

Ayant récemment mis la main la dernière console de chez Nintendo, j'ai pu tester un certain nombre de jeux, dont l'exclusivité gamer de la console, un des jeux dispos en bundle : ZombiU. Ce qui va suivre est un exercice de style destiné à vous donner une idée de l'aspect....particulier de ce jeu en vous mettant dans la peau d'un des survivants.

Je me réveille sur une couchette de fortune, tandis que tout espoir concernant la réalité (ou plutôt la non réalité) de ce qui s'est produit ses derniers jours s'évanouit. C'est bel et bien arrivé. Londres, ancienne capitale du Royaume Uni, était tombé sous l'emprise d'une.....infection......maladie......malédiction, quoi que cela puisse être. Ce qui est sur, c'est que que la ville est à présent un gigantesque buffet gratuit pour des choses qui autrefois étaient humaines et qui à présent.....ne le sont plus. Mon nom est Andrew Jackson, et je suis comptable. Ou du moins, je l'étais. J'avais une femme et une petite fille, mais elles sont mortes à présent. Je suis seul. Une voix me sort de ma rêvasserie. Cette voix, c'est celle du Survivant. Je ne sais pas qui c'est, je ne l'ai jamais vu, et l'on ne communique que par radio. Mais c'est à cet homme que je dois d'être en vie à l'heure actuelle. Il m'a guidé jusqu'à cet abri dissimulé sous un centre commercial, rien de bien faramineux bien sur, mais au moins, c'est un endroit sur. Seul ombre au tableau : le générateur est en panne d'essence. Le Survivant m'indique la position d'un type à l'autre bout de la ville qui pourra nous en fournir. Il avait envoyé un autre rescapé (qui occupait cet abri avant moi) en chercher, mais il n'est jamais revenu. Probable que les....créatures....l'ont eu. Je fouille le sac que le Survivant met à ma disposition. Une batte de cricket, et un pistolet avec 6 balles. Je n'irai pas bien loin avec ça. Il me dit que l'autre rescapé avait trouvé des armes et des provisions, peut être que si je trouve son cadavre je pourrai les prendre. Une autre chose qu'il donne est ce qu'il appelle « la Tablette du Survivant », ou un truc dans le genre. Apparemment, c'est relié aux caméras de sécurité, et ça me permet de repérer tout ce qui bouge aux alentours. Pratique. Me guidant à la lumière de ma lampe torche (sa batterie est pas terrible, mais elle est rechargeable. Me demandez pas comment), je me dirige vers la bouche d’égout située dans l'abri. Grâce à elle, on peut se rendre n'importe où en ville sans se faire repérer. Je me dirige vers la sortie à proximité du marché de Brick Lane, c'est le plus près. Toujours dans le noir, ma batte en main, je me diriger vers la porte derrière moi , divisant mon attention entre ce que me montre ma torche et ma tablette. La pulsation régulière de cette dernière me stresse. J'ouvre la porte, et j'éteins ma torche. Pas question de me faire repérer, j'y vois assez comme ça. Un bruit provenant de ma tablette me fait sursauter, et je baisse les yeux vers cette dernière, inquiet. Fausse alerte, elle était juste en train de.....réinitialiser les cartes, ou je sais pas quoi. Et là, je vois un point rouge. Une créature. Heureusement, elle est encore loin, mais je ne pourrai pas continuer sans risquer qu'elle me voit. Je m'approche de sa location avec prudence. Ha, là voici, errant sans but près d'un carton. Saisissant avec fermeté ma batte de cricket, je m'approche d'elle et lui flanque un coup puissant sur le crâne. Elle titube, mais semble indemne. Elle se redirige vers moi, tendant ses bras pour m'agripper. Je la repousse, et lui donne un autre coup de batte. Je garde une oreille concentré sur ma tablette, dans l'espoir de ne rien entendre laissant indiquer la présence d'autres saloperies dans son genre. Cette fois, pas question de flancher. Je flanque un troisième coup avant qu'elle n'ait eut le temps de se ressaisir. Puis un autre. Puis encore un autre. Je commence à haleter de panique. Son crâne commence à montrer des signes de fracture, mais la créature tient le coup. Crève, allez, crève, putain ! Le cinquième coup la fait tomber au sol. Décidé à en finir, je lève ma batte et, dans un hurlement de rage, je lui explose le crâne comme un fruit trop mûr. Je ressens l'envie de lancer un truc cool, mais rien de mieux que « alors, t'aime ça, salope » ne me vient à l'esprit, alors je me tais. J’entreprends de fouiller la saleté, mais je ne trouve qu'une barre de chocolat. Je prend quand même, ça peut toujours servir. Je continue mon exploration de cette série de ruelles londoniennes, avant de me retrouver sur une avenue. Il commence à faire sombre, je rallume ma torche. Soudain, mon détecteur s'affole. Une grand nombre de points rouges apparaissent sur mon radar. Bordel, c'est pas vrai ! J'ai aucune chance de venir à bout d'autant à la fois ! Mais je n'ai pas le choix. Je dois trouver cet essence, et c'est le seul chemin. Je m'approche avec prudence, prêt à prendre la tangente au premier signe de dangers. Puis, je vois une volée de corbeaux s'envoler à mon approche, tandis que mon radar se fait silencieux. Les cons, ils m'ont fait peur ! Radin de Survivant. Son détecteur de zombie, c'est juste un détecteur de mouvement basique. Tout à ma frustration, je ne me rend compte que trop tard que l'un des points rouges n'est pas parti, et s'est au contraire rapproché dangereusement. Me retournant de justesse, je n'arrive pas à éviter le coup de patte de la créature. Je lui flanque un grand coup sur la tronche, avant de remarquer le sac à dos similaire au mien. C'est le rescapé qu'on avait envoyé chercher de l'essence avant moi. Décidé à presser mon avantage, je tente de lui flanquer un autre coup avant qu'il n'ait pu se reprendre, mais dans ma précipitation, je juge mal la distance qui me sépare de lui, et n'arrive qu'à faire tournoyer ma batte dans le vide. La saleté se rend compte que je vient de m'exposer totalement à ses attaques, et se jette vers moi pour m'attraper. J'essaie de la repousser, mais je ne suis pas assez rapide. Elle essaie de me mordre le cou, mais je lutte, parce que je sais qu'une seule morsure, et c'est fini. Essayant de lutter contre la panique, je saisis la seringue dans ma poche et je la lui plante dans le cou. D'après le Survivant, il s'agit d'un viruscide, qui anéantit ce qui les a transformé en ces choses, et les tue. Le problème, c'est que je n'avais qu'une seule seringue. Heureusement, ça semble marcher, et le zombie de ce qui fut mon prédécesseur s'effondre au sol, mort. C'était moins une. Bon, au moins, je vais pouvoir récupérer ses trucs. Je fouille dans son sac, et je trouve une trousse de soins, quelques munitions de pistolet, ainsi qu'un fusil à pompe. Malheureusement, ce dernier n'a plus que 2 balles. Toujours bon à prendre, ceci dit. Laissant derrière moi le cadavre, je poursuis ma progression, et me retrouve devant une série de cadavres traînant au milieu de la route, au milieu de voitures abandonnées. Pourrait-il s'agir de zombies ? Non, d'après ma tablette, ils ne bougent pas, j'imagine qu'ils sont morts. Un peu plus soulagé, je continue d'avancer, enjambant les corps pourrissants. Quand tout à coup, ma tablette commence à réagir. Des points rouges ! Des points rouges tout autour de moi ! Me retournant dans tous les sens, je les vois se relever, l'un après l'autre. Ils étaient pas morts ! Ils faisaient juste semblant !
« Petits futés, m'entendis-je murmurer. »
Saisissant le fusil à pompe, je vise la créature la plus proche, et lui explose la cervelle. Je met en joue un deuxième, mais je me ravise. Il porte un casque de policier anti-émeutes. Ma balle de fusil ne lui fera rien. Je fais promptement demi-tour, et file dans la direction opposée, mais ma route est barrée par d'autres zombies. Je met mon fusil en joue, quand je ressens une soudaine douleur dans le dos . Ils m'ont déjà rattraper. Paniqué, j'essaie d'atteindre ma batte, mais je reçois un autre coup au visage. Je hurle, mais je ne sais plus s'il s'agit d'un cri de douleur, ou bien si je suis juste terrifié. L'un des zombies m’attrape. Non ! Lâche-moi ! Je ne veux pas mourir ! Je ne v.....AAAAAAAAAAHHHH !

…..


Je me réveille sur une couchette de fortune, tandis que tout espoir concernant la réalité (ou plutôt la non réalité) de ce qui s'est produit ses derniers jours s'évanouit. C'est bel et bien arrivé. Mon nom est Samantha Hawkins, et je suis caissière. Ou du moins, je l'étais. A présent, je ne suis plus qu'une rescapée.

_________________
"The first step in making a costume to fool people into thinking you're a man without a moustache, is not to construct a fake moustache."
avatar
Starman
Chroniqueur Cosmique

Nombre de messages : 682
Age : 28
Localisation : Up, Up, and Awayyyyyyyyyyyy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Antre des Gamers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum